Autodéfense contre les théories complotistes

640px-Minerval_insignia.png

Les Illuminati de Bavière,  une société secrète allemande du XVIIIe siècle se réclamant de la philosophie des Lumières.

Une société secrète qui veut gouverner le monde pour instaurer un "nouvel ordre mondial", les tours jumelles  à New-York qui se seraient écroulées le 9/11/ 2001 car les services secrets israëliens l'auraient piégée, le Pentagone qui  selon Thierry Meysssan, n'aurait pas été détruit par un avion mais par un missile, l'attentat à Charlie Hebdo qui n'aurait jamais existé ... La liste est longue des rumeurs complotistes étayées par des détails fumeux et abondamment relayées sur la Toile. La rumeur résiste à la raison et les échanges avec ceux qui les propagent ont peu de résultats. Ce n'est pas une raison pour ne pas rappeller, une fois de plus, que le complotisme et le conspirationisme sont des baudruches intellectuelles, vides de réalité et de sens. Dans le Petit cours d'autodéfense intellectuelle de Norman Baillargeon, illustré par le regretté Charb, le lecteur découvre une véritable initiation à la pensée critique, plus que jamais indispensable à quiconque veut décrypter le flux d'informations ineptes qui se déversent dans les médias. L'emission d'Arret sur images sur le complotisme, propose après l'attentat à Charlie, un débat très intéressant avec Martine Sanz, professeure de Lettres-Histoire à Créteil, qui s'est trouvée confrontée en classe, à la propagation des théories du complot, Guillaume Brossard, fondateur du site Hoaxbuster.com qui démonte toutes les rumeurs du web, Pascal Froissart, spécialiste en Sciences de l'information et de la communication et plus particulièrement des rumeurs, Emmanuelle Danblon, linguiste et professeure à l'Université libre de Bruxelles. Il est rappellé notamment les règles les plus élémentaires de vérification de la source des informations. D'abord la lecture page "Qui sommes nous?" d'un site pour situer les auteurs et la ligne éditoriale. D'autre part la recherche d'autres sources pour confirmer la vacuité d'informations, soi-disant cachées par les autorités.

Minorer l'impact du web et des réseaux sociaux

Pascal Froissart souligne que les médias traditionnels tiennent toujours le haut du pavé, la moindre émission de télé rassemblant plus d'un milllion de télespectateurs, à comparer à une centaine de milliers de vues sur Internet. De plus, les médias classiques servent toujours de référence pour la crédibilité des informations. Même si cette référence est mise en doute par ceux qui propagent les fausses rumeurs, elle est toujours de mise. Revers de la médaille, les "vieux" médias mentionnent parfois les rumeurs complotistes sans les partager mais elle aident ainsi à les propager, un effet négatif. J'ai reçu par mail cette lettre, prétenduement écrite par Charlie Hebdo. En réalité un faux grossier, truffé d'allégations islamophobes et attribué à Caroline Allamachèr de Riposte Laïque, un groupe islamophobe, qui a démenti en être l'auteur. Ce e-mail viral montre l'ampleur de l'absence de sens critique dans une large frange de la population, même parmi ceux qui devraient l'exercer en priorié. Voir le reportage d'Envoyé Spécial sur les propos conspirationnistes d'une enseignante de Bobigny qui niait l'attentat à Charlie Hebdo. Elle a depuis été mise à pied. L'impensable d'un évènement rare tel qu'un attentat hautement symbolique, suscite toujours des réactions irrationnelles, souvent haineuses, qui recupèrent cette information anxiogène, pour attaquer des cibles. D'où la necessité de s'armer intellectuellement pour démonter le complotisme avec des outils à la portée de tous.

 

Bibliographie: Dans la théorie du complot comme pour le négationnisme, l'hypercritique peut aboutir a des impasses absurdes. Lire cet article sur la méthode hypercritique dont ont usé et abusé Robert Faurisson pour nier l'existence des chambres à gaz ou Thierry Meyssan sur les attentats du 11 septembre 2001. Il montre qu'aucun document, aucun témoignage ne saurait satisfaire un curieux, un historien fourvoyé dans la recherche de ce qu'il veut trouver et démontrer.    

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.