serge_escale
Journaliste informatique Bloggueur social, économie, écologie -Lyon -
Abonné·e de Mediapart

87 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 sept. 2019

Greta Thunberg et les ressorts de la surmédiatisation

Greta Thunberg est une source indispensable pour la sensibilisation des adolescents au réchauffement climatique. Mais il faut s’interroger sur le rôle des médias et les réactions d'une opinion qui réagit souvent à l'émotion. Dès 1896, le prix Nobel suédois de chimie, Svante Arrhenius, alertait sur les risques d'un doublement de CO2 qui augmenterait la température globale de 5 °C.

serge_escale
Journaliste informatique Bloggueur social, économie, écologie -Lyon -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Greta Thunberg a porté plainte le 23 septembre avec 15 autres jeunes auprès du Comité des droits de l'enfant des Nations Unies pour protester contre le manque d'action des gouvernements face à la crise climatique quelques réflexions. Cette démarche s'ajoute à celle du Giec et des nombreuses associations engagées pour la lutte contre le réchauffement climatique. Cependant, la surmédiatisation de chacune de ses interventions suscite des questions sur les médias et l'opinion. Telle l'enfant "indigo" popularisé par les théories New Age, Thunberg est devenue une ado-oracle, censée nous indiquer la route et sauver le monde. Des éditorialistes ou personnalités médiatiques comme Laurent Joffrin de Libération, Claude Askolovitch et d'autres rejettent toute critique de Thunberg alors que le camp réactionnaire des Finkielkraut, Bruckner, Ferry, etc. se prononcent contre appuyés par l'apôtre du transhumanisme Laurent Alexandre.

Il faut ici prendre du recul pour analyser les réactions des médias et de l'opinion. Qu'il faille s'en remettre à une adolescente pour s'attaquer à un problème aussi essentiel en dit long sur l'impact des médias qui simplifient à outrance les messages mais aussi sur une opinion publique qui ne réagit souvent qu'aux fortes charges émotionnelles. Le fait qu'il s'agisse d'une adolescente par ailleurs détectée autiste Asperger représente une puissante force d'attraction.

Greta Thunberg au Parlement Européen

L'opinion réagit en priorité à l'émotion

Rappelons un autre cas de surmédiatisation. Alors que des milliers de réfugiés se noyaient en méditerranée depuis au moins trois ans suite à la guerre en Syrie, il a fallu la photo bouleversante à la Une d'Aylan Kurdi, petit Syrien de 3 ans retrouvé mort sur une plage en Turquie en septembre 2015, suite au chavirage de l'embarcation où se trouvaient ses parents, pour que les médias s'emparent du sujet; Une photo qui a alors déclenché une onde de choc mondiale, en raison de la forte charge émotionnelle du document. Comme si l'opinion ne réagissait  pas à l'examen de faits pourtant très facilement accessibles sur Internet, à la télévision ou dans la presse écrite. La surmédiatisation des déclarations de Greta Thunberg découle du même mécanisme.

Une jeune fille qui a l'oreille des adolescents

Les forums et réseaux sociaux qu'ils fréquentent regorgent de commentaires et informations sur les déclarations et actions de Greta Thunberg. La jeune adolescente suédoise leur est beaucoup plus proche  que les commentateurs des médias qu'ils ne fréquentent  pas, notamment le rituel journal télévisé de 20h qui a beaucoup perdu de son audience auprès de toutes les catégories d'âge et singulièrement, auprès des jeunes. Si Greta Thunberg est le principal déclencheur pour les sensibiliser aux problèmes d'environnement, alors elle a toute sa place dans la défense d'une cause qui les concerne et les concernera tous.

S'informer sérieusement et agir

Les rapports précis et irréfutables du Giec, de l'ONU, les alertes des nombreuses associations et partes écologistes ne parviennent donc pas à sensibiliser les  foules qui réagissent surtout à l'émotion. La polémique dérisoire des pour ou contre Thunberg a pris momentanément la place d'une véritable réflexion et surtout d'un engagement résolu pour lutter contre le réchauffement climatique. Lire le dernier rapport du GIEC du 25 septembre 2019 qui précise que même le scénario le plus optimiste, limitant le réchauffement climatique à 2 °C d’ici 2100, ne sera pas sans impact sur la vie sur Terre.

Envoyé Spécial du 23 janvier 2020, a consacré un reportage sur le parcours de Thunberg et son immense succès médiatique.

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/greta-thunberg/video-ca-m-a-permis-de-me-relever-greta-thunberg-raconte-dans-envoye-s

Avoir besoin d'une ado-oracle pour prendre conscience du changement climatique ne renvoie pas l'image d'une société éclairée. Depuis 40 ans , de nombreux militants écologistes ont tiré la sonnette d'alarme.  Dès 1896, Svante Arrhenius, chercheur suédois, prix Nobel de chimie, prédisait qu’un doublement de la quantité de CO2 dans l’air provoquerait un réchauffement planétaire d’environ 5°C.

Au delà de ce récit médiatique qui ne porte que sur la sensibilisation des citoyens dans le monde au réchauffement climatique, il importe de travailler sur les solutions pour le contrer. Ce n'est pas gagné compte tenu de la désynchronisation du temps court du personnel politique assujetti aux mandats électifs avec l'effort continu et de long terme que nécessite la lutte contre le réchauffement climatique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard