La Chine courtise les talibans afghans en organisant de réunions secrètes

Pendant que la Chine interne plus d'un million d'Ouïghours dans des camps de concentration sous couvert de «camps de rééducation pour la déradicalisation» en montrant au monde cela comme sa «lutte légitime» pour éviter une éventuelle attaque «terroriste», elle se rallie secrètement aux djihadistes afghans afin de concevoir sa stratégie d'exterminer la population ouïghoure à l'aide des talibans.

Farhan Bokhari à Islamabad, Kiran Stacey à New Delhi et Emily Feng à Pékin

Cet article a été publié originellement en anglais et en chinois par le site britannique Financial Times le 06 août 2018. Pour accéder à la version originale : https://www.ft.com/content/66b0906a-993d-11e8-9702-5946bae86e6d 

 © India Times © India Times

Les autorités chinoises ont rencontré les talibans afghans à plusieurs reprises au cours de l’année écoulée, a déclaré au Financial Times des représentants du gouvernement pakistanais, alors que Pékin cherchait à jouer un rôle important dans la fin du conflit de 17 ans en Afghanistan.

Les personnes impliquées dans la facilitation des pourparlers ont déclaré que Pékin avait fait un effort concerté pour s'engager avec les talibans, allant même jusqu'à inviter en Chine des membres haut placés du groupe islamiste.

"Les Chinois ont pris grand soin de prendre ces dispositions", a déclaré un responsable pakistanais qui avait été informé du voyage. Islamabad a agi en tant que courtier pour les talibans, aidant à mettre en place des négociations avec la Chine et les États-Unis.

"Les invités [des talibans] à Beijing ont pu visiter une mosquée et manger de la nourriture" halal "", a déclaré cette personne. "Les Chinois ont essayé pendant un certain temps d'exhorter les talibans à négocier, mais les réunions visaient également à montrer les progrès de la Chine et sa tolérance envers les musulmans."

Le ministère des Affaires étrangères de Beijing n'a pas nié les pourparlers. Un porte-parole a déclaré: "La Chine soutient fermement le" leadership afghan, l’appropriation afghane "du processus de paix et de réconciliation en Afghanistan. [Elle] aide toutes les parties afghanes à persévérer dans la réalisation d'un processus de réconciliation politique le plus tôt possible et à continuer de jouer un rôle constructif. "

La semaine dernière, le FT a signalé que les responsables américains avaient rencontré les talibans au moins deux fois au cours des trois derniers mois, malgré l'insistance de Washington pour que le gouvernement organise des pourparlers de paix à Kaboul.

Les réunions ont eu lieu au Qatar, où les talibans ont un bureau politique, et ont été interprétées comme un signe que les États-Unis ne s’attendent pas à ce que la nouvelle poussée militaire en Afghanistan suffise à vaincre le groupe.

La Chine n'aurait pas joué un rôle important dans les négociations précédentes sur l'avenir de l'Afghanistan au-delà de son rôle d'observateur dans les pourparlers de paix de 2015 qui ont échoué.

Mais les personnes impliquées dans le processus ont déclaré au FT que les autorités chinoises avaient en réalité fait des percées plus profondes que leurs homologues américaines. Pékin et les talibans, ont-ils dit, ont discuté de la question des Ouïghours musulmans fuyant la province chinoise du Xinjiang et organisant une résistance à la domination de Pékin sur le territoire afghan.

Au cours des deux dernières années, les autorités chinoises ont intensifié une série de mesures de répression contre les Ouïghours, qui ont, par le passé, fait campagne pour l'indépendance. Des centaines de milliers de personnes ont été placées en détention extrajudiciaire, tandis que d’autres ont franchi la frontière avec l’Afghanistan, d’où Beijing pense que certains ont planifié des attaques sur le sol chinois.

La volonté de la Chine de parler directement aux talibans plutôt que de se contenter d'aider à négocier avec les États-Unis ou avec les Afghans montre à quel point le pays est de plus en plus impliqué dans la géopolitique de l'Asie du Sud et du Centre.

Pékin joue déjà un rôle clé au Pakistan, où il prévoit de dépenser 60 milliards de dollars pour moderniser les infrastructures du pays en échange d'un accès au port de Gwadar, situé sur la côte sud du pays.

La Chine a également renfloué plusieurs fois le Pakistan au cours de l’année écoulée, en accordant des prêts par l’intermédiaire de banques soutenues par l’Etat, alors qu’Islamabad cherche à compléter ses stocks de devises qui s’épuisent rapidement.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.