Un tribunal public britannique va enquêter sur les allégations de génocide ouïghour

Un éminent avocat britannique spécialisé dans les droits de l'homme convoque un tribunal indépendant à Londres pour déterminer si les violations des droits des musulmans ouïghours par le gouvernement chinois dans la région du Xinjiang, à l'extrême ouest du pays, constituent un génocide ou un crime contre l'humanité.

Article original publié en anglais le 3 septembre 2020 par Sylvia Hui, journaliste d’Associated Press (AP), sur le site de The Star. Pour accéder à la version originale :https://www.thestar.com/news/world/europe/2020/09/03/uk-public-tribunal-to-probe-uighur-genocide-claims.html

icono-16-septembre-2020

LONDRES - Un éminent avocat britannique spécialisé dans les droits de l'homme convoque un tribunal indépendant à Londres pour déterminer si les violations des droits des musulmans ouïghours par le gouvernement chinois dans la région du Xinjiang, à l'extrême ouest du pays, constituent un génocide ou un crime contre l'humanité.

Le tribunal devrait révéler de nouvelles preuves et de nouveaux témoignages au cours d'audiences de plusieurs jours l'année prochaine. Bien que le tribunal n'ait pas le soutien du gouvernement, il s'agit de la dernière tentative pour tenir la Chine responsable de son traitement des Ouïghours et des minorités ethniques turques, qui ont fait l'objet d'une répression sans précédent depuis 2017.

L'avocat Geoffrey Nice, qui a précédemment dirigé les poursuites contre l'ancien président serbe Slobodan Milosevic lors de la guerre des Balkans et a travaillé avec la Cour pénale internationale, a été chargé par le Congrès mondial ouïghour d'enquêter sur "les atrocités en cours et le possible génocide" contre le peuple ouïghour.

Les allégations de génocide potentiel contre la Chine sont "des questions qui devraient être posées et auxquelles il faudrait répondre", mais ces allégations n'ont jamais été examinées légalement en public, a déclaré M. Nice à l'Associated Press.

Les organisateurs en sont aux premières étapes de la collecte de preuves et s'attendent à recevoir un nombre important de soumissions de la part des Ouïgours exilés à l'étranger au cours des prochains mois. Parmi les nouvelles preuves qui pourraient émerger figurent les témoignages de plusieurs anciens agents de sécurité qui ont été impliqués dans les camps de détention du Xinjiang.

"Pour l'instant, les preuves les plus solides semblent être des preuves d'incarcération et peut-être des preuves de stérilisation forcée", a déclaré M. Nice.

Une enquête récente de l'AP a révélé que le gouvernement chinois impose systématiquement le contrôle des naissances aux Ouïghours et aux autres musulmans dans un effort apparent de réduction de leur population. Le rapport a révélé que les autorités soumettent régulièrement les femmes des minorités à des contrôles de grossesse et imposent des dispositifs intra-utérins, la stérilisation et l'avortement à des centaines de milliers d'entre elles. Alors que des dizaines de personnes ont été incarcérées dans des camps de détention pour un prétendu "extrémisme religieux", de nombreuses autres ont été envoyées dans ces camps simplement parce qu'elles avaient eu trop d'enfants.

De telles pratiques de stérilisation forcée pourraient enfreindre la Convention sur le génocide, a déclaré M. Nice.

L'ambassade de Chine à Londres n'a pas répondu aux demandes de commentaires envoyées par courriel. Les fonctionnaires chinois ont à plusieurs reprises tourné en dérision les allégations de violations des droits dans le Xinjiang, les considérant comme fabriquées de toutes pièces, et insistent sur le fait que toutes les ethnies sont traitées de la même manière.

La Chine soupçonne depuis longtemps les Ouïghours, qui sont pour la plupart musulmans, de nourrir des tendances séparatistes en raison de leur culture, de leur langue et de leur religion distinctes. Lors d'une longue conférence de presse en août, l'ambassadeur chinois au Royaume-Uni a fait passer des vidéos graphiques d'attaques terroristes au Xinjiang pour montrer que les mesures prises par le gouvernement chinois dans cette région sont "nécessaires et importantes".

L'ambassadeur Liu Xiaoming a également qualifié de "mensonges du siècle" les allégations de violations des droits au Xinjiang faites par les médias occidentaux, et a nié que plus d'un million de Ouïghours aient été détenus dans le Xinjiang.

Le jugement du tribunal de Londres n'est contraignant pour aucun gouvernement. Toutefois, M. Nice a déclaré que le processus sera néanmoins un moyen de remédier à l'absence d'action dans la lutte contre les abus présumés en "comblant le vide par des informations fiables".

"Il n'y a pas d'autre moyen de juger les dirigeants du Parti communiste (chinois), collectivement ou individuellement", a déclaré M. Nice.

En juillet, des avocats représentant des militants ouïghours en exil ont déposé une plainte auprès de la Cour pénale internationale contre la Chine, demandant au tribunal de La Haye, aux Pays-Bas, d'enquêter sur le rapatriement forcé de milliers d'Ouïghours du Cambodge et du Tadjikistan et sur le présumé génocide au Xinjiang.

Cependant, Pékin ne reconnaît pas la compétence de la Cour internationale, et Nice - qui n'est pas impliqué dans cette affaire - a déclaré que la Cour se concentrera probablement davantage sur la culpabilité des pays de rapatriement et moins sur celle des autorités chinoises.

Le Congrès mondial ouïghour, une organisation internationale représentant les exilés ouïghours, a fourni les premières preuves et le financement du tribunal de Londres. Les organisateurs prévoient de tenir deux audiences publiques à Londres l'année prochaine.

Le tribunal sera composé d'au moins sept membres qui feront office de jury. Parmi eux figure l'homme d'affaires britannique Nicholas Vetch, un des organisateurs. Un verdict est attendu d'ici la fin de l'année 2021.

Joanne Smith Finley, de l'université de Newcastle, experte en études ouïghoures, a déclaré que les conclusions du tribunal pourraient contribuer à faire pression sur les gouvernements pour qu'ils imposent des sanctions telles que l'interdiction du coton du Xinjiang.

"Il n'a pas de véritable pouvoir juridique dans le sens où sa résolution ne pourra forcer aucun gouvernement à prendre des mesures", a-t-elle déclaré. "Cependant, je pense que sa résolution sera importante pour faire pression sur le gouvernement britannique - et, espérons-le, sur d'autres gouvernements - afin qu'ils prennent des mesures claires pour persuader la Chine de mettre fin à ces abus".

Darren Byler, un universitaire de l'Université du Colorado, a déclaré qu'une enquête indépendante ajouterait une nouvelle perspective à la réaction actuelle centrée sur les États-Unis.

"Jusqu'à présent, la réaction mondiale à ce qui arrive aux Ouïghours et aux Kazakhs dans le nord-ouest de la Chine s'est largement limitée à des actions unilatérales des États-Unis et a été associée à la position plus générale anti-chinoise du président Trump", a déclaré M. Byler.

En juillet, l'administration Trump a imposé des sanctions à trois hauts responsables du Parti communiste chinois pour des violations présumées des droits de l'homme visant les Ouïghours, les Kazakhs ethniques et d'autres minorités du Xinjiang, notamment des détentions massives et un contrôle forcé de la population.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.