Un espion chinois ouïghour se fait tirer dessus par un agresseur inconnu en Turquie

Un Ouïghour qui affirme avoir été forcé d'espionner des membres de son groupe ethnique vivant en exil en Turquie pour le gouvernement chinois a été la cible de tir par un agresseur inconnu qu'il croit être un agent chinois, a-t-il déclaré au Service ouïghour de la RFA mardi, depuis le lit d'hôpital où il se rétablit dans un état stable.

Article original publié en anglais le 3 novembre 2020 sur le site de Radio Free Asia (RFA).Rapporté par Shohret Hoshur pour le service Ouïghour de RFA. Traduit par Mamatjan Juma. Écrit en anglais par Joshua Lipes. Pour accéder à la version originale :https://www.rfa.org/english/news/uyghur/spy-11032020175523.html?fbclid=IwAR0Yc_2HsgkrEurk_OCxZLOJ7GsX2AIUKmvGMEwXKS23fsbranUSxkWIdgg

Yusufjan Amet parle avec RFA depuis son lit d'hôpital à Istanbul, le 3 novembre 2020. Yusufjan Amet parle avec RFA depuis son lit d'hôpital à Istanbul, le 3 novembre 2020.

Yusufjan Amet a été attaqué par un inconnu alors qu'il entrait chez un ami à Istanbul vers 23 heures lundi, l’attaque le laissant avec des blessures par balles à l'épaule et au dos.

Amet, qui en février de l'année dernière a déclaré à RFA qu'il avait été forcé d'espionner la communauté ouïghoure en exil en Turquie et dans d'autres pays depuis 2012 par les autorités chinoises après que celles-ci aient arrêté et torturé sa mère chez elle dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (XUAR), a déclaré qu'il pensait que l'attaque de lundi était une tentative d'assassinat ordonnée par Pékin.

"Je n'ai pas d'ennemis ouïghours, j'ai été la cible d'une tentative d'assassinat par la Chine", a-t-il déclaré à la RFA.

Amet a déclaré qu'il avait remarqué que l'homme agissait bizarrement, le fixant, lui et son ami, tout en faisant les cent pas, et qu'il lui avait semblé "familier", bien qu'Amet ne l'ait "jamais rencontré ou vu auparavant".

"J'ai senti que quelque chose était très louche et j'ai dit à mon ami que quelque chose allait nous arriver aujourd'hui", a-t-il dit.

Pour protéger la femme et les enfants de son ami, Amet a dit qu'il lui avait demandé de rester à la maison avec eux pendant qu'il allait au magasin pour prendre quelques affaires.

"Lorsque je suis revenu du magasin, j'ai vu l'agresseur se tenir dans une allée que vous pouvez utiliser pour descendre vers la route qui est proche de la porte de mon ami", a-t-il dit.

Amet a dit qu'il s'est approché de l'homme et l'a salué, lui demandant s'il avait un problème pour lequel il pouvait l'aider parce qu'il l'avait regardé plus tôt.

"Il a dit qu'il attendait son frère depuis deux heures mais qu’il n’était pas arrivé", a déclaré Amet.

"J'ai été surpris, personne n'a besoin d'attendre deux heures puisque tout le monde a un téléphone portable de nos jours. Je lui ai demandé d'où il venait. Il m'a répondu sans réfléchir qu'il était azéri. Ma suspicion a augmenté parce que ... très peu d'Azéris vivent dans ce quartier."

Amet a dit qu'il était entré chez son ami et a réitéré ses inquiétudes au sujet de l'homme suspect.

Après 90 minutes, la sonnette a retenti et la femme de l'ami d'Amet a ouvert la porte de l'immeuble à distance. L'homme est arrivé au troisième étage, où se trouvait l'appartement de l'ami d'Amet.

J'ai été surpris et il m'a dit : "Tout à l'heure, quelqu'un m'a proposé de l'aide, alors je suis venu", a déclaré Amet.

"Alors que je me dirigeais vers la porte, il est descendu. Je pense qu'il est allé devant pour se préparer. J'ai poussé la porte d'entrée et j'ai vu qu'il tenait une arme de poing à portée de main. Il m'a tiré dessus, mais d'une manière ou d'une autre, la première balle a raté et s'est égarée, sinon elle m'aurait touché à la tête. Au lieu de cela, elle a touché mon épaule."

Amet a dit qu'il a été projeté par la force de la balle et qu'il s'est couvert la tête, pensant que le futur assassin viserait là ensuite. Cependant, l'homme a tiré deux fois sur l'épaule d'Amet, le faisant tomber au sol.

"Mon ami a couru vers le bas en craignant qu'il m'arrive quelque chose et a poursuivi l'homme, mais il est revenu parce que j'étais à terre", a-t-il dit.

Il n'a pas pu retenir ses larmes en disant : "Mon cher ami, que t'est-il arrivé ? Tu n'aurais pas dû sortir".

Amet a dit qu'il avait suivi l'homme parce qu'il ne voulait pas qu'il entre dans l'appartement. Il a dit qu'il n'était pas sûr de savoir s'il avait un couteau, mais qu'il n'aurait jamais soupçonné qu'il aurait une arme.

Il a dit que les coups de feu avaient été tirés à bout portant, et que "si j'avais fait un pas de plus, j'aurais pu le capturer".

Amet a également confirmé que son assaillant était le même homme azéri à qui il avait parlé à l'extérieur de l'immeuble plus tôt.

Yusufjan Amet se rétablit dans son lit d'hôpital à Istanbul, le 3 novembre 2020. RFA Yusufjan Amet se rétablit dans son lit d'hôpital à Istanbul, le 3 novembre 2020. RFA

Alimentation de l'information

Amet a déclaré à Al-Jazeera l'année dernière que son rôle d'espion chinois était de "fournir des informations aux fonctionnaires" sur la communauté des exilés ouïghours, notamment sur ce qu'ils mangeaient et buvaient, et même sur ce qu'ils faisaient en privé chez eux. Ces informations étaient ensuite transmises aux autorités chinoises, a-t-il déclaré.

L'agent autoproclamé, qui a déclaré avoir également été envoyé par son contact pour contrôler les membres de son groupe ethnique en Afghanistan et au Pakistan, a affirmé que Pékin conserve d'"innombrables" informateurs dans le monde entier dans le cadre de son système de surveillance mondial en pleine expansion.

Il a également suggéré que la Chine est de plus en plus audacieuse dans ses opérations à l'étranger, avec des agents qui enlèvent des Ouïghours à l'étranger qui, lorsqu'ils sont renvoyés en Chine, sont régulièrement placés dans le vaste réseau de camps d'internement du XUAR, où les autorités de la région auraient détenu jusqu'à 1,8 million d’Ouïghours et d'autres minorités musulmanes depuis le début de 2017.

Dès octobre 2018, Pékin a reconnu l'existence de ces camps, mais les a décrits comme des "centres de formation professionnelle" volontaires, malgré les informations fournies par la RFA qui a constaté que les détenus sont pour la plupart détenus contre leur gré dans de mauvaises conditions, où ils sont contraints d'endurer des traitements inhumains et un endoctrinement politique.

Amet a déclaré à Al-Jazeera qu'il avait lui-même passé 18 mois dans un centre de détention après avoir été arrêté pour avoir tenté de s'envoler vers le Moyen-Orient pour rejoindre des combattants musulmans. Il a dit avoir été recruté alors qu'il purgeait sa peine et s'être vu confier un poste de concierge dans ce centre, où il a été témoin de tortures brutales pendant les interrogatoires.

Après avoir parlé aux médias de son rôle d'espion, Amet, qui est originaire de la ville de Karamay (en chinois, Kelemayi), au niveau de la préfecture de la XUAR, s'est installé dans la ville turque de Zonguldak, où se trouvent des mines de charbon, ce qu'il a déclaré avoir fait parce que peu de Ouïghours y vivent, ce qui rend plus difficile pour les autorités chinoises de le forcer à surveiller la communauté.

Il y a deux ans, il a demandé l'asile politique au bureau des Nations unies en Turquie et attend depuis lors qu'un pays tiers l'accepte.

 

Faire face à la rétribution

L'année dernière, il a déclaré qu'il savait qu'il pourrait être puni pour avoir parlé des persécutions dont les Ouïghours sont victimes chez eux, mais qu'il n'avait plus rien à perdre, car la plupart des membres de sa famille avaient été envoyés en détention, en partie à cause de ses propres activités au nom de ses supérieurs chinois.

Il a déclaré à RFA mardi qu'il avait reçu de nombreuses menaces alors qu'il travaillait dans une station-service à Zonguldak, notamment de la part de personnes qui l'approchaient dans son dos lorsqu'il terminait son service à minuit, en disant qu'elles "savaient tout de moi et des activités auxquelles je participais", mais qu'il ne les confronterait jamais.

"Ils étaient ouïghours et chinois aussi", a-t-il dit.

"C'étaient des Chinois qui travaillaient et allaient à l'école à Zonguldak. Je ne me suis jamais retourné pour leur parler parce que je craignais qu'un danger quelconque ne vienne à moi".

Amet a déclaré que dans certains cas, ceux qui l'ont menacé ont dit qu'il avait "rompu son engagement" et trahi les autorités chinoises.

Mais il a déclaré qu'il n'y avait aucune chance qu'un Ouïghour ait essayé de lui faire rendre des comptes pour ses activités d'espionnage lors de l'attaque de lundi.

"Ce n'est certainement pas une menace qui venait des Ouïghours, parce que je suis ouïghour et eux sont ouïghours, et quand le moment sera venu, nous irons dans notre patrie main dans la main", a-t-il déclaré.

"Cela vient des Chinois, qui peuvent facilement utiliser leurs agents en Turquie".

Un représentant de la police turque a déclaré à RFA que l'affaire Amet est "une enquête en cours et qu’aucune information ne peut être communiquée pour l’instant".

Les médecins du personnel de l'hôpital d'Amet ont refusé de commenter ses blessures mardi.

 

Rapporté par Shohret Hoshur pour le service ouïghour de RFA. Traduit par Mamatjan Juma. Rédigé en anglais par Joshua Lipes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.