ESCLAVAGE ET VENTE AUX ENCHÈRES DE NOIRS EN LIBYE

Nous avons dénoncé en marchant, Nous avons protesté en courant, Nous avons critiqué en chantant, Nous avons alerté en écrivant, Mais voilà, rien ne semble atteindre la barbarie humaine dans son gène,

Nous avons dénoncé en marchant,
Nous avons protesté en courant,
Nous avons critiqué en chantant,
Nous avons alerté en écrivant,
Mais voilà, rien ne semble atteindre la barbarie humaine dans son gène,
Confirmation que tout ce qui a été acquis par la lutte, n’est jamais un acquis définitif et doit être perpétuellement protégé. Nous l’avons oublié.
De la déclaration des Droits de l’Homme, Locke disait « c’est parce que les Hommes ont oublié leurs droits qu’il importait de les leur rappeler ».
L’ignominie perpétrée en Libye nous rappelle hélas des temps sombres déniant à l’homme tout son droit qu’il nous incombe de clamer avec virulence.
Naturellement notre indignation est grande et totale, notre colère immense.
Mais la seule réaction d’aversion à l’égard de la Libye ne suffit pas.
Non pas qu’il faille basculer dans la violence, dans une haine aveugle, mais nous devons agir, le monde doit agir pour sauver le monde... Car c'est de cela dont il s'agit, le monde est en perdition, notre espèce va à rebours de l'évolution. Est-ce la fin des temps ?
Je m’adresse à l’Union Africaine, aux Nations Unies, aux Gouvernants actuels, aux peuples,
Nous ne pouvons pas juste condamner, ce serait une gangue.
Il importe de donner un symbole qui affirme définitivement que de tels actes n’ont plus de place dans notre humanité commune,
Quitte à aller à l’encontre des principes de l’ordre actuel. Ce même ordre qui a laissé s’opérer de telles exactions immorales et inhumaines. Nous en avons l’obligation.
Ceci me rappelle étrangement Redemption song de Bob Marley, pourtant...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.