Voir tous
  • Avril 2020 au temps du Covid-19  « lettre de mon intérieur à ma fille»

    Par
    Respire, respire pour tous ceux qu’on a retournés sur le ventre et qui cherchent vainement leur souffle. Respire et vois le soleil insolent, les bourgeons qui éclatent. D’habitude, quand le printemps arrive, on sent comme une palpitation dans l’air, un imperceptible changement des bruits et des odeurs. Aujourd’hui, sous nos masques ou nos écharpes, nous ne sentons plus rien.
  • QUAND DES BURKINABE TRAITENT DES BURKINABE D'ETRANGERS !

    Par
    C'est dans l'air du temps, comme un signe des temps, partout la haine prolifère. On stigmatise, on accuse, on cherche des boucs émissaires aux grands maux du monde que nous avons fabriqué par un système qui n'a cessé de laisser de côté les plus faibles, de plus en plus démunis et qui aujourd'hui dans un élan de survie aimeraient trouver un coupable, fut-ce sur fond de gangue de préjugés.
  • Le discours que l’Afrique attendait de Macron à Ouagadougou.

    Par
    J’ai écouté le 28 Novembre dernier, le long discours d’Emmanuel Macron prononcé à l’Université de Ouagadougou, je l’ai ensuite relu pour être sûr de n’avoir pas raté ou mal interprété certains propos. Nos divergences de points vue sur certaines questions, non pas en tant qu'exégète politique ni journaliste, mais en tant que citoyen africain m’ont conduit à réécrire le discours que l’Afrique....
  • ESCLAVAGE ET VENTE AUX ENCHÈRES DE NOIRS EN LIBYE

    Par
    Nous avons dénoncé en marchant, Nous avons protesté en courant, Nous avons critiqué en chantant, Nous avons alerté en écrivant, Mais voilà, rien ne semble atteindre la barbarie humaine dans son gène,
  • Si j'étais Jean-Luc Mélenchon

    Par
    Chers ami(e)s insoumis(e)s, Les gens, Qu’il vous plaise en cet entre-deux-tours de la présidentielle, de recevoir mes excuses les plus sincères, de vous avoir livrés à la vindicte des bien-pensants ainsi qu’à ce lynchage médiatique d’un autre temps, pour n’avoir pas su illico, pas osé vous intimer l’ordre, vous donner injonction à n’avoir aucun choix lors de votre vote du dimanche 7 mai.