rappels

Ce billet sera court: Il résume les commentaires destinés aux billets de Philippe Corcuff et Yvon Quiniou dont je recommande la lecture;

J'ai eu l'occasion de me pencher sur l'article de Jean d'Ormesson publié en première page du  Figaro au lendemain de l'arrivée de la gauche, de l'union de la gauche au pouvoir, article haineux, rageur, orageux, faisant contrepoint à la liesse d'une majorité de nos concitoyens qui fêtait la victoire d'un peuple et celle d'un Président de la République socialiste aussi proche de J .Jaurès que de K. Marx .

Bien de signes pourtant laissaient entrevoir la cascade de trahisons dont "le peuple de gauche" allait faire les frais, mais comment ne pas redouter les effets d'un élan apparemment si populaire, et ne pas y voir la revanche des opprimés sur une classe de  privilégiés , non moins avantagés que les Grands sous l'Ancien Régime, et qui   avaient tout à craindre des changements promis et espérés, parce que "quand des réformes se préparent, ce sont toujours les riches qui tremblent", comme l'écrivait La Bruyère.

Rassurons nous , ce ne sont plus les riches qui tremblent et depuis longtemps: et on n'a plus vu d'ouragan germer dans les yeux bleus de Jean d'Ormesson , ni sous sa plume .

Ses ennemis politiques les plus intimes étaient devenus des amis; tant mieux!

Mais laissons à Voltaire, à Gavroche, l'honneur d'incarner "l'esprit français" et l'esprit de la France!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.