Rapports entre ll'Etat et la Démocratie.2/3

On pourrait espérer, de changements radicaux des fonctions de l'Etat, l'inauguration d'une ère démocratique, dont la qualité des invariants contribuerait à l'avènement d'une maturité citoyenne, particulièrement attentive à en prévenir par l'exemple, les dérives "pathologiques", les malendus dramatiques issus de l'ignorance ou du mépris.
la démocratie mérite notre considération: elle constitue une étape positive dans l'évolution de l'espèce humaine depuis les temps immémoriaux au cours desquels celle ci s'affranchit de sa condition d'espèce animale. Elle est à l'opposé de l'image vulgaire,désordonnée, irrationnelle répandue par ses ennemis:elle tient du sublime et non du grotesque: l'individu ne naît pas démocrate: il le devient difficilement parce que l'exercice de la démocratie exige de chacun une attention politique éthique économique, un regard averti sur la complexité du monde, une culture en mesure d'affronter l'imprévu: le tout impliquant la priorité des devoirs sur les droits, un peu comme si les devoirs garantissaient les droits. l'honneur de la démocratie est le refus de la massification, avec laquelle, elle risque d'être confondue, si elle ne peut circuler fluidement dans tout le corps social. L'honneur de la démocratie est de reconnaître son incapacité à se satisfaire d'un rassemblement de connivence.De même qu'on peut douter de l'intérêt politique d'une démocratie hyperactive. L'autorité d'un Etat librement élu ne peut stimuler l'élan démocratique à l'échelle nationale dans un corps social doté d'un régime économique hybride: il s'agit là d'un système qui secondarise le rôle de l'Etat:c'est le premier changement dont les modalités sont à définir. Le suivant est la nécessité d'un Etat pédagogue, qui rassemble autour d'un thème fédérateur le pays tout entier pour le convaincre, par exemple, que son rayonnement repose sur la participation active des citoyens dont les plus cultivés, ceux qui en constituent l'élite,sont encouragés à parler, non pas au nom du peuple mais avec les gens du peuple.2/3.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.