Le destin français d'Eric Zemmour, chronique d'une peur identitaire

Lire du Zemmour est un vrai pensum, mais indispensable pour déconstruire une pensée haineuse, exclusivement tournée vers la peur identitaire et l'envahissement de la France par les musulmans. Pour cela, il fait appel à une vision prétendument historique, en réalité faussée par des erreurs et une vision biaisée de l'histoire de France.

destin-francais-2

 Difficile de ne pas lâcher un ouvrage truffé d'inexactitudes, porteur d'un message constamment orienté contre les musulmans, dans la nostalgie d'une France catholique, pure et puissante. Sa critique des Droits de l'homme est emblématique d'une pensée réactionnaire de droite, rappelons la caricature des "droits-de-l'hommiste" par Sarkozy durant son mandat présidentiel.

Dans les prémisses d'une telle vision frileuse et identitaire, le ton est donné "la France est morte en 1914" Chez Zemmour, tout passe par la gloire militaire et le souvenir de sa puissance coloniale. Aux racines de cette vision étriquée de la citoyenneté qu'il étend jusqu'à Israël, il fait appel à son père  "Jusqu’à sa mort, mon père me répéterait que la gloire militaire d’Israël avait restauré la dignité du peuple juif et contenu définitivement l’antisémitisme !". Comme beaucoup de descendants de français de l'ex-colonie algérienne, Zemmour est profondément marqué par la perte de ce territoire. La plupart des pieds-noirs quittèrent la terre où ils étaient nés et la blessure ne s'est jamais refermée. Comme Robert Ménard et de nombreux "pieds-noirs", venant grossir les électeurs ou sympathisants du RN, c'est une fracture qu'ils ne mettront jamais à distance. La cible constante et jusqu'à l'obsession, reste les populations immigrées du maghreb. Lire la réfutation précise des thèses de ce mauvais pamphlet par Antoine Perraud. Il y reprend notamment les graves inexactitudes sur la politique antisémite de Pétain qui, selon Zemmour, a tout fait pour protéger les juifs français. Les juifs étrangers qui avaient fui l'Allemagne , la Pologne et autres régimes antisémites sont oubliés par Zemmour, tout à sa défense de l'identité française. Ce livre se veut une somme sur ce qui fait la spécificité de la France, et ce depuis Clovis. Cette prétention à réécrire l'histoire de manière orientée, souvent fausse, doit être réfutée, point à point.  L'objectif de Zemmour est limpide: s'approprier des faits historiques pour conforter sa vision, celle d'une France sublimée et qui doit être préservée de toute influence exogène. 

Déformer un passé idéalisé pour justifier une obsession de la pureté originelle de la France

Sans cesse, Zemmour, rapproche de manière improbable des faits historiques à un présent transfiguré. "À Montreuil, on a l’impression que la ville vit sous permanente transfusion malienne. Les commerces traditionnels ont fermé les uns après les autres, les boutiques halal fleurissent, les rares pâtisseries survivantes s’interdisent les babas au rhum.". J'ai habité durant 7 ans à Montreuil proche des populations maliennes que j'ai approché comme bénévole à RESF. Je n'y ai pas décelé ce que raconte Zemmour dans son livre qui se croit obligé de verser l'anecdote ridicule et fausse de l'absence de babas au rhum dans les pâtisseries de la ville.

Plus loin, Zemmour, cite André Suarès, écrivain juif : "Un peuple comme la France peut n’aller jamais à l’Église : il est chrétien dans ses moelles.". Toujours cette idée centrale que la France est restée éternellement chrétienne. Comme si la loi sur la laïcité de 1905 n'avait pas existé et sans prise en compte d'une France aujourd'hui largement déchristianisée, il soutient de manière profondément fallacieuse: "je suis convaincu qu’on ne peut être français sans être profondément imprégné du catholicisme, son culte des images, de la pompe, l’ordre instauré par l’Église". Sans les églises, point de salut pour le pauvre citoyen, une affirmation non seulement improbable mais fausse .

La France est un des rares pays à avoir deux mythes d’origine : les Gaulois et les Francs ...

Recréer de toute pièce un récit national, tel est le propos zemmourien comme celui du Front National et de la droite identitaire. Mathilde Larrère, historienne, explique de manière claire sur Arrêt sur images  que l'histoire des Gaulois est une invention du II ème Empire. Inutile donc de revenir sur un roman national sublimé, à l'usage de l'électeur à qui il faut fournir un nouvel imaginaire. Pour construire son discours sécuritaire et identitaire, Zemmour se veut prophète apocalyptique " Dans le monde de 2100 où la population de l’Afrique représentera quatre fois celle de l’Europe, l’universalisme se fera (se fait déjà) conquête et colonisation de l’Europe par l’Afrique au nom des droits de l’homme. Une angoisse pathologique. Il demande aux immigrés de "donner la preuve qu’ils ont l’esprit de la patrie, et qu’ils ne répugnent pas à vivre selon elle". Le livre est parsemé de citations qui pourraient figurer dans un texte de café-théâtre:  " Jeanne d’Arc est mon arrière-grand-mère, Napoléon mon grand-père et Goethe un grand écrivain étranger."

Voici quelques exergues de la pensée zémourienne:

Pétain

"On reproche toujours au maréchal Pétain de n’avoir pas d’abord vu dans l’uniforme brun de Hitler l’idéologie nazie derrière le nationalisme allemand. Mais que voit le général de Gaulle sous la vareuse rouge de Joseph Staline, si ce n’est la nation russe « qui absorbera le communisme comme le buvard boit l’encre » ? Encore une opposition oiseuse et discutable entre de Gaulle et Pétain.

Et de citer "L’honneur civique de Pétain, qui protège les populations, et l’honneur militaire de De Gaulle qui refuse de s’avouer vaincu. » On retrouve dans la prose zemmourienne, la vieille thèse d'extrême droite du double jeu du maréchal frappé après 1945 d'indignité nationale ou encore, l'explication rancie du glaive et du bouclier.

La croisade opposée au Jihad  

A ce stade de transfiguration des événements historiques, l'analyse des croisades par Zemmour ne surprend pas. Selon lui, une [croisade] est « guerre juste » qui n’est pas la version chrétienne du « djihad. La croisade ne fut pas autre chose que l’instinct de conservation de la société occidentale en présence du plus redoutable péril qu’elle ait jamais couru; L’affaiblissement de l’esprit de croisade ne fut pas une marque de progrès moral mais une preuve de décadence." Et dans une comparaison douteuse avec notre actualité, de défendre la position illibérale et identitaire du groupe de Visegrad, dont celle d'Orban en Hongrie "On comprend mieux alors le refus véhément en 2015 des dirigeants hongrois, polonais, ou même slovaques, d’accueillir des « migrants », venant pour la plupart de pays musulmans, en dépit des objurgations de l’Allemagne, des leçons de morale de la France et des menaces de la Commission de Bruxelles."  

Défense improbable d'Israêl et de Tsahal, son armée

"Tsahal renoue avec l’enthousiasme des soldats de l’an II et l’audace de ses jeunes officiers rappelle celle des généraux des armées du Rhin ou d’Italie". Les soldats de l'an II de 1793 sont les 300.000 hommes de 18 à 35 ans enrôlés de force par la  Convention. On doute beaucoup qu'ils se soient réjouis de cet engagement obligatoire qui n'est pas un gage de passion patriotique.

"Ce n’est pas un hasard si Israël est haï depuis des décennies par une gauche française postchrétienne et postnationale qui, après avoir vénéré l’Union soviétique de Staline et la Chine de Mao (certains de leurs aînés n’avaient pas hésité à collaborer avec l’Allemagne de Hitler), s’est soumise à l’Islam comme ultime bannière impériale pour abattre les nations. C’est la France qu’ils vomissent en Israël". Comme si la moindre critique de la politique proche de l'extrême droite menée par Nethanyaou était assimilable à un soutien à Staline ou  à la Chine de Mao. Sans commentaires.

Droits de l'homme

"la religion abstraite et aveugle des droits de l’homme" Tout est dit ...

 Des parallèles ineptes et permanents entre histoire et actualité 

"À l’époque de Charles VI, les grands esprits du temps voulaient se débarrasser du sacre qui donnait trop de pouvoir aux clercs et trop de puissance au roi adulé du peuple. De même, aujourd’hui, les élites progressistes n’ont jamais admis l’élection du président de la République au suffrage universel." Avec Zemmour, on passe directement d'Azincourt à Sarkoy puis on revient à l'histoire du moyen-âge lorsque ça l'arrange.

François Ier

"Il est paré pour les siècles et les siècles. C’est un héros à la fois antique et moderne, un séducteur et un guerrier, un amateur d’arts et de femmes. Dans une époque qui portait au pinacle les héros de l’Antiquité, il fut comparé à Hector défiant Achille. Pour notre temps qui ne jure que par l’Amérique, il est notre Kennedy, et Diane de Poitiers, sa Marilyn MonroeFrançois Ier, c’est l’ancêtre de Poulidor, l’éternel perdant. Sans commentaires ...

Je reconnais avoir renoncé à poursuivre une lecture pétrie de rancœurs religieuses et d'une défense éculée d'une France mythifiée et réactionnaire. Le plus consternant reste que cette prose rancie s'est écoulée à 500.000 pour Le Suicide français -  en 2014 - et à plus de 100.000 exemplaires pour Destin français. Comme si ses lecteurs avaient renoncé à penser.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.