Internet: poison et remède



( Billet d'origine sur le blog Humeurs Numériques).

Sur la Toile, les concepts et mot-clés tendance prolifèrent très vite. La notion de pharmakon appliquée au numérique est aujourd'hui très connue par les critiques et philosophes du fait technique. Elle me parait juste mais reste encore à préciser. En voici une humble déclinaison.

Toute l'expression de l'humanité est sur la Toile avec une abondance impensable il y a seulement 20 ans. L'abjection, la veulerie, la cupidité, la violence extrême y côtoient l'empathie, l'entraide, le beau pictural et musical. Internet est l'image parfaite d'un pharmakon, à la fois poison et remède, un concept souvent employé par Derrida puis Bernard Stiegler. La seule fréquentation de sites d'informations anxiogènes répliquées à l'infini serait délétère et hautement toxique sans le contre-poison de textes, musiques, vidéos et images apaisants sans être lénifiants. Au détour d'un clic, surgissent des mélodies, harmonies, phrases soudain lumineuses qui viennent peser sur l'autre fléau de la balance de nos émotions. Des ombres familières resurgissent du néant numérique pour nous tenir la main et apporter la sérénité dont nous avons un besoin vital. D'un lien à l'autre, tout renait et remonte à la surface de notre conscience.  Pour ne parler que de musique (les musiciens amateurs comprendront ...), j'accède en un clic aux accords d'une chanson de Jobim, chose qui m'aurait pris du temps et de l'argent, à supposer que j'ai trouvé mon bonheur dans la librairie musicale d'une grande ville. Un autre clic, et je retrouve l'univers poétique et chaleureux de Vinicius de Moraes, auteur, ex-diplomate et chantre historique de la bossa-nova.

Dual comme toute technologie, Internet amplifie tout, le versant noir de nos âmes comme nos émotions les plus pures, le narcissisme le plus exarcerbé comme nos capacités d'empathie et d'entraide. Sans être ravi de la crêche, il est indispensable d'apprivoiser les innovations techniques car elles possèdent une autonomie propre et avancent à un rythme de plus en plus soutenu. Il est tout aussi essentiel de revenir à l'humain et de faire une césure avec le flux incessant d'informations ainsi que le prêt-à-penser ambiant. Ou pour le moins, en avoir une conscience claire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.