QUAND DES BURKINABE TRAITENT DES BURKINABE D'ETRANGERS !

C'est dans l'air du temps, comme un signe des temps, partout la haine prolifère. On stigmatise, on accuse, on cherche des boucs émissaires aux grands maux du monde que nous avons fabriqué par un système qui n'a cessé de laisser de côté les plus faibles, de plus en plus démunis et qui aujourd'hui dans un élan de survie aimeraient trouver un coupable, fut-ce sur fond de gangue de préjugés.

C'est dans l'air du temps, comme un signe des temps, partout dans le monde la haine prolifère. On stigmatise, on accuse, on cherche des boucs émissaires aux grands maux du monde que nous avons fabriqué par un système qui n'a cessé de laisser de côté les plus faibles, de plus en plus démunis et qui aujourd'hui dans un élan de survie aimeraient trouver un coupable, fut-ce sur fond de gangue de préjugés. On côtoie de façon inconsciente l'engeance sans même le savoir, poussé par une condition humaine de plus en plus indigne.... Pourtant l'Histoire est là pour nous rappeler l'inoubliable, pour nous rappeler des meurtrissures ancrées de façon indélébile à notre Humanité. 

Albert Einstein disait ceci : "Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé."
Des milliers d’injustices sociales se sont bâties sur des préjugés et ont noirci des pages entières de notre histoire commune dont l’humanité restera à jamais peu fière. Des jugements basés sur la couleur de la peau, sur la couleur des yeux ou sur le genre ont souvent entraîné des turpitudes indicibles. De mêmes des jugements basés sur l’appartenance à une ethnie, à une religion ont pu déchaîner la haine humaine jusqu’au stade ultime de génocides innommables.


Heureusement, même difficile le combat contre les préjugés peut être gagné, si nous avons de la volonté, de la détermination et de la conviction. En effet n’eut été la détermination de Rosa Parks en 1955 face à la discrimination raciale, les États-Unis d’Amérique n’aurait peut-être jamais connu l’ascension d’un président Noirs à la Maison Blanche près de 53 ans plus tard.
La tolérance de l’altérité, la tolérance des différences et des diversités multiples sont des valeurs fondamentales qui doivent accompagner toutes les avancées dans nos sociétés multiculturelles avec un arrimage à nos identités, isoformes ou non. Et cela reste encore vrai dans un monde aujourd’hui globalisé.


C’est un combat qui ne peut être circonscrit à une maison, à un village, à une ville ni même à un pays car un homme qui est brimé au nord ressent les mêmes souffrances qu’un autre qui l’est au sud. 
Ne laissons pas ce beau ciel de notre pays s’assombrir ! Disons non à toutes formes de racisme !

Ciel Burkina Faso © SIDI SIDIBE Ciel Burkina Faso © SIDI SIDIBE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.