Conseil municipal du 29 septembre: Jeux Olympiques, Solideo et Plan de relance

Ces Jeux Olympiques sont une opportunité de se voir financer de nombreuses infrastructures publiques, mais à force d’économies de bouts de chandelle, de consultations bâclées, de négligences, ces Jeux et les infrastructures afférentes ne seront ni vertes ni inclusives.

Le conseil municipal du 29/09/2020 s’est tenu dans une atmosphère lourde après le décès deux semaines plus tôt de de Sofiane Mjaiber et the Tidiane Bagayoko tués brutalement à l’âge de 25 et 17 ans. Le Maire a rappelé l’importance de la sécurité dans la ville et prévu de dédier un conseil municipal extraordinaire puis des assises de la sécurité a ces questions. Espérons que ce soit le moment d’une analyse lucide sur une politique de sécurité locale et nationale en échec depuis trop longtemps et dont nous payons un tribut particulièrement lourd en Seine Saint Denis.

Conseil d’Administration de la SOLIDEO

Sur les questions à l’ordre du jour du conseil municipal du 29 septembre, la grande majorité des délibérations étaient de nature technique et administratives. Il a été rappelé cependant à la majorité par la minorité de gauche autant que par l’opposition de droite que nous souhaitions que le conseil d’administration de la SEMISO qui gère le plus gros parc de logement social et d’immobilier de la ville soit ouvert à d’autres membres du conseil municipal que ceux issus de la majorité. Ce sujet sera évoqué lors du premier conseil d’administration de la SEMISO, mais il suffirait pour les membres du Conseil d’Administration s’y oppose pour opposer une fin de non-recevoir à une demande assez légitime et absolument nécessaire pour s’assurer de la transparence et du contrôle démocratique de la SEMISO.

Beegift : Un embryon de monnaie locale ?

Nous avons également voté une délibération importante introduisant un mécanisme de cheque cadeaux gérés par la société Beegift pour contribution à la relance du commerce local. Nous en avions discuté en Conseil Municipal lors du vote du budget en Juillet. Ce projet est intéressant car il pourrait être l’embryon d’une expérimentation de monnaie locale mais il doit être encourage au niveau des commerces et l’attribution des bons doit se faire en favorisant les publics les plus précaires ce qui n’est pas le cas du dispositif actuel. C’est en tout cas une initiative intéressante qu’il faut promouvoir et suivre de près.

Mes interventions se sont concentrées sur les délibérations liées à l’urbanisme et à l’écologie en s’appuyant sur les délibérations 27, 28 et 29 ayant trait au Village Olympique et aux projets d’aménagement de la Grande Nef de l’Ile des Vannes. Ce débat sur les infrastructures des Jeux Olympique est central puisque qu’il va peser sur les enjeux d’aménagement pour les années qui viennent. Force est de constater qu’après nous avoir vendu des Jeux Olympiques Verts et inclusifs, nous régressons chaque jour...

J’ai regretté lors du Conseil Municipal mais aussi dans ma réponse a l’enquête publique de la SOLIDEO qui s’est conclue le 18 septembre les reculs écologiques enregistrés sur les projets liés au JO et la faiblesse des consultations et des informations disponibles pour les élus et le public. Cette nouvelle consultation du public ne fait pas exception, elle marque une volonté continue de passage en force, de déni démocratique et consultatif. Il est capital que les villes concernées à commencer par Saint Ouen, l’EPT de Plaine Commune et le département pèsent de tous leurs poids pour obtenir des modifications profondes du projet actuel.

Sur la consultation du public et des élus

Sur la forme, cette nouvelle consultation par voie électronique pose des questions de sincérité. Elle est lancée le 24 juillet 2020 et se conclue le 18 septembre, en plein été et en plein épidémie de COVID sans qu’aucune présentation au public du dossier n’ait pu être organisée. On livre ainsi plus de 1000 pages de dossier technique aux habitants sans présentation et débat contradictoire pour les appréhender. Par ailleurs, dans de nombreuses villes ces document n’ont pas fait l’objet d’une présentation aux élus municipaux ni d’un débat au conseil municipal. C’est le cas notamment de Saint Ouen qui n’a donc pas émis d’avis officiel sur cette consultation.

Ensuite sur le fond, la plupart des questions posées lors de la précédente consultation reste sans réponse. C’est le cas par exemple de la mise en compatibilité du PLUi de Plaine Commune et de la réalisation de la ZAC du village olympique n’ont pas reçues de réponse à ce jour confirmant le peu d’intérêt attache à répondre aux questions, demandes et objections du public. Il semble impératif, surtout après les élections municipales et l’installation de nouveaux exécutifs municipaux et communautaires que la SOLIDEO mène de nouvelles présentations de ces projets aux élus et au public.

Une densification toujours plus grande

Chaque nouvelle enquête publique semble consacrer des régressions majeures qui tournent largement autour d’une densification croissante du site, avec de plus en plus de logements, de moins en moins d’espaces verts et des constructions de plus en plus hautes.

Dans les derniers plans, la ZAC comprendrait 1 900 nouveaux logements familiaux et 750 logements spécifiques (logements étudiants) soit environ 5300 et 8 000 emplois soit une augmentation nette de 4 400 habitants et 1 000 emplois ce qui amènerait le site a des niveaux de densité supérieurs de près de 25% aux aménagements récents de ce type.

Cette densification extrême s’obtient par une surélévation des bâtiments qui pour certains d’entre eux s’élèvent désormais au-dessus des capacités d’absorption du mur anti-bruit protégeant les riverains des voies automobiles rapides. Cette densification du site n’est pas sans poser des problèmes évidents de qualité de vie et de nuisance mais pose des questions environnementales évidentes : 1,400 tonnes supplémentaires de déchets par an. Les nouveaux emplois généreront également des déchets pouvant être évalués à 120 tonnes par an environ ; déchets qui viendront alimenter davantage la centrale du CPCU, les pollutions de l’air et le flux de camions. Aucun projet spécifique de traitement des déchets n’est envisagé dans le cadre de la ZAC.

Le message est simple. Il faut que les villes de Saint Denis et Saint Ouen s’entendent avec Plaine Commune sur un nombre maximal de nouveaux logements et commerces pour limiter la densification du site et imposer une réduction de l’ordre de 20% du nombre de logement par rapport au projet initial. Ceci modifiera l’équilibre financier de la SOLIDEO et des promoteurs mais nous préparons ici des conditions de vie et une dégradation de l’environnement qui n’est pas acceptable en l’état.

Toujours moins d’espaces verts publics

Le village est bien sur truffé de petits espaces verts privés au pied des bâtiments mais le cœur vert du projet est le Parc Ampère en son centre qui ne cesse d’être raboté. Le parc ne sera d’ailleurs créé qu’après les JO car l’espace qu’il occupera sera une gare routière pendant les JO. La dimension du parc se réduit de plus en plus en effet, il comprendre désormais 0,5 Ha de jeux pour enfants et une parcelle de 0,5 Ha dont le propriétaire est RTE-EDF qui en fera une « une réserve de biodiversité » mais non-accessible au public !! Pourquoi cette parcelle doit-elle rester dans les mains d’EDF-RTE ? Pourquoi ne peut-elle pas être accessible au public ?

In fine, il n’y aurait donc plus qu’1,5 Ha d’espace vert véritable au lieu des 2,5 Ha prévus initialement. Ce grignotage continuel des espaces verts pose des questions importantes qu’il faut résoudre urgemment.

Enfin suite aux élections à Saint Ouen et Saint Denis, la question de la place et du type de logement social dans le futur site doit être de nouveau débattue et doit changer les plans d’aménagement. En effet, la ville de Saint Denis s’était engagée à maintenir 40% de logements sociaux sur sa partie du Village Olympique alors que la Ville de Saint Ouen ne s’était engagée que sur 25%. Les nouvelles équipes municipales de deux villes doivent se prononcer de nouveau et peser sur les choix d’aménagement en conséquence. Par ailleurs, si le pourcentage de logement social est devenu un totem politique important, c’est sans doute le type de logement social (PLS, PLAI…), la taille de ceux-ci (nombre de pièces par appartement) et donc la densification totale du site qui seront des choix déterminants qui exigent sinon une consultation du public, au moins des délibérations en conseil municipal.

JO et Grande Nef

Ces jeux olympiques sont une opportunité de se voir financer de nombreuses infrastructures publiques. La SOLIDEO s’est engagée à contribuer aux travaux de rénovation de la Grande Nef et de la piste d’athlétisme de l’ile des Vannes à concurrence de 12.5 millions d’Euros. Ces sommes, bien qu’importantes, sont bien trop faibles pour couvrir la totalité du cout des travaux qui pèsera nécessaire sur les budgets municipaux, communautaires et départementaux. L’équipe de la Mairie de Saint Ouen semble déterminée à ouvrir un débat et des consultations larges pour décider de l’avenir de l’Ile des Vannes et j’ai voté cette délibération, mais sans projet de long terme pour ces infrastructures par la municipalité ou par un opérateur privé ou associatif (Centre de formation du Red Star ? Salle de Concert ? Salle polyvalente de sport en intérieur ? Volley ? Basket ? Badminton ? Squash ?)

L’école du Village Olympique

Par contre j’ai voté contre la délibération 27 approuvant la convention de subventionnement entre la Commune de Saint Ouen sur Seine et la SOLIDEO pour la réalisation d’un groupe scolaire de 17 classes. Si ce financement a 59% du groupe scolaire par la SOLIDEO est une aubaine dont nous devons nous saisir. Je suis opposé et je m’opposerai à toutes les constructions de nouveaux bâtiments publics ou privés qui n’adoptent pas les meilleures normes environnementales. Cette école est prévue aux normes BBCA. C’est une norme de 2007 qui est une obligation légale depuis la règlementation thermique de 2012. Depuis, les normes environnementales ont fortement évolué même si elles ne sont pas encore une obligation légale. La nouvelle règlementation RT2020 imposera la construction neuve uniquement de bâtiments à énergie positive et à la construction propre. Il est impératif que nous exigions des promoteurs privés comme des nouvelles constructions publiques les plus hautes normes environnementales. Ceci se traduira inévitablement par des surcouts qu’il faut absolument et d’ores et déjà budgéter.

 

Normes environnementales des batiments Normes environnementales des batiments

 

COJO  / SOLIDEO / PIA et plan de relance

Enfin, il est difficile de réconcilier cette volonté de maximiser la densification du site et de réduction des investissements en Seine Saint Denis au moment même où le gouvernement cherche désespérément des projets d’investissement pour relancer l’activité économique. L’attitude que l’on constate au niveau du Village Olympique comme du COJO plus généralement et qui vise à réaliser des économies de bout de chandelle est à l’opposé des besoins macroéconomiques actuels. En effet, la France ne devrait surtout pas chercher à rogner le budget des Jeux Olympiques mais au contraire s’appuyer dessus pour accélérer un plan de relance et de transition énergétique en retard.

Par ailleurs, si le village media initialement prévu au Bourget pose question notamment parce qu’il impacte le site Natura 2000 du parc de la Courneuve, le COJO avec le soutien du gouvernement devraient voir grand et utiliser le plan de relance pour maximiser les normes environnementales des constructions olympiques et lancer de grands projets environnementaux. Deux exemples :

  • L’abandon de l’aéroport du Bourget (le trafic aérien de jets privés et d’avions du gouvernement pourrait être relocalisé sur la base aérienne de Villacoublay) qui permettrait de fusionner le Parc de la Courneuve, le Bourget, le Triangle de Gonesse, l'ancienne usine PSA-Aulnay et le parc du Sausset créant ainsi le plus grand parc d’Ile de France.
  • La création d’une navette fluviale rapide reliant les sites Olympiques de Saint Denis jusqu'à Charenton en passant par le centre de Paris. C’est de ce genre de révolution urbaine que les JO doivent être porteurs, ils peuvent en théorie compter sur les financements du nouveau plan de relance, pourquoi s’en priver ?

Grand Parc Imaginaire du Bourget Grand Parc Imaginaire du Bourget

Source : Vincent D.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.