sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

71 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2022

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Voix d'Iran - Message à ceux qui doutent

Le peuple iranien soutient-il massivement le soulèvement contre le régime ? La question paraît si absurde à ceux qui vivent sur place que nous avons, peut-être à tort, négligé d'y répondre. Voici un message venu de Téhéran, adressé à ceux qui doutent, et aussi à ceux qui veulent aider.

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A ceux qui  doutent de nous, et aussi un peu à ceux qui nous soutiennent

(une réponse venue d'Iran, aux commentaires qui suggèrent que le soulèvement est le fait d'une minorité, et qu'une grande partie du peuple soutient en fait la République Islamique) 

Tout d'abord, merci à ceux qui se tiennent à nos côtés.

Certaines célébrités et même des maisons de couture (pendant la Fashion Week de Paris) ont déclaré qu'elles étaient avec nous.

Merci à tous. Merci, Juliette Binoche, et merci Gucci et tous les autres.

Mais j'ai une requête, puisque j'ai l'occasion de pouvoir m'adresser à vous...

Veuillez  prendre quelques minutes pour revivre avec moi quelques moments amers, peut-être que cela vous aidera à mieux comprendre ce que nous traversons.

Ce matin, je me suis réveillé avec les images d'un jeune garçon, dans les 14 ans je dirais, qui était allongé sur l'asphalte, baignant dans son propre sang. Son corps palpitait comme un poisson sur une dalle de pierre.

Le garçon avait dit à ses parents qu'il allait acheter des livres. Il n'est jamais revenu et ses parents ont finalement vu cette vidéo, la même que j'ai vue, après cinq jours de recherche.

Ce n'est qu'alors, après que cette vidéo a fait surface, que les responsables ont avoué la vérité. Puis ils ont demandé aux parents de ce garçon de payer la balle avec laquelle il avait été abattu, afin qu'en retour ils leur rendent son corps.

C'est une vieille loi ici en Iran. Si vous êtes abattu par les forces armées,vous devez payer pour la balle avec laquelle ils vous ont tiré dessus. Enfin, votre famille doit payer. Vous, vous ne pouvez plus rien faire. Comme ce garçon qui baignait dans son sang, palpitant comme un poisson sur une dalle de pierre. Il ne pourra plus jamais rien faire. 

Cette nouvelle est arrivée peu de temps après que nous ayons été frappés en plein cœur par la mort de Nika. On devrait être habitués maintenant, mais en fait, non. On ne s'habitue pas. 

Je suis sûr que vous connaissez tous le visage de Nika, maintenant... il a été repris par tous les médias internationaux.

Nika était une jeune fille de 16 ans, presque 17, qui a disparu pendant plusieurs jours... Sa famille l'a cherchée partout, avec l'aide de quelques journalistes, jusqu'à ce qu'on leur confirme que son corps avait été retrouvé.

Puis sa tante et son oncle ont été arrêtés, pour ensuite apparaître à la télévision d'État pour confirmer que Nika était... tombée d'un toit. Je crois que deux des journalistes qui les avaient aidés ont aussi été arrêtées. 

Pourquoi arrêter quelqu'un, si tout ce qu'il y a à dire, c'est "elle est tombée d'un toit" ? Et pourquoi une jeune fille disparaîtrait-elle pendant plusieurs jours, et pourquoi son compte Instagram et autres comptes de réseaux sociaux seraient-ils supprimés, si elle venait simplement de tomber accidentellement d'un toit?

Chers peuples du monde libre, cher vous tous qui  portez des ciseaux à vos  cheveux, ou qui publiez des stories et des posts de soutien sur vos comptes sur les réseaux sociaux, sachez que nous sommes très amers aujourd'hui. 

S'il vous plaît, ne nous faites pas sentir que nous sommes juste le sujet d'une séance photo. Ne passez pas trop vite à autre chose. Allez plus loin que le traumatisme.

Je sais bien que vous voulez bien faire. Mais s'il vous plaît, réfléchissez bien. Demandez vous comment, pourquoi et dans quelle direction vous avancez, quand vous portez ces ciseaux à vos cheveux, ou que vous répétez ces prénoms, dont la liste s'allonge chaque jour. 

S'il vous plaît soyez plus sérieux à ce sujet. S'il vous plaît soyez aussi sérieux que possible. S'il vous plaît, soyez aussi forts que vous le pouvez. Et s'il vous plaît, si vous ne me croyez pas, enquêtez par vous-même, pour voir si c'est réel.

Pour constater que nous ne mentons pas quand nous affirmons que cette République islamique, celle que nous subissons ici aujourd'hui, utilise littéralement des enfants pour tuer d' autres enfants.

À ceux d'entre vous qui doutent des chiffres, qui doutent du caractère massif de notre mobilisation, et du caractère majoritaire du soutien de la population...

Si vous faites partie de ceux qui reçoivent de l'argent de la République Islamique pour raconter des mensonges, combien vous ont-ils payé ? Combien de ces balles ce montant paierait-il ? Combien de vies d'enfants pourriez vous vous offrir avec ce qu'ils vous ont donné ? 

Il existe des listes de noms, vous savez, et elles sortiront un jour. Rappelez-vous cela!

Et à ceux qui ne nous croient tout simplement pas, qui pensent sincèrement que notre mouvement est un épiphénomène et que le peuple d'Iran mérite ce régime parce qu'il est, en majorité, assez arriéré/ primitif/ rétrograde pour le soutenir et qu'on ne peut pas "aider les gens malgré eux", admettez-le, vous n'avez pas fait vos recherches ! 

Nous ne pouvons pas perdre notre temps, jour et nuit, à essayer de vous prouver ces choses. Si vous êtes honnêtes avec vous-mêmes, si vous n'êtes pas des agents rémunérés par le régime, alors ayez la décence de vous taire (considérez que vous nous accordez le bénéfice du doute, si vous préferez) ou bien, si vous tenez à vous exprimer, faites vos recherches correctement, et renseignez-vous avant de répéter bêtement des élément de langage façonnés par l'oppresseur pour décourager les bonnes volontés à l'étranger.

Ce qu'il y a de rassurant (et tragique à la fois...) avec les faits, c'est qu'ils ne changeront pas simplement parce que nous le voulons.

Par la couleur du ciel ! Si vous saviez comme j'aimerais que chacun de ces faits soit finalement faux... J'aimerais que ce garçon de 14 ans sourie encore derrière son pupitre aujourd'hui et que Nika ait pu danser encore pour son anniversaire au lieu d'être enterrée en cachette par les autorités pour éviter que sa famille ne puisse montrer dans quel état à été mis son corps.

Mais tout cela est réel. Ce sont des faits. La démocratie, c'est la règle de la majorité, où les droits des minorités sont préservés. La démocratie, ça a toujours quelque chose à voir avec la liberté d'expression. Cela aussi, c'est un fait. 

Vous, ceux qui doutent des faits, ouvrez donc les yeux.

Le régime islamique a tué Mahsa et ensuite Hadis, Hannaneh, Minoo, Ghazaleh, Nika, Sarina... et bien d'autres. Il les a tués et a ensuite menti à ce sujet, et le peuple se soulève dans des dizaines de villes depuis plus de 16 jours maintenant. Ce sont des faits. 

Hélas, la réalité ne changera pas pour nous faire plaisir.

Quant à ceux d'entre vous qui adhèrent encore au discours religieux, par pitié... ne soyez pas dupes. À maintes reprises, nous l'avons dit et nous continuerons à le dire : la République Islamique ne représente aucune religion.

La rhétorique politique, en Iran, est toujours susceptible de revêtir des connotations religieuses, et ce, quel que soit votre bord. C'est comme ça. C'est l' identité de notre pays depuis des siècles. Cela changera peut-être un jour, mais aujourd'hui, l'Iran est un pays musulman. 

Vous avez peut-être vu passer cette vidéo de manifestants criant avec passion "Hossein, Hossein, Kojaaee ? Yazid shodeh Sepaahi!". Cela signifie: "Hossein, Hossein où es-tu ? La police est devenue Yazid !".

Si vous n'êtes pas familier de l'islam chiite, sachez que Hossein est le plus grand héros de l'Islam pour les Iraniens croyants, et que Yazid est le supervilain qu'il a affronté.

Ce groupe de manifestants là, dans cette vidéo en particulier, sont donc des Iraniens religieux, qui appellent leur religion à l'aide, pour les sauver de ce régime. Ils ne sont pas un cas isolé. 

Les Iraniens sont un peuple complexe, plein de contrastes; et une part significative de ceux qui se soulèvent aujourd'hui sont des musulmans qui estiment qu'ils ne peuvent pas vivre ni pratiquer correctement leur religion  sous ce régime, parce que leur foi ou leurs pratiques ne correspondent pas à l'approche théologique et politique de la république islamique.

D'autres ne sont pas musulmans. Nous avons des juifs, des chrétiens, des zoroastriens, et plus encore. Certains n'ont pas de religion du tout. Beaucoup ont appris à garder leur religion dans leur cœur. Et il y en a aussi qui détestent tout ce qui a un rapport avec la religion. La diversité est notre force. 

Et la diversité n'est pas seulement notre force ici en Iran. C'est la richesse du monde. La richesse de ce monde, ce sont ses nombreuses langues, ses nombreuses religions, ses nombreuses couleurs et ses nombreuses formes différentes.

Ici, dans ce soulèvement, c'est une « Nation » qui (re-) commence (ce n'est pas la première fois que nous essayons) à se récolter contre des années et des années de comportements injustes et d'agressions internes et externes.

Une Nation, pas une religion, pas une race, pas une croyance, pas une  langue. Une Nation!

Que se passera-t-il après que ce régime tombera (car il finira bien par tomber) ?

Il y a deux façons de procéder. Il en a toujours été ainsi pour n'importe quelle nation, Je crois. 

Première possibilité: un nouveau mauvais gouvernement se formera, qui encore une fois refusera d'accepter la réalité des faits, comme ceux d'entre vous qui doutent de nous aujourd'hui. Si tel est le cas, ce nouveau gouvernement devra également être combattu, pendant encore quarante ans peut-être.

Deuxième possibilité , un nouveau gouvernement se formera, un gouvernement "suffisamment bon" dans lequel il y aura suffisamment de flexibilité et suffisamment de compréhension, pour qu'il n'y ait pas besoin de le renverser juste pour avoir le droit de conserver quelques livres et journaux dans nos bibliothèques.

Ce serait un gouvernement sous lequel les cinéastes et les journalistes ne seraient pas emprisonnés par dizaines. Ce serait également un gouvernement que le reste du monde n'aurait pas à craindre ou à détester, car il ne chercherait pas à menacer les autres avec une rhétorique théologique d'une part et des questions nucléaires d'autre part.

Et si vous faites vos recherches et choisissez bien vos lectures, vous verrez que nous avons les ressources humaines, et que nous avons les exigences culturelles pour former un tel gouvernement.

N'écoutez pas la rhétorique des politiciens. N'écoutez même pas ce que je dis ici ! Allez faire vos propres recherches et ne soyez pas satisfaits tant que vous n'aurez pas trouvé de réponses fiables à toutes vos questions.

Ceux d'entre vous qui ont des diplômes universitaires de bonnes écoles, vous savez comment faire ça, n'est-ce pas ?

Et ne croyez pas tout ce que les gens vous racontent. Si l'Iran parvient à ce deuxième type de gouvernement que je viens de mentionner, et s'il a une chance de prouver qu'il peut être un grand allié de la démocratie et de la liberté, vous verrez que notre pays peut apporter d'immenses contributions à ce monde où nous trouverons, ensemble, tellement plus de paix et tellement plus de prospérité.

Le peuple iranien est pris en otage par le régime islamique et par les puissances extérieures, qui refusent de reconnaître les atrocités que ce régime commet chaque jour, et lui permettent de rester au pouvoir.

Aidez-nous à retirer cette dent pourrie du monde. Ce régime est un ennemi à la fois de l'humanité et de la planète, il n'a pas d'autre soutien que lui-même et ceux qu'il fait profiter de tout ce qu'il a volé au peuple d'Iran. Faites vos recherches. Vous verrez que je dis la vérité.

Nos vies comptent, ne les laissez pas vous convaincre du contraire. Soyez notre voix. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre