shahin
Economiste, specialiste des questions europeennes, subaltern studies et politique.
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2019

shahin
Economiste, specialiste des questions europeennes, subaltern studies et politique.
Abonné·e de Mediapart

Saint Ouen. Mains d'Oeuvres: Que faire maintenant?

Après la décision d'expulsion, il est clair que sur Mains d’Œuvres, on ne reviendra pas au statu quo ante mais la médiation proposée par le Ministère de la Culture doit permettre d’explorer toutes les pistes possibles et de sortir par le haut de l’impasse actuelle. Le sort de Mains d’œuvres n’est pas scellé. Il dépend des élections qui viennent.

shahin
Economiste, specialiste des questions europeennes, subaltern studies et politique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après l’émotion vient le temps de la réflexion et de la concertation pour écrire un nouveau projet pour Mains d’Œuvres. On ne reviendra pas au statu quo ante mais la médiation proposée par le Ministère de la Culture doit permettre d’explorer toutes les pistes possibles et de sortir par le haut de l’impasse actuelle.

Il faudra reconnaître au Maire d’avoir réussi une fois de plus à diviser les audoniens opposant les défenseurs de Mains d’Œuvres d’un côté aux partisans de la construction d’un nouveau conservatoire de l'autre. Cette opposition stérile qui sert de théâtre pour rejouer un pseudo conflit de classe dans la ville entre nouveaux arrivants avides de culture et vieux audoniens en demande de services municipaux permet à la Mairie de droite de prétendre défendre les audoniens démunis contre les bobos parisiens. Au cœur de cette opposition, gît l’absence de concertation et de consultation des habitants car un projet mêlant les deux exigences est possible.

Le projet de conservatoire municipal pharaonique (13 millions d’euros que nous n’avons pas), plongerait encore tout un quartier dans le capharnaüm de la destruction et de la construction pendant au moins 3 ans. Il livrerait encore un pan entier de la ville aux constructeurs, priverait davantage d’enfants de lieux d’enseignement de la musique et des arts (300 élèves à Mains d’Œuvres actuellement) et priverait tous les audoniens définitivement d’un espace de rencontre, d’échange et de culture.

Il faut d'abord obtenir de la médiation le gel de toute action de démolition tant qu’une issue n’aura pas été trouvée afin ne pas créer dans les locaux une situation irréversible. Le Ministre de la Culture Franck Riester, celui chargé de la ville, Julien Denormandie doivent obtenir du Ministère de l’Intérieur et du Préfet une interruption de toute démolition du bâtiment.

Ensuite, il faut discuter d’autres solutions, à la fois moins coûteuse pour la ville, déployable plus rapidement et nécessitant moins de travaux. J’en propose une au débat public et à la médiation du Ministre de la Culture : Elle consiste à accepter l’idée que le conservatoire reste un conservatoire multi-site irriguant ainsi plusieurs quartiers de la ville, à renoncer au vague projet de musée au Château et mieux utiliser les bâtiments municipaux existants :

1) Le château resterait le Cœur historique du conservatoire et accueillerait les enseignements de musique Classique et les concerts intimistes de musique de chambre/jazz. Le château resterait un lieu chargé d’histoire mais un lieu vivant abandonnant ainsi les projets farfelus et coûteux de musée dans ces lieux.

2) La Maison des Associations sise au 27 avenue Gabriel Péri, construite par la précédente mandature et abandonnée par l’équipe municipale actuelle serait transformée en véritable pole pour le théâtre et les arts vivants. Elle dispose en effet d’un auditorium de 200 places au premier étage, de 8 salles aménageables en salles d’enseignement/répétition. Cet espace est aujourd’hui occupé par les services administratifs de la ville (vie associative, politique de la ville…) n’est pas conçu et adaptée à un usage de bureaux occasionnant un véritable gaspillage (ce bâtiment a été construit aux plus hautes normes environnementales HQE et est accessible aux personnes à mobilités réduites). Il doit retrouver son usage initial d’accueil du public et les activités pour les personnes âgées qui ont lieu pendant la journée/matinée peuvent coexister avec celles du conservatoire qui ont lieu à d’autres horaires ou être relocalisées.

3) Mains d’Œuvres accepterait dans le cadre d’un nouveau bail de :
a. Céder un des 4 étages au conservatoire pour les cours de musique moderne
b. Organiser /animer un demi étage polyvalent qui servirait de maison des associations géré par Mains d’Œuvres reconnaissant ainsi ce que ce lieu est devenu de fait (et ce pourquoi il dérange) : un espace de partage et de rencontre pour le monde associatif audonien.
Ce nouveau bail n’apurerait pas pour autant la dette existante de Mains d’Œuvres à la ville de Saint Ouen mais celle-ci serait renégociée et étalée dans le temps.

4) La salle Cipriani continuerait de servir d’extension de fait du château et le studio de la rue des écoles resterait le lieu central pour la danse.

Un accord cadre de ce type pourrait être signé par la nouvelle équipe municipale des Avril 2020 et opérationnaliser une augmentation rapide du nombre d’élèves du conservatoire dès la rentrée 2020 plutôt que d’attendre de longs et coûteux travaux. Nous pourrions obtenir plus vite (des 2021) l’objectif de fréquentation de 1,200 personnes fixé par la mairie pour le conservatoire et répondre ainsi à la demande à moindre frais (mise aux normes et aménagements de Mains d’Œuvres: EUR 1 million, réfection du 27 Péri: EUR 500K).

Le sort de Mains d’œuvres n’est pas scellé. Il dépend d’une part de la médiation qui va s’ouvrir mais surtout des élections qui viennent. Il existe plusieurs alternatives possibles et chaque candidat devrait présenter son ambition pour ce lieu et plus généralement pour la place qu’il souhaite donner à la culture et aux Arts à Saint Ouen.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez