sic et non
"Adhérents du club" : l'expression, le syntagme, sont à des années lumière de ma vision du monde et de ma détermination à consacrer partiellement ma retraite de" Professeur agrégée de lettres classiques" à poursuivre dans MEDIAPART mon activité d'intellectuelle.
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 juil. 2013

Qu'est-ce qu'un journaliste?

sic et non
"Adhérents du club" : l'expression, le syntagme, sont à des années lumière de ma vision du monde et de ma détermination à consacrer partiellement ma retraite de" Professeur agrégée de lettres classiques" à poursuivre dans MEDIAPART mon activité d'intellectuelle.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Journaliste est né au dix huitième siècle, donc sous une bonne étoile:Gilles Deleuze, en quête de formules décisives pour traduire la caractéristique la plus marquante d'une époque, avait  suggéré pour le dix septième siècle:"la chasse à l'erreur" et pour le dix huitième:"la chasse au préjugé": évidemment il pensait à ces figures inauguralement  émancipatrices que furent Spinoza et Bayle: en faisant de l'aptitude à raisonner- par le raisonnement mathématique pour le premier, la raison empirique pour le second, le moteur de la lutte contre l'obscurantisme, ils ont en même temps aiguiser l'esprit critique, ouvert les yeux, inspiré la révolte contre les responsables d'inégalités devenues insupportables du moment qu'on en avait pris conscience et qu'il était nécessaire et possible de les abolir: ainsi dans la logique de Gilles Deleuze, il n'est pas incongru de souligner que ce qui occupa principalement les penseurs humanistes, les politiciens progressistes,les idéologues, les âmes républicaines fut la "chasse"à l'injustice sociale dont Hugo incarne dans l'opinion la figure d'écrivain la plus militante: si l'on rassemble les qualités à mettre en pratique pour être en position de mener un combat politique contre le scandale persistant des injustices sociales, c'est à dire:la passion de la vérité("la chasse à l'erreur),respecter le public en lui dévoilant ce qu'on sait être vrai; l' obsession de la lucidité(la chasse aux préjugés),  dépister et  débusquer les leurres sciemment entretenus dans l'opinion,les pièges idéologiques qui enlisent les consciences parfois les plus averties, c'est à dire éradiquer le prêt à penser, donner l'exemple  de l'esprit critique , de l'indépendance d'esprit: ces vertus altruistes qui sont seules en mesure de faire la lumière, parce qu'elles sont à l'abri du soupçon de narcissisme , d'arrivisme, de parti pris de parisianisme, sur la corruption, les divers et cyniques abus de pouvoir,tout ce qu'il faut rechercher dans les petites poubelles de l'histoire pour exhiber en toute visibilité, non seulement l'actualité des vers de la fable dénonçant la monarchie absolue:"selon que vous serez puissant ou misérable/Les jugements de cour vous rendront blancs ou noirs/, mais le mépris, le cynisme des "Grands"  prêts à tout pour assouvir leur appétit de pouvoir, à appauvrir les plus pauvres, à les priver de la dignité participative à la vie periscolaire, à leur mégoter leurs indemnités de chômeurs à vie etc quelle figure au vingt et unième siècle se démène,s'expose pour ses concitoyens, tente de les sensibiliser au réel de notre société, quitte à se mettre hors la loi parce qu'il veut, dans l'intérêt de la  République, dénoncer ceux qui méritent de l'être? Ce n'est plus la figure de l'intellectuel, ni celle de l'écrivain engagé, ni celle d'un leader politique désintéressé, ni celle du syndicaliste militant: je crois que c'est la figure discrète, obstinée du  journaliste d'investigation politique, sorte de zorro moderne, dont le grand reporter se rapproche parfois,  au service de la justice sociale, animé du souci de "l'âpre vérité".

Ce profil de journaliste est celui qui honore la profession, il est le contraire du  "journaleux": il y a pléthore de journaleux et parmi eux je compte aussi les "journalistes" dits "d'opinion"qui vaticinent régulièrement sur les plateaux et sur les ondes et bien d'autres encore:parce que il existe une variété impressionnante de journalistes, plus impressionnante que celle des enseignants et les deux métiers parfois se confondent ; MEDIAPART fournit la preuve ,comme le Canard Enchaîné, mais quotidiennement, d'un vrai dévouement à la chose publique tout en étant un vigile de l'esprit:il a droit à notre empathie, à notre solidarité: et comme j'aime composer des maximes à la manière de La Rochefoucault, je trouve que celle-ci, soufflée par les circonstances, ne manque ni de panache ni de vérité dans la bouche de l' éminent responsable de MEDIAPART:" Je tiens trop à mes vertus pour me défaire de mes vices".           

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre