Le trading haute fréquence, un produit très toxique de la finance à interdire

La finance spéculative apparaît de plus en plus comme un parasite de l'économie. Depuis la crise financière de 2008, rien n'a été fait pour l'encadrer. Le trading haute fréquence, utilisé pour près de la moitié des transactions boursières, permet de passer automatiquement des milliers d'ordres d'achat et vente par seconde dans le seul but de faire de l'argent avec de l'argent.

Le 5 février 2018, une brusque plongée des cours de 1500 points à Wall Stret, du jamais vu, faisaient partir en fumée 2000 Milliards de dollars en une journée. Rapidement, les marchés découvraient un grave dysfonctionnement des algorithmes de THF (Trading Hautre fréquence) hors de tout contrôle qui précipitait les cours vers une baisse vertigineuse. En 2010, une énorme opération de 4 Milliards de $ via le THF entraînait une chute marquée des actions, suspendant les cotations.  Depuis 2009, ce nouvel avatar numérique amplifie les mouvements spéculatifs erratiques par nature. Il représente au moins 40% de la valeur des transactions boursières et 70% dans le processus d'achat et de vente des titres et concerne tous les acteurs, banques, assurances, fonds de pensions, hedge funds hautement spéculatifs. Techniquement, le trading haute fréquence consiste à utiliser la redoutable efficacité d'algorithmes de calcul et la rapidité d'Internet pour passer des milliers d'ordre à la seconde et bénéficier ainsi de micro-gains en passant des ordres achats et des ventes ultra rapides. Au final, cela représente des milliards de dollars. Le THF exclut tous les acteurs de l'économie réelle, particuliers, Etats et entreprises et fausse la valeur effective des actifs. Il s'agit d'une pure spéculation, dénuée de tout intérêt commun et très dangereuse pour l'économie. Ce puissant outil numérique a tout du balai de l'apprenti sorcier  avec les risques afférents. De plus, la vitesse des transactions annoncée comme un outil magique est une astuce pour faire oublier toute une série de combines financières. Les fonds de pensions, entre autres, qui garantissent les retraites de beaucoup d'américains  subissent de lourdes pertes dues à l'usage du THF.

Un outil numérique hautement spéculatif

Le THF bénéficie de très importants investissements financiers et fait appel à des physiciens et mathématiciens, notamment français, pour tirer parti des meilleures ressources technologiques disponibles. Au début, les réseaux câblés étaient constitués en fibre optique pour relier les centres d'opérations boursières aux serveurs informatiques dans les centres de traitement des données, par exemple entre New-York et Chicago, pour gagner de précieuses microsecondes. Un gage de gains plantureux. Mais les spéculateurs les trouvaient encore trop lents et ont remplacé les réseaux optiques par des antennes hertziennes qui propagent les informations juste en dessous de la vitesse de la lumière. 

Antennes de transmission pour les réseaux de Trading Haute Fréquence Antennes de transmission pour les réseaux de Trading Haute Fréquence

                                             Réseaux hertziens pour le Trading Haute Fréquence

Le THF est une technique appliquée sans recul comme tant d'autres, ogm, énergie nucléaire, sans considérer leurs conséquences délétères.  Ses effets toxiques s'ajoutent à d'autres instruments financiers spéculatifs  très risqués (subprimes, ventes à découvert c'est à dire la vente à terme d'un actif que l'on ne détient pas). Il s'agit d'une potentialisation majeure des crises économiques que les contribuables et la société toute entière sont priés d'éponger. Pourtant, aucune remise en cause, aucun encadrement strict par la loi et encore moins, aucune interdiction de ce type d'activité nuisible ne sont intervenus. A l'origine des algorithmes  du THF, les trouvailles de développeurs informatique américains dans les années 1970, quand les ordinateurs personnels n'existaient pas encore. Il s'agissait de prévoir les chances de gagner à la roulette dans les casinos de Las Vegas, en créant, avec succès, un modèle mathématique capable d'anticiper  les mouvements de la boule. Mais les risques de se faire prendre étaient trop grands. Rien de tout cela avec le THF qui permet des gains gigantesques en toute impunité, sans qu'aucune autorité de contrôle exerce la moindre contrainte ou menace aucun des acteurs des marché spéculatifs de la moindre sanction.

Un véritable casse numérique

Haim Bodek, un spéculateur qui avait crée une société utilisant le THF est devenu lanceur d'alerte après avoir mis à jour d'énormes arnaques, qui  utilisent des salves d'attaques illégales  sur les valeurs boursières pour jouer de manière artificielle et frauduleuse sur le cours des actions et empocher la mise. Autre effet secondaire, en France, le crédit impôt-recherche, à savoir l'argent du contribuable, est détourné par la Société Générale ou BNP Paribas et d'autres pour développer, notamment,les algorithmes de trading haute fréquence.

L'AMF (Autorité des Marchés Financiers) le gendarme de la Bourse, est totalement dépassée et n'a fait  condamner qu'un seul délinquant de ce type parmi les dizaines d'attaques informatiques de ce genre.  Le délinquant, hollandais en l'occurrence, n'a écopé que de 10.000 € d'amende pour 480.000 € de gains. La mafia financière doit être terrorisée ... Il est vrai que l'AMF n'est pas du genre à chercher des crosses aux principaux responsables de délit d'initié. Le 17 décembre 2009, l'AMF  a blanchi les dix-sept protagonistes dans l'affaire des délits d'initiés d'EADS dont Noël Forgeard, son ancien président. L'enquête pénale toujours dort toujours dans les tiroirs de la justice depuis 5 ans.

Au niveau européen, une modeste tentative de limiter la vitesse des transactions par THF, proposée en 2013 par le député européen allemand Jurgen Klute, a été retoquée par l'Eurogroupe représentant les ministres des finances de pays européens.

D'évidence, les Etats ont abandonné toute velléité de lutte contre le THF et la délinquance financière. A l'heure où la planète subit une énorme récession économique déclenchée par la pandémie de la Covid-19 mais qui était déjà en germes, les gouvernants ont d'autre priorités. Encore faudrait-il que les peuples prennent conscience des énormes risques des outils spéculatifs. Une gageure.

 

Aller plus loin

Voir l'émission diffusée en 2019 sur ARTE qui décrit en détail les mécanismes et  les risques du THF

  • Pour prolonger ce billet, lire l'entretien paru dans dans l'Expansion avec Jean De Maillard , vice-président au tribunal de grande instance de Paris, affirmant que la fraude est un rouage essentiel de l'économie. Elle est devenue un élément de gestion comme un autre, en toute impunité car sans aucun contrôle des Etats. De Maillard préfère parler de fraude, pillage et prédation.
  • Ecouter dans l'excellente Emission "Place de la Toile" sur France Culture, celle où témoigne Paul Jorion, anthropologue et bon connaisseur  de la finance.
  • Lire ce très bon article juridique de Me William Bourdon, avocat & Président de l’association Sherpa. Il analyse, avec de solides arguments juridiques, le trading Haute Fréquence. Un regret, il n'envisage pas sa complète interdiction mais seulement, une limitation du temps de transaction à 1 seconde.
  • Preuves à l'appui, on apprend dans ce très bon billet daté de juin 2013 sur le blog les-crises.fr/ que comme l’indique Business Insider, Thomson Reuters a passé un accord d’un million de dollars avec l’Université du Michigan pour avoir l’indice 2 secondes avant tout le monde. Délirant tout simplement ...

Note: Si un abonné Mediapart, connaisseur des mécanismes financiers peut compléter ou amender mon billet qui n'est pas entièrement dans mon champ de compétences, bienvenue à lui ou elle ! La finance est un domaine rendu opaque par les acteurs des marchés qui ne tiennent pas à dévoiler les mécanismes du THF, surtout les énormes risques pour l"économie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.