Y. Varoufakis: Pourquoi nous recommandons un NON au referendum

Sur son blog "thoughts for the post-2008 world" (pensees pour le monde d'apres 2008), Yanis Varoufakis revient en 6 points sur les raisons pour lequelles le gouvernement grec recommande de voter "non" au referendum

http://yanisvaroufakis.eu/2015/07/01/why-we-recommend-a-no-in-the-referendum-in-6-short-bullet-points/

 

Pour ceux qui ne parlent pas anglais, j'en tente une traduction:

Pourquoi nous recommandons le NON au referendum - en 6 points courts

  1. Les negociations sont bloquees parce que les creanciers de la Grece (a) refusent de reduire la dette publique que nous ne pouvons pas rembourser et (b) insistent pour qu'elle soit remboursee "parametriquement" par les membres les plus faibles de notre societe, leurs enfants et leur petits enfants
  2. Le FMI, le gouvernement des Etats Unis, beaucoup d'autre gouvernements du monde entier, et la plupart des economistes independants croient - comme nous - que la dette doit etre restructuree
  3. L'Eurogroupe a precedemment (Novembre 2012) concede que la dette devrait etre restructuree mais refuse de s'engager dans une restructuration de la dette
  4. Depuis l'annoncement du referendum, l'Europe officielle a envoye des signaux les montrant pret a discuter la restructuration de la dette. Ces signaux montrent que l'Europe officielle aussi voterait NON a sa propre "derniere" offre.
  5. La Grece restera dans l'euro. Les depots dans les banques Grecques sont en securite. Les creanciers ont choisi la strategie du chantage basee sur la fermeture des banques. L'impasse actuelle est due au choix fait par les creanciers, et non pas par le gouvernement Grec, d'interrompre les negociations ou toute reflexion Grecque sur le Grexit et la devaluation. La place de la Grece dans l'Eurozone et dans l'Union Europeenne n'est pas negociable.
  6. Le futur demande une Grece fiere dans l'Eurozone et au coeur de l'Europe. Ce futur demande aux Grecs de dire un grand NON dimanche, que nous resterons dans la zone Euro, et que, avec le pouvoir dont nous investi ce NON, nous renegocions la dette publique Grecque  ainsi que la distribution du fardeau entre ceux qui ont et ceux qui n'ont rien.

Y. Varoufakis. 01/07/2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.