Monsieur Macron, relativisons !

En ce lendemain d'élection présidentielle, il s'avère nécessaire de faire quelques petits calculs afin de remettre chacun à sa place, et de rendre à Caesar ce qui est à Caesar !

Tout d'abord, Macron élu en 2017, ce n'est pas et ce ne sera jamais l'élection de Chirac en 2002.

1) Entre le premier et le deuxième tour, Macron multiplie le nombre de suffrages exprimés en sa faveur par 2,4... Chirac c'était 4,5 !

2) Entre le premier et le deuxième tour, Marine Le Pen a gagné 2.965.627 électeurs... JM Le Pen c'était +702.319 voix ! Il faut dire qu'au premier tour Marine Le Pen fait 2.873.778 plus de voix que son papa, soit une progression de 40% entre le score ce dernier au 2nd tour de l'élection 2002 et celui de sa fille au 1er tour 2017...

3) Gagner avec 66,1% des suffrages exprimés, cela veut dire 43,63% des inscrits, ce qui veut dire 56,37% des inscrits qui ne veulent pas de Macron...! Si nous décomposons ce sont 25,44% d'abstentions + 6,35% de votes blancs + 2,21% de votes nuls + 22,38% de votes pour Marine Le Pen, dont 27,8% qui ne votent pour elle qu'au 2ème tour (pour faire barrage à Macron ?)...

4) ...sans compter ceux qui ont voté pour Macron juste pour faire barrage à Marine Le Pen, c'est-à-dire, potentiellement 58,3% de ceux qui ont voté pour lui au deuxième tour, en considérant que les seuls suffrages exprimés qui voulaient vraiment de Macron Président ont voté pour lui dès le premier tour. Ces derniers, le seul et véritable électorat de Macron ce sont donc 8.656.346 électeurs, soit 18,19% des inscrits (et nous vous épargnons le calcul en fonction des "français en âge et en droit de voter" incluant les "non-inscrits" ou "mal-isncrits" sur les listes électorales qui sont encore 9,5 millions pour une population totale de 66,8 millions d'habitants).

 

Rappel à destination du nouveau président :

En conclusion : les Français, par le biais du système électoral actuel, vous ont choisi par défaut, Monsieur Macron. N'oubliez donc jamais que :

1) vous n'êtes absolument pas représentatif des français,

2) vous n'êtes légitime que dans un système électoral et dans le cadre d'un Constitution qui a largement été critiquée pendant cette campagne, qui l'est depuis déjà des années.

 

Par conséquent mon humble conseil de citoyenne prête à tout pour préserver la Démocratie et l'État-providence qui définissent à mes yeux le pays où je suis née et auquel j'appartiens :

1) Consultez le plus tôt possible les Français sur le changement de Constitution et le passage à une VIe République (prise en compte comme suffrage exprimé des votes blancs, suppression de l'article 49.3, accession au droit de vote et à la citoyenneté pour tous les contribuables, réflexion sur la séparation de trois pouvoirs et les organismes de contrôle,...)

2) En attendant, évitez d'abuser du 49.3 comme vous et votre ami Manuel VALLS l'avez fait sous le mandat de M. HOLLANDE ; ne gouvernez pas non plus par ordonances... Vous n'êtes pas assez légitime pour que les Français vous suivent dans ce sens.

3) Ne gouvernez pas et ne décidez rien sans consulter les Français car ils n'ont pas choisi votre programme, et n'ont même pas voulu de vous comme président, dans leur majorité.

4) Partez en guerre le plus tôt possible et le plus radicalement possible contre : la fraude et l'évasion fiscale en grande partie responsable de la dette budgetaire de l'État français, les abus et détournements de bien sociaux dont sont coupables les hommes politiques entre autre, et qui ont fait le climat de défiance dans lequel se sont déroulées ces elections.

 

Si vous ne voulez pas que les Français qui ne vous ont pas choisi ou vous ont élu par défaut ne vous pourrissent pas ce qui sera votre seul et unique quinquénat, ayez du bon sens, mettez de côté vos ambitions et visions ultra-libérales qui ne pourront que générer plus de pauvreté et de précarité, et remplissez votre mission politique comme tout homme politique digne de ce nom devraient le faire, c'est-à-dire pour les citoyens, et non pas pour lui-même.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.