serge_escale
Journaliste informatique Bloggueur social, économie, écologie -Lyon -
Abonné·e de Mediapart

87 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 oct. 2017

Toujours l'hypocrisie autour de la consommation de cannabis

Les médias français ont du mal a aborder la consommation et la vente de drogues illégales autrement que sous l'angle du sensationnel. Pour les médias, le problème de santé publique s'efface derrière les fusillades entre bandes rivales. Dans les faits, l'Etat récupère une partie des sommes illégales dans la vente des objets saisis et le commerce profite d'une économie souterraine florissante.

serge_escale
Journaliste informatique Bloggueur social, économie, écologie -Lyon -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On peut s'interroger sur la cohabitation hypocrite de l'alcool, substance légale mais très dangereuse avec celle du cannabis, substance illégale synonyme de drogue et délinquance dans le grand public. Même si les effets délétères d'une consommation régulière et importante de cannabis a des effets notables sur les consommateurs, notamment ceux atteint de troubles psychiques, ils sont loin de ceux de l'héroïne, de l'alcool ou de la cocaïne, selon la plupart  des études médicales dont celles de l'OMS. Un article de la revue de référence médicale The Lancet, place même l'alcool en tête des conséquences pour la société et pour le consommateur. Le cannabis vient en 8ème position pour les dommages comme l'indique cet article du Guardian paru en 2010 et qui reprend l'étude de The Lancet.

Etude The Lancet 2010

 Etude parue dans The Lancet en 2010 sur l'impact des drogues au Royaume-Uni

Dans l'émission de France 2, diffusée en septembre 2017, Complément d'enquête: "L'indispensable industrie du shit",  la tonalité anxiogène du reportage peine à se départir de le tentation à exploiter le sensationnel. A cause de la présence de ces commerces illicites, les riverains exaspérés voient fortement baisser la valeur immobilière de leur biens près des "fours", ces lieux très actifs de revente de cannabis, installés souvent dans les squares et aires de jeux comme à Bagnolet. Dans le 93 (Seine-Saint-Denis), le cannabis et dérivés génèrent 100.000 emplois et un chiffre d'affaire de 2 milliards €/an en France. Il s'agit d'une économie souterraine majeure dans les bénéfices servent à acheter en liquide des chaussures, vêtements et autres produits de marque dans les centres commerciaux avoisinants qui profitent de cette manne. Le blanchiment de l'argent du trafic de cannabis passe par l'achat de commerces (salon de coiffure, restaurants, livreurs, etc.) dont le chiffre d'affaire semble conséquent mais à la clientèle quasi inexistante. Il s'agit seulement de donner un aspect légal à l'argent liquide recyclé avec la complicité de cabinets d'experts-comptables complices. Beaucoup de loyers d'HLM et d'autres bailleurs sociaux sont payés en liquide et les opération anti-drogues réussies ont un effets secondaire négatifs, à savoir la hausse notable des impayés. L'Etat récupère une partie des sommes des trafics via la vente aux enchères de voitures de luxe, appartements, maisons, etc.pour un montant de 839 Millions d'Euros en 2016 en Seine-Saint-Denis. 

Cela dit, revendeur de cannabis n'est pas une vocation et il s'agit d'activités instables et poursuivies par les services de polices, qui ne génèrent aucune cotisation sociale. Une insécurité économique et sociale qui ne saurait être encouragée.

La légalisation du cannabis pour faire cesser l'hypocrisie généralisée

La lutte contre les revendeurs de cannabis occupe une partie importante du travail de la justice et de la police au détriment d'autres missions essentielles, mais sans grands effets sur le terrain car les revendeurs s'adaptent à toutes les offensives des forces locales de Police. Pourquoi dans ces conditions ne pas cesser l'hypocrisie qui consiste à percevoir des revenus élevés sur la vente d'alcool et à criminaliser la vente et la consommation de cannabis ?  Concernant l'alcool, la France est aussi un des Etats les plus moralisateurs au monde comme l'explique cet article de Slate. Sous la pression des lobbies pro-alcool, l'Etat se garde pourtant d'interdire ou réduire la consommation d'alcool, sauf pour les conducteurs de véhicules. Cette moralisation excessive de l'usage du cannabis et la frilosité du personnel politique face à l'opinion publique entretient un no man's land flou entre la légalité et l'illégalité du cannabis. Benoit Hamon, candidat à la présidentielle 2017, avait mis la légalisation du cannabis dans son programme. Cet article de Libération, dresse un bilan de la légalisation du cannabis en 2012, dans l'Etat américain du Colorado. Côté impôts «l’ensemble des recettes fiscales est, quant à lui, estimé à 120 millions de dollars [115 millions d’euros, ndlr], 30 % de moins que pour les cigarettes mais trois fois plus que les taxes sur l’alcool"  Rapportée à la France, la légalisation du cannabis aurait un impact économique non négligeable « il s’agirait de 200 000 emplois, non subventionnés, et de près de 1,5 milliard de recettes fiscales.» indique le directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) Pierre-Yves Geoffard. Le Canada s'apprête à le légaliser. Le ministre des Finances de l’Ontario, Charles Sousa, a déjà prévenu : «Quoi que nous en tirions, ce sera réinvesti dans le contrôle des substances et dans le système. [La légalisation] n’a pas pour but d’équilibrer les comptes publics. Pour nous, tout bénéfice de ces revenus devra être reversé dans des programmes» éducatifs ou de santé." cette légalisation est donc vue par le Canada comme un cercle vertueux et non une source de revenus importante. Les études sur la santé publique, car il s'agit surtout de cela, ne tranchent pas en faveur d'une amélioration. Sur le plan social et économique, mieux vaut légaliser que de répéter les erreurs du programme drastique de prohibition de l'alcool mis en place aux Etats-Unis de 1919 à 1933 avec le développement des mafias dont le fameux clan d'Al Capone. Mais l'histoire ne semble rien apprendre aux dirigeants et aux autorités policières.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison