velléités démocratiques

Quelques mesures symboliques et réalistes pourraient concourir à une réparation du tissu social.

Bannir de nos propos les syntagmes clivants: "classe populaire", classe moyenne",  "classe privilégiée" etc Dire ou écrire systématiquement:"Ceux d'entre nous qui ont le plus de difficultés"," ceux d'entre nous qui n'ont pas de difficultés"," ceux d'entre nous qui sont particulièrement aisés" ou bien "les plus démunis de nos compatriotes", "les plus nantis de nos compatriotes" etc ;recourir donc à des périphrases euphémiques, non pour masquer la réalité économique le scandale politique des inégalités mais en vertu d'un principe d'égalité entre semblables que ne sauraient altérer les aléas de la vie .

En revanche dévoiler les lieu,où s'enkyste la misère, en dénombrer les causes, inlassablement, harceler à cet égard les députés, alerter l'opinion etc est le devoir de tous ceux ,celles comprises, pour lesquels la démocratie est à la hauteur d'une République en voie de tenir ses promesses. :

Ainsi il ne suffit pas de communiquer les chiffres du chômage; il faut en étaler la carte géographique assortie de celle où il n'existe pas ; il ne suffit pas de signaler les lycées méritants: il faut citer ceux qui raflent le plus de réussite aux grand concours, comparer le sort des lauréats à celui de ceux des autres lycées comparer les origines sociales et dans ce domaine aussi ne rien laisser passer; et là aussi harceler les députés;

Il faut repenser le tissu social en faisant honte à ses dirigeants, en se mêlant de leur donner des leçons . Un Président qui festoie avec le gratin mondain, qui passe l'éponge sur les infractions les plus scandaleuses à l'éthique républicaine, a le devoir d'accueillir des compatriotes qui lui font l'honneur de le lui demander , c'est un devoir de parler vrai avec des compatriotes qui n'acceptent plus la misère et la déconsidération: au nom de quoi l'accepteraient-ils?    Quels exemples de vertu, quelle prise en compte des devoirs qui leur incombent dans un état républicain pourraient leur inspirer une certaine réserve? Ne sont-ils pas les premiers à trahir les principes qu'ils devraient appliquer?

Il n' y a pas que les ressources exorbitantes ,les privilèges énormes dont bénéficie une frange de nos compatriotes qui sont particulièrement choquants mais les autres avantages qui en découlent pour eux-mêmes et leur descendants : une forme de redistribution des richesses, de répartition des privilèges, une vraie lisibilité des injustices inacceptables  devraient mobiliser l'ensemble des progressistes.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.