CHRONIQUES

La liste écourtée de mes perplexités de la semaine : les discours sur la Syrie : la défense des animaux l'inconséquence du féminisme

Sur la Syrie ; propos stupéfiants entendus sur France Culture sommairement rapportés: les atrocités de la guerre civile interdisent tout projet de négociation,  tout espoir de réconciliation, en somme la SYRIE s'est mise au ban de l'histoire : voilà le type de sottises dont on nourrit l'opinion qui fait injure et à la vérité et à la dignité: l'oracle qui a soutenu ce sophisme au sens propre du mot (c'est à dire acte de raisonner pour induire en erreur) ne peut ignorer l'extermi,  nation des Juifs d'Europe sous l'Allemagne nazie: Et pourtant.... je me contenterai de cet argument d'autorité.

 

Sur les animaux: on prend très au sérieux la croisade d'une jeune illuminée qui me fait penser aux ennemis déchaînés de l'avortement: c'est même façon de faire prévaloir la pureté originelle sur la conscience critique et le construit de l'homme :tout ce qui vient de la nature est sacré: donc les animaux (l'embryon aussi) sont sacrés; et les premiers ne se distinguent pas des hommes ; nous devons donc les traiter comme nos égaux etc. Là aussi grave erreur de raisonnement: C'est, au contraire, parce que nous sommes doués de conscience et depuis un temps immémorial détachés de l'espèce animale dont nous avons indéniablement fait partie que nous devons traiter les animaux avec le plus d'humanité possible: et ne pas abuser des pouvoirs que les hasards de l'évolution nous ont donnés sur eux. Mais il est tellement clair que l'on se détourne ainsi du combat à mener pour améliorer le sort de ses semblables, corriger  les inégalités naturelles et les abus monstrueux des puissants etc....

 Sur l'inconséquence du féminisme:  Les femmes sont des citoyens comme les hommes elle se doivent de respecter les institutions leur combat ne vaut que s'il est politique il est inacceptable que le prédateur qui sommeille encore dans l'homme le plus apparemment évolué et cultivé ne soit pas  sanctionné quand il cède à ses pulsions et qu'il use de son pouvoir pour les assouvir: mais l'auto défense , les appels à la vindicte, les insultes etc sont aussi des formes de régression primaires, de celles qui parfois dégénèrent en lynchage: il y a aussi un combat que les femmes qui tiennent à égaler les hommes devraient idéologiquement mener, un combat induit d'une prise de conscience plus mature des formes variées et multiples des rapports de force qui existent dans leur communauté avec non moins de virulence que chez les hommes , et qui les maintiennent dans un assujettissement insupportable aux pressions du profit , des médias etc....  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.