Silk Road
Abonné·e de Mediapart

206 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2018

Silk Road
Abonné·e de Mediapart

Les Ouïghours: victimes des camps de concentration du 21ème siècle

Plus d'un million d'Ouïghours seraient dans les «centres de rééducation» chinois.

Silk Road
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La cérémonie d'ouverture d'un camp de rééducation à Lopnor, Xinjiang

Mehmet Tohti

(Cet article a été publié originellement en anglais par Foreign Policy le 18 mai 2018. Voir la version originale ici : https://thediplomat.com/2018/05/uyghurs-victims-of-21st-century-concentration-camps/)

Après que des communautés ouïghoures exilées à travers le monde aient défilé dans différentes capitales, dont Bruxelles, Washington et Ottawa, pour la liberté de leurs compatriotes, la détention massive sans précédent d'Ouïghours par les autorités chinoises a finalement semblé attirer l'attention de l'Occident. Selon le résumé de l'AP, la secrétaire d'Etat adjointe par intérim Laura Stone a déclaré le 18 avril que «les Etats-Unis étaient profondément préoccupés par la détention par la Chine d'au moins« des dizaines de milliers d'Ouïghours et d'autres défenseurs de droits humains » et que les Etats-Unis pourraient poursuivre les sanctions contre les responsables chinois impliqués dans la répression au Xinjiang en vertu de la loi de 2016 sur le Magnitski.

Le 3 avril, le sénateur américain Marco Rubio et le représentant Chris Smith - coprésidents de la Commission exécutive du Congrès sur la Chine - ont qualifié le réseau de camps du Xinjiang de "plus grande incarcération de masse d'une population minoritaire dans le monde". "Dans une lettre, ils ont demandé à l'ambassadeur américain en Chine de déterminer si Washington devait imposer des sanctions contre les responsables.

À la 37e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, le Canada a également exprimé ses préoccupations au sujet de la détention de milliers d'Ouïghours et a demandé des comptes au gouvernement chinois.

Au fur et à mesure des informations - des déclarations du gouvernement local et des responsables de la sécurité sur le terrain (rapportés par le Service ouïghour de Radio Free Asia), des témoignages et des sources de victimes - la dure vérité est devenue indéniable. Camoufler les camps de concentration qui abritent plus d'un million d'Ouïghours n'est tout simplement pas suffisant pour cacher la réalité tragique à laquelle les Ouïghours sont confrontés aujourd'hui.

Oui, les camps de concentration - il est maintenant temps d'étiqueter ces «centres de rééducation» avec un terme qui correspond le mieux à la situation. Selon la définition du dictionnaire Britannica, les camps de concentration sont des «centres d'internement pour prisonniers politiques et membres de groupes nationaux ou minoritaires qui sont confinés pour des raisons de sécurité, d'exploitation ou de punition, généralement par décret exécutif ou ordre militaire», c'est le cas exactement au Xinjiang.

La Chine a mis plus d'un million d'Ouïghours dans ces camps de concentration, où ils sont détenus sans inculpation ni conditions de libération. Cela dure depuis plus d'un an, depuis l'arrivée du nouveau chef du Parti communiste de la région, Chen Quanguo, fin 2016.

Les Ouïghours sont des Turks et le principal habitant de la région, leur patrie ancestrale depuis des millénaires. La Chine est entrée dans la région, connue sous le nom de Turkestan oriental par les Ouïgours, en 1949 et a déclaré la création de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang le 1er octobre 1955. Le Xinjiang représente un sixième de la superficie totale du pays.

Pendant près de six décennies d'annexion, la Chine a poursuivi une politique d'assimilation et changé la démographie de la région. En 1950, la population ethnique des Han (le groupe majoritaire, avec une marge massive, en Chine) ne représentait que 5% des habitants du Xinjiang. Ce chiffre a grimpé à plus de 40% en 2009, y compris un afflux des paramilitaires chinois appelé Bingtuan (Xinjiang Production and Construction Corps). Les Ouïghours sont maintenant des minorités dans leur propre patrie.

En 2017, la langue ouïghoure a été interdite dans les écoles de la préfecture de Hotan. En outre, une répression religieuse s'est transformée en interdiction totale de l'Islam, avec la démolition de milliers de mosquées (dont «près de 70% des mosquées» dans la ville de Kashgar) et la confiscation de livres religieux, dont le Saint Coran.

La campagne de répression de la Chine a pris de l'ampleur en détournant la tragédie du 11 septembre. Pékin a joué la carte du terrorisme contre les Ouïghours et intensifié sa répression en qualifiant toute désobéissance civile et le mécontentement comme faisant partie des «trois maux» (terrorisme, séparatisme et extrémisme religieux). Depuis lors, des dizaines de milliers d'Ouïghours ont été condamnés à mort ou à la réclusion à perpétuité. L'un d'eux est Huseyin Celil, un citoyen canadien de Burlington, en Ontario, qui purge une peine d'emprisonnement à perpétuité dans une prison chinoise depuis 2006.

L'ambition chinoise d'expansion mondiale devient incontrôlable et la patrie ouïgoure est devenue le tremplin de la Chine vers l'Asie centrale et au-delà, en raison de ses frontières directes avec huit pays en plus de ses énormes ressources énergétiques. L'ambitieuse "Initiative ceinture et route" de Xi Jinping vise à renforcer la Chine en tant que puissance dominante en Asie, en Afrique et en Europe avec des initiatives commerciales et des investissements dans les infrastructures qui traversent le Xinjiang.

En conséquence, les Ouïghours sont considérés comme un obstacle à l'ambition de Xi. La Chine exige le silence absolu des Ouïghours sur leurs terres historiques pour faire avancer son plan. L'utilisation actuelle des camps de concentration comme outil de punition collective des Ouïgours doit être comprise dans ce contexte.

Les camps de concentration ont été unanimement condamnés par la communauté mondiale au siècle dernier.

Les tragédies humaines inoubliables des camps de concentration nazis et des goulags soviétiques ont enseigné suffisamment de leçons pour que l'humanité fasse le serment d'empêcher que de telles tragédies ne se reproduisent.

Et pourtant, sous les yeux du monde, le gouvernement chinois a privé des dizaines de milliers d'Ouïghours - possiblement plus d'un million - de leurs droits fondamentaux en les plaçant sur ces sites.

Chaque Ouïghour à l'étranger a des proches qui attendent une mort lente dans ces camps. Et selon des recherches récentes, la Chine accélère sa volonté de construire plus de camps dans la région pour accueillir plus d'Ouïghours.

Dans le cadre d'une marche mondiale dirigée par le Congrès mondial Uyghur, les communautés ouïgoures à l'étranger exhortent l'action internationale à stopper cette folie et à sauver la vie d'Ouïghours innocents qui comptent maintenant leurs derniers jours d'isolement sous la torture physique, psychologique et spirituelle.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André