Changement de plan: faire de la recherche au Xinjiang

Le récit d’une jeune chercheuse américaine, spécialiste de la musique ouïghoure, de son dernier séjour en pays ouïghour en été 2018. Elle décrit les terribles conditions, le climat politique et l’impossibilité de faire un terrain de recherche.

Un slogan peint sur un mur dans un quartier de Turpan, qui se lit en ouïghour : «Aimer la patrie et le Xinjiang; l'unité - faire des contributions; travailler dur; s'entraider; ouverture; progresser. " © Elise Anderson Un slogan peint sur un mur dans un quartier de Turpan, qui se lit en ouïghour : «Aimer la patrie et le Xinjiang; l'unité - faire des contributions; travailler dur; s'entraider; ouverture; progresser. " © Elise Anderson

Par Elise Anderson

Cet article a été publié originellement en anglais sur le site de Asian-Studies.org (études asiatiques) le 12 décembre 2018. Pour accéder à la version originale : http://www.asian-studies.org/asia-now/entryid/187?fbclid=IwAR0IYkvXPdxzn2M8CHskghjB72liq-7p4EceJD-la9efQGVyfTIgTTjPI5E

En avril 2018, le Conseil pour la Chine et l'Asie intérieure de l'Association pour les études asiatiques m'a octroyé une petite subvention pour me rendre à Ürümchi (Urumqi, Wulumuqi), dans le Xinjiang, en Chine, afin de mener une étude de faisabilité, pendant deux semaines, portant sur le thème «Genre et musique dans la société ouïghoure. » Je comptais utiliser mes nombreuses relations dans la région pour mener des entretiens préliminaires et des observations des participants, ainsi que pour collecter des ressources écrites et audio / visuelles, l'objectif étant de faire ressortir des thèmes liés à l'impact des attentes sociales liées au genre sur la création musicale et d'autres formes de production culturelle pour les membres de la minorité ouïghoure. J'imaginais ce voyage comme le début de mon premier projet postdoctoral.

Mon intérêt et mon engagement pour la musique ouïghoure, ainsi que mes relations avec / à Ürümchi, durent depuis longtemps. Je me suis rendu pour la première fois dans cette ville en 2004 et y ai mené des recherches à partir de 2007. Entre 2012 et 2016, j'ai passé trois ans et demi dans la ville, faisant d'Ürümchi un lieu que je découvrais comme une deuxième maison, un lieu qui m'a permis de devenir une chercheuse meilleure et, plus important encore, un être plus complet et meilleur qu’avant. Cependant, la situation politique avait radicalement changé depuis mon départ à la fin du mois de juin 2016 et je voulais revenir pour voir si mes recherches seraient possibles.

Au printemps 2017, de nombreux rapports faisant état d'un système de «centres de rééducation politique» ou camps de concentration en pleine expansion ont commencé à sortir de la région autonome ouïghoure du Xinjiang (XUAR). Depuis lors, des journalistes, des universitaires, des avocats et des militants de droits humains ont utilisé les annonces du gouvernement, les offres de construction, les images satellites et même par les recherches ethnographiques pour révéler diverses facettes d'un vaste projet de réingénierie humaine destiné aux Ouïghours, aux Kazakhs et aux membres d'autres minorités musulmanes turcophones de la région.

Vue de la mosquée Noghay (tatare), la plus grande mosquée d'Ürümchi, de Konsul Kochisi (Rue du Consulat, petite rue bordée exclusivement d’entreprises ouïghoures). La mosquée est techniquement "ouverte" comme d'habitude - mais presque personne n'ose y entrer, le complexe étant maintenant bouclé avec des clôtures et des barbelés. © Elise Anderson Vue de la mosquée Noghay (tatare), la plus grande mosquée d'Ürümchi, de Konsul Kochisi (Rue du Consulat, petite rue bordée exclusivement d’entreprises ouïghoures). La mosquée est techniquement "ouverte" comme d'habitude - mais presque personne n'ose y entrer, le complexe étant maintenant bouclé avec des clôtures et des barbelés. © Elise Anderson

Des estimations crédibles suggèrent que près d’un million d’Ouïghours, soit environ 10% de la population de cette ethnie, se trouvent dans des camps, tandis que ceux qui se trouvent en dehors des camps sont soumis à une surveillance constante par le biais d’un état de surveillance dystocique. Dans un éditorial au New York Times, le chercheur Rian Thum conclut à juste titre que le Xinjiang "est devenu un État policier qui rivalise avec la Corée du Nord, avec un racisme formel sur l'ordre de l'apartheid sud-africain". À l'automne 2018, après avoir longtemps nié l'existence des camps, le gouvernement chinois et ses organes de presse ont lancé un blitz de propagande dans lequel ils ont tenté de décrire le système de camps comme des "centres de formation professionnelle" remplis de "participants volontaires".

Un poste de contrôle de sécurité dans un hôtel d'Ürümchi. En théorie, tous les visiteurs, mais en pratique seulement ceux qui ont l’apparence ouïghoure ou appartenant à une autre minorité, doivent scanner leurs cartes d'identité nationales aux points de contrôle comme celui-ci, qui sont postés aux entrées de presque tous les commerces, parcs et autres espaces accessibles au public dans toute la région. © Elise Anderson Un poste de contrôle de sécurité dans un hôtel d'Ürümchi. En théorie, tous les visiteurs, mais en pratique seulement ceux qui ont l’apparence ouïghoure ou appartenant à une autre minorité, doivent scanner leurs cartes d'identité nationales aux points de contrôle comme celui-ci, qui sont postés aux entrées de presque tous les commerces, parcs et autres espaces accessibles au public dans toute la région. © Elise Anderson

Sans surprise, j'ai rencontré de nombreux obstacles dès la seconde où je suis entrée en Chine le 14 juin de cette année. Le premier a eu lieu au contrôle des passeports à Beijing, où j'ai été écarté pour une série de questions spécifiquement liées à mes relations avec / dans la Région autonome de Xinjiang - une piste que je n’avais jamais vue lors de la douzaine de voyages que j’ai faits en Chine depuis 2004. Le deuxième obstacle est survenu lorsque j'ai tenté d'acheter des billets d'avion depuis Pékin pour Ürümchi. Quatre réservations que j'ai faites en ligne ont été presque instantanément annulées, ce qui, je suppose, était lié à l'interrogatoire que j'avais subi à la douane; mon nom et mon numéro de passeport ont été clairement signalés. En fin de compte, j'ai pu obtenir un billet, mais seulement après que mon départ ne soit déjà retardé de deux jours.

Le troisième - et beaucoup plus troublant - obstacle a été ce que j’ai rencontré à mon arrivée à Ürümchi. J'ai vite découvert que les individus et les institutions avec lesquels j'avais espéré collaborer ne voulaient rien avoir à faire avec moi. Au départ, j'avais prévu de contacter les participants à la recherche, que je connais déjà personnellement, uniquement après mon arrivée à Ürümchi, croyant naïvement qu'il serait plus sûr de les contacter une fois dans le pays plutôt que depuis l'étranger. J'ai reçu un rejet après l'autre, cependant: mon ancienne directrice de recherche à l'Université du Xinjiang, Rahile Dawut, avait disparu depuis longtemps et personne ne voulait s’approcher de moi ; mes contacts à l'institut des arts du Xinjiang, où j'ai étudié pendant cinq semestres entre 2014 et 2016, ont indiqué par un proxy que je ne devrais pas tenter de mettre les pieds sur leur campus; mes tentatives pour contacter le Muqam Ensemble et l’Association des femmes ont été accueillies avec silence ; et la bibliothèque régionale, où j'avais prévu de faire de la recherche textuelle, a été fermée (apparemment pour le remodelage, qui dure maintenant depuis plus de trois ans). De plus, les librairies que je connaissais le mieux avaient été fermées, une grande partie de leur stock en langue ouïghoure ayant été interdite et / ou brûlée lors d'un «nettoyage» récent. Les magasins d'instruments de musique, quant à eux, avaient été transférés dans un bazar touristique, ce qui m'a pris des jours à trouver. J'ai découvert dans des branches de Xinhua, la librairie d'État, que les maigres ressources en langue ouïghoure encore disponibles à l'achat ne comprenaient aucun ouvrage utile aux recherches que je voulais mener.

Librairie fermée dans un centre commercial souterrain du quartier ouïghour d’Ürümchi © Elise Anderson Librairie fermée dans un centre commercial souterrain du quartier ouïghour d’Ürümchi © Elise Anderson

Librairie fermée dans le quartier Östengboyi (Le bord de l’eau) de la vieille ville de Kashgar © Elise Anderson Librairie fermée dans le quartier Östengboyi (Le bord de l’eau) de la vieille ville de Kashgar © Elise Anderson

Après plusieurs jours de tristesse face à l’impossibilité de réaliser mes projets, j’ai ajusté mes attentes. Je n'ai mené aucun entretien formel lié à mon sujet de recherche, mais je parlais et interagissais constamment avec les résidents locaux en explorant la ville chaque jour. En plein milieu de mes journées de recherche de thèse, chaque fois que je rencontrais des obstacles, je me tournais vers la marche, dans l’espoir qu’une nouvelle vision de la ville ou une nouvelle rencontre humaine me renseignent davantage sur les textures de la vie ouïghoure. J’ai trouvé cette méthode éprouvée cet été, en partant chaque matin pour de longues promenades. En discutant de manière informelle avec les personnes que j'ai rencontrées, j'ai appris qu'un important projet de gentrification et de réinstallation ethnique était en cours dans la ville. J'ai également documenté, par le biais de la photographie et de plusieurs enregistrements sonores, les transformations en profondeur de la ville et du paysage sonore d'Ürümchi.

Dans l'ensemble d'Ürümchi, des bâtiments sont en train d'être rénovés dans le but de gentrifier la ville. Une deuxième phase du projet consiste à réinstaller des personnes de différents groupes ethniques dans la ville une fois les travaux de rénovation terminés. © Elise Anderson Dans l'ensemble d'Ürümchi, des bâtiments sont en train d'être rénovés dans le but de gentrifier la ville. Une deuxième phase du projet consiste à réinstaller des personnes de différents groupes ethniques dans la ville une fois les travaux de rénovation terminés. © Elise Anderson

J'ai aussi appris sur les événements actuels, notamment sur le travail politique auquel le gouvernement confie les groupes professionnels de musique, ainsi que sur les arrestations et les détentions les personnalités ouïghoures - lors de mes échanges dans la rue, j'ai eu de nombreuses personnes dont certaines que je connaissais personnellement et d'autres qui m'ont abordée parce qu'elles m'ont reconnu grâce à ma petite carrière de divertissement à mon séjour à Ürümchi. Après avoir suivi les médias sociaux, j'ai également appris et documenté de nouvelles chansons en mandarin publiées par de grands artistes de la scène qui avaient auparavant produit de la musique de manière consciente et exclusivement en ouïghour.

Les membres d'un groupe répètent. Lorsqu'on leur a demandé s'ils avaient des représentations à venir, ils ont répondu «Non», et a ajouté qu'il fallait attendre les appels pour savoir quand et où ils pourraient être envoyés pour donner des concerts politiques dans des communes et des villages. © Elise Anderson Les membres d'un groupe répètent. Lorsqu'on leur a demandé s'ils avaient des représentations à venir, ils ont répondu «Non», et a ajouté qu'il fallait attendre les appels pour savoir quand et où ils pourraient être envoyés pour donner des concerts politiques dans des communes et des villages. © Elise Anderson

Environ une semaine après le début de mon voyage, j'ai pris la décision de voyager en dehors d'Ürümchi pour voir comment les nouvelles politiques et pratiques affectent la vie des Ouïghours dans les villes situées en dehors du centre. J'ai donc fait de brèves visites à Kashgar (Kashi), Yarkend / Yeken (Shache), Qomul (Hami) et Turpan (Tulufan), où - malgré une présence policière envahissante qui réduisait souvent ma capacité à me déplacer librement -J'ai poursuivi des activités similaires à celles que j'avais à Ürümchi. Pendant cette partie de mes voyages, j'étais accompagnée par la photographe / artiste Lisa Ross, bénéficiaire d'une bourse de voyage du Asian Cultural Council. Nos différents domaines d’expertise - Ross est un passionné d’images qui véhiculent à la fois l’extraordinaire et le banal, et le mien est une connaissance approfondie du domaine- - se complétaient alors que nous parcourions la région ouïghoure.

Une vue de la vieille ville de Yarkend / Yeken (Shache). À Yarkend, comme à Kashgar, tous les propriétaires d’entreprise ont été obligés d’installer des barres au-dessus des entrées de leurs magasins, laissant ainsi une impression de prison. © Elise Anderson Une vue de la vieille ville de Yarkend / Yeken (Shache). À Yarkend, comme à Kashgar, tous les propriétaires d’entreprise ont été obligés d’installer des barres au-dessus des entrées de leurs magasins, laissant ainsi une impression de prison. © Elise Anderson

Une rue presque vide dans l’Östengboyi de Kashgar © Elise Anderson Une rue presque vide dans l’Östengboyi de Kashgar © Elise Anderson

Au cours des deux semaines, je suis parvenu à la conclusion que non seulement l'étude proposée était irréalisable, mais également qu'il serait moralement indéfendable de poursuivre les recherches ethnographiques dans le Xinjiang dans un avenir proche. La réduction des risques fait partie du code d'éthique de quiconque mène des recherches sur des sujets humains et il est tout simplement impossible de le minimiser dans le climat actuel dans la région ouïghoure, où il suffit d’exprimer son intérêt pour un voyage à l’étranger ou des contacts avec des personnes extérieures à la région suffit pour condamner un Ouïghour à la disparition dans un camp.

Une photo de Xi Jinping exposée bien en évidence dans un magasin d'un bazar de Qomul © Elise Anderson Une photo de Xi Jinping exposée bien en évidence dans un magasin d'un bazar de Qomul © Elise Anderson

Depuis, j'ai fini par accepter que mes jours en Chine soient peut être terminés. À tout le moins, ils sont clairement numérotés si les politiques actuelles sont maintenues et je ne pense pas que les choses vont changer dans un proche avenir. Cependant, je suis de plus en plus convaincu qu'il est urgent pour les chercheurs et les autres parties intéressées de continuer à se rendre dans la région pour témoigner de ce qui se passe de toutes les manières possibles. Les conditions de la recherche sont loin d'être idéales - et même dangereuses -, ce qui signifie que tout le monde doit adhérer à un code d'éthique fort et à un engagement à ne pas nuire. Mais nous pouvons et devons continuer à dire la vérité sur ce qui se passe dans la région autonome ouïghoure de Xinjiang, où le Parti communiste chinois tente de créer un vide qu’il pourrait ensuite, à la manière du Parti d’Orwell 1984, ne se remplir que de lui-même.

Une pancarte au coin d’une rue assoupie près du site de la mosquée Altun (or) de Yarkend et de l’ancien complexe royal indique: «Le cœur de Xi Jinping et ceux des habitants des différentes ethnies du Xinjiang sont liés». © Elise Anderson Une pancarte au coin d’une rue assoupie près du site de la mosquée Altun (or) de Yarkend et de l’ancien complexe royal indique: «Le cœur de Xi Jinping et ceux des habitants des différentes ethnies du Xinjiang sont liés». © Elise Anderson

Un magasin d'instruments de musique Kashgar rend hommage à la Cité interdite, avec une image de Mao Zedong. © Elise Anderson Un magasin d'instruments de musique Kashgar rend hommage à la Cité interdite, avec une image de Mao Zedong. © Elise Anderson

Le parti ne peut pas cacher cela. L’un de mes proverbes préférés en langue ouïghoure est kün’ni étek bilen yapqili bolmas, qui se traduit littéralement qu’il est impossible de couvrir le soleil avec une couche de drap. Autrement dit, La vérité sort toujours. Il est impératif que l’AAS, le CIAC et d’autres agences de financement continuent d’aider les chercheurs à se rendre dans la région autonome ouïghoure de Xinjiang, de sorte que les tiers puissent continuer à témoigner de certains aspects de ce qui se passe là-bas, dans le processus révélant à quel point les draps de l’État-parti chinois sont vraiment fragiles.

Pour rejoindre un mouvement international grandissant des chercheurs (définis ici comme candidats au doctorat et titulaires d'un doctorat uniquement) condamnant la situation au Xinjiang, merci de prendre en considération d’ajouter votre nom à la déclaration des chercheurs concernés sur la détention massive de minorités turciques par la Chine.

L’auteure :

Elise Anderson est candidate au double doctorat en ethnomusicologie et en études centro-eurasiennes à l'Indiana University-Bloomington, elle termine actuellement une thèse sur l'impact du discours et de la pratique du développement sur la musique classique ouïghoure. Ses recherches ont été financées par des subventions du Fulbright United States Student Program, de Fulbright-Hays et de l’Indiana University, entre autres sources. Elise, chanteuse, musicienne, danseuse sociale et traductrice active, poursuit une carrière dans le monde universitaire ou au service de l'État.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.