Silk Road
Abonné·e de Mediapart

206 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juil. 2020

Les multinationales crient à l'injustice partout, sauf en Chine

Malgré la récente décision de la Chine d'affirmer son autorité sur Hong Kong, ainsi que les preuves substantielles que la Chine a poussé une grande partie de sa minorité ethnique ouïghoure dans des camps de détention où ils sont soumis au travail forcé, les entreprises n'ont généralement pas critiqué la Chine publiquement.

Silk Road
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article original publié en anglais le 8 juillet 2020 par Marc Bain sur le site de Quartz. Pour accéder à la version originale :https://qz.com/1877811/multinational-companies-are-calling-out-injustice-except-in-china/

Ces derniers mois ont vu une vague d'entreprises s'exprimer sur les questions sociales et l'injustice. Elles ont afflué sur les médias sociaux pour condamner le racisme, en solidarité avec les protestations contre les meurtres de Noirs américains par la police. Elles se sont engagées à arrêter la publicité sur Facebook jusqu'en juillet afin de réprimander le géant des médias sociaux pour son rôle dans la diffusion de discours haineux en ligne. Certains ont fait pression sur les Redskins de Washington de la NFL pour qu'ils changent leur nom, qu'ils qualifient d'irrespectueux envers les Américains autochtones.

Mais la crise des droits de l'homme s'aggrave et les entreprises restent silencieuses. Malgré la récente décision de la Chine d'affirmer son autorité sur Hong Kong, ainsi que les preuves substantielles que la Chine a poussé une grande partie de sa minorité ethnique ouïghoure dans des camps de détention où ils sont soumis au travail forcé, les entreprises n'ont généralement pas critiqué la Chine publiquement. La situation montre les limites de ce que les entreprises vont risquer au nom des valeurs.

"Elles sont incohérentes", a déclaré Surya Deva, professeur associé de droit à la City University de Hong Kong et membre du groupe de travail des Nations unies sur les entreprises et les droits de l'homme. "Cette approche sans principe, à mon avis, est problématique".

Deva l'a décrite comme une analyse coûts-avantages. Contrairement à une prise de position contre le racisme ou les discours de haine, critiquer les actions du gouvernement chinois comporte un risque financier important. L'année dernière, par exemple, après que Daryl Morey, directeur général des Houston Rockets de la NBA, ait tweeté son soutien aux manifestants pro-démocratie de Hong Kong, la Chine a réagi par des mesures telles que la suspension des diffusions des matchs de la NBA à la télévision d'État. Cela a coûté à la ligue "des centaines de millions de dollars" et la télévision d'État chinoise ne prévoit pas de diffuser les matchs une fois que les jeux auront repris. De même, de nombreuses multinationales ont des intérêts commerciaux importants en Chine qui seraient menacés.

William Nee, conseiller en stratégie des affaires et des droits de l'homme et analyste à Amnesty International, a déclaré qu'il n'était pas surpris que les entreprises qui soutiennent le mouvement Black Lives Matter ne se prononcent pas sur les violations des droits en Chine. "Il est clair que ces entreprises savent que Pékin ripostera férocement à toute critique de leur politique, et il n'y a pas non plus un grand public en Chine qui les récompensera pour leur position progressiste", a-t-il déclaré.

Nee a également souligné qu'en vertu des normes internationales, les entreprises ne sont généralement pas tenues de prendre publiquement position sur ces questions, à moins qu'elles n'aient causé, contribué ou été directement liées à des violations des droits de l'homme. Il y a aussi la question de savoir si les entreprises doivent prendre des positions publiques sur les problèmes qui se produisent dans les pays étrangers. De nombreuses entreprises qui dénoncent le racisme aux États-Unis et qui boycottent Facebook sont également basées aux États-Unis, il est donc logique qu'elles dénoncent plus ouvertement les injustices commises dans leur pays.

Mais cela ne signifie pas qu'ils sont déconnectés de ce qui se passe en Chine. Un rapport publié au début de l'année par l'Australian Strategic Policy Institute, un groupe de réflexion fondé par le gouvernement australien, a établi des liens entre des dizaines d'entreprises internationales, dont des géants multinationaux comme Nike et Apple, et des fournisseurs chinois qui ont eu recours au travail forcé ouïgour. Le 1er juillet, les États-Unis ont publié un avis disant aux entreprises de prendre conscience des risques du travail forcé dans leurs chaînes d'approvisionnement si elles utilisent des installations situées dans ou liées au Xinjiang, la région occidentale où réside la majorité de la population ouïghoure de Chine.

Les experts affirment également que la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, qui donne à Pékin le pouvoir d'enquêter et d'arrêter les suspects pour toute une série de crimes "politiques" définis de manière vague, a ouvert la voie aux violations des droits, mettant les entreprises opérant à Hong Kong dans une position délicate. "La loi sur la sécurité nationale compromettrait également la capacité des entreprises opérant à Hong Kong à s'acquitter de leur responsabilité de respecter les droits de l'homme conformément aux principes directeurs des Nations unies sur les entreprises et les droits de l'homme", a mis en garde un groupe d'experts des Nations unies dans une récente déclaration.

Ces principes, adoptés par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies en 2011, stipulent que les entreprises doivent éviter de causer ou de contribuer à des violations des droits, et doivent chercher à prévenir ou à atténuer les problèmes "directement liés à leurs opérations, produits ou services par leurs relations commerciales, même si elles n'ont pas contribué à ces impacts". Les principes ne sont pas juridiquement contraignants, mais M. Deva affirme que pratiquement toutes les entreprises et les associations industrielles les acceptent. Les entreprises ne sont pas non plus excusées en disant qu'elles se conforment simplement aux lois d'un pays. L'OCDE dispose d'un ensemble de normes similaires pour les entreprises.

Certaines entreprises technologiques, dont Facebook, Google et Twitter, ont interrompu le traitement des demandes de données d'utilisateurs émanant des forces de l'ordre de Hong Kong en raison d'inquiétudes concernant la loi, bien que, comme elles sont généralement bloquées en Chine, elles n'aient pas un grand intérêt financier à le faire.

D'autres multinationales ne sont peut-être pas aussi directement impliquées dans les questions épineuses des droits de l'homme, mais leur silence a quand même attiré l'attention. Patrick Collison, PDG de Stripe, une entreprise de traitement des paiements en ligne, a récemment tweeté que les entreprises américaines devraient être plus claires sur leur opposition aux actions du gouvernement chinois. Il faisait référence à un rapport de l'Associated Press sur la Chine qui utilise des méthodes telles que l'avortement et la stérilisation pour réduire la population ouïghoure dans le pays.

Si les entreprises peuvent avoir le sentiment de devoir respecter les règles de la Chine ou d'en subir les conséquences, M. Deva affirme que les entreprises ont un certain pouvoir, en particulier si elles agissent collectivement. Elles ne peuvent peut-être pas imposer de réformes majeures, mais elles peuvent faire pression pour des changements progressifs, comme négocier avec les autorités locales pour obtenir des concessions pour les travailleurs ouïghours. Elles pourraient également financer des recherches menées par des centres dans les universités chinoises afin de faire pression pour un accès plus libre à l'information.

"En bref, les entreprises devraient agir collectivement et explorer des moyens novateurs de promouvoir les droits de l'homme sans franchir de "lignes rouges strictes"", a-t-il déclaré. Si cela échoue, les principes directeurs des Nations unies sont clairs, a-t-il noté : "Si vous essayez d'utiliser votre influence et que cela ne change rien, vous devrez peut-être utiliser votre dernière option, c'est-à-dire vous retirer ou vous désengager du marché".

Peu d'entreprises semblent susceptibles d'adopter une position aussi audacieuse dans un avenir proche.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa