sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2022

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Voix d'Iran : Dépravés, femmes libres et citoyens d'honneur

Avez vous entendu ce slogan, crié dans les rues et les cités universitaires : « c'est toi le dépravé ! Moi, je suis une femme libre » ? Fait amusant : même les hommes crient ces mots. Oui, nous sortons dans la rue avec nos sourcils broussailleux et nos barbes de trois jours et nous crions avec fierté, de nos grosses voix bien viriles « je suis une femme libre ».

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La révolution se nourrit de deux choses: l'espoir, et le courage. Et l'espoir et le courage sont exactement ce qui est actuellement attaqué. 

Ils veulent nous faire croire qu'il n'y a pas d'espoir, pour, littéralement, nous "décourager". 

Mais nous ne nous décourageons pas. Parce que nous ne nous contentons pas d'espérer que les choses se produisent, nous agissons, et aussi nous ne sommes clairement pas ce qu'ils pensent que nous sommes. Ou ce qu'ils disent que nous sommes. 

Un journal appartenant à l'État à expliqué à ses lecteurs que "les pulsions, la cupidité et l'excitation" sont les principales motivations de notre mouvement. Ce qui signifie que nous sommes soit des excités, soit payés par des puissances ennemies. 

Voilà, l'essence même du journalisme Mesdames et Messieurs ! Votre humble blogueuse ici, est sans doute elle aussi une mercenaire avec le feu aux fesses. (ou ces jeunes filles, avec tous ces cheveux partout !

Mais comment se fait-il que nous soyons si fétichistes de ce que nous désirons vraiment ? Notre espoir, donc- eh bien, techniquement, c'est sans doute parce qu'il n'y a pour nous aucun espoir, ailleurs que sur les terrains sur lesquels nous protestons et nous battons.

Ce point là est simple; aucun espoir, ailleurs. Essayez de vous en souvenir. Cela vous sera utile pour comprendre le reste. 

Quant au courage, eh bien, contrairement aux idées reçues, je crois que c'est la peur qui fait naître le courage: si nous agissons, c'est simplement parce que nous avons trop peur de ce qui pourrait nous arriver, si nous n'agisssions pas. Notre courage, c'est la même chose que notre peur.

Au cours des premiers jours après la mort de Mahsa, lorsque l'État iranien n'arrêtait pas d'insister sur le fait que « Mahsa avait eu une crise cardiaque » et ne voulait pas accepter qu'elle avait été « battue » (ils s'en tiennent toujours à ce discours, d'ailleurs), un type en turban, plutôt proche du régime, s'est exprimé sur Instagram. Il disait à ses propres partisans et amis, en se frappant presque le visage : « Arrêtez donc de dire qu'elle a eu une crise cardiaque ! Vous feriez mieux de prier Dieu qu'on découvre qu'elle a été frappée ! Parce que si elle a vraiment eu une crise cardiaque, juste parce que vous l'avez arrêtée, alors vous êtes condamnés ! ». 

Et il avait raison. Si ce sont des gens si terrifiants, qu'une jeune fille pourrait avoir une crise cardiaque juste parce qu'ils l'ont arrêtée, alors ils sont condamnés (je sais, je me répète !), ils sont condamnés, simplement parce qu'ils sont trop effrayants pour rester au pouvoir ! 

Et en fait, le commandant de l'armée vient même de nous dire, à la télévision, que s'ils ne nous écrasent pas comme les mouches que nous sommes, c'est simplement parce que "ce n'était pas la volonté du guide suprême."

Ah ok ! On ne s'en était pas rendu compte ! Ils sont trop gentils ! Bon à savoir! (Je sais, j'utilise trop d'exclamations). 

Alors, voyez-vous où je veux en venir? Ils continuent d'essayer d'avoir l'air aussi effrayants que possible. Et c'est exactement pourquoi nous avons du courage.

Alors, et s'ils n'étaient pas si effrayants ? 

 Eh bien, alors nous n'aurions pas peur d'eux, n'est-ce pas? Tu vois ce que je veux dire? Nous n'avons pas le choix. 

Il serait préférable pour nous de rester à la maison et de regarder Netflix. Mais... Netflix ne veut pas se laisser regarder, car nous sommes « sanctionnés ». Vous vous souvenez de ce détail? Nous sommes sous sanctions. 

Nous, le peuple iranien, n'avons jamais eu de "carte de crédit" ou de "PayPal", et nous n'avons jamais eu Amazon. Légalement, s'entend. 

Mais je suppose que maintenant vous avez compris que faire quelque chose "illégalement" avec son ordinateur ou son téléphone en Iran n'expose pas exactement aux mêmes conséquences que cela en a pour vous de télécharger le dernier X-men ou d'utiliser un VPN pour pouvoir voir le dernier épisode d'Adventure Time avant qu'il soit disponible en France. 

Et pourtant, chaque appareil électronique en Iran (sauf mon ordinateur portable, bien sûr, car sinon écrire des messages à l'auteure de ce blog serait bien trop dangereux) contient des logiciels illégaux. Le saviez-vous ? Chacun. Sérieusement. Tous.

Donc non! Nous ne sommes pas motivés par l'appât du gain, et nous n'allons pas protester, les mains nues, contre des milices armées et entraînées par "excitation" - Une excitation qui sous-entend aussi que nous serions des dépravés, sur le plan culturel et même sexuel. 

Mais peut-être devons-nous quand même préciser que nous préférerions, c'est vrai, avoir légalement (c'est à dire sans nous mettre en danger) accès à toutes ces choses qui nous sont interdites. 

Alors, peut-être sommes-nous un peu excités, oui, sur un plan sociétal, parce que cet espoir est un peu notre fétiche, mais même ainsi, nous ne sommes en aucun cas des dépravés ! 

Avez vous entendu ce slogan, crié dans les rues et les cités universitaires : "c'est toi le dépravé ! Moi, je suis une femme libre !"? 

Fait amusant : même les hommes crient ces mots. Oui, nous sortons dans la rue avec nos sourcils broussailleux et nos barbes de trois jours et nous crions avec fierté, de nos grosses voix bien viriles "je suis une femme libre". 

Nous en sommes réellement arrivés à un point où il n'y a explicitement pas de plus grand courage, en Iran, que d'aspirer à être "une femme libre" . 

*******

Sur un autre sujet, je voudrais rappeler à nos chers lecteurs, que nous pleurons aujourd'hui Khodanoor, avec une tristesse infinie. ( note de la traductrice : l'auteur parle ici de Khodanoor Lajaei, une des victimes du premier "vendredi sanglant" au Baloutchestan, dont la cérémonie du 40eme jour de deuil vient d'avoir lieu). 

Devant l'émotion suscitée par sa mort, l'État iranien a cru bon de revenir sur le sujet pour préciser qu'il était afghan. Ils veulent dire par là qu'il n'était pas iranien, et d'une certaine manière, ils espèrent insinuer qu'il était un être inférieur, un citoyen de seconde zone. 

Ils espèrent que le public iranien identifiera Khodanoor au peuple afghan et à une société inférieure, et ne ressentira pas d'empathie pour lui. 

Alors déjà, deux choses : premièrement, Khodanoor, c'était un être humain. C'était un homme. C'était une personne.

Deuxièmement, Khodanoor, et tous nos frères et sœurs afghans, ce sont tous des Iraniens en ce qui me concerne.

Si le régime fasciste veut nous séparer par des frontières politiques, et bien par le pouvoir qui m'est conféré, en tant qu'être humain et citoyen iranien officiel, je déclare tous les afghans iraniens, et même chaque citoyen du monde, citoyen Iranien honoraire ! Là! Je l'ai dit! 

Maintenant, vous êtes tous des Iraniens honoraires, parce que je l'ai dit. 

Khodanoor est un énième exemple de la raison pour laquelle nous devons nous rappeler que nous sommes tous membres d'une grande famille. 

Et en tant que membres de cette grande famille, nous devons nous défendre les uns les autres contre ceux qui nous veulent du mal. 

Ces coquilles vides d'êtres humains sans âme, ont mis un verre d'eau devant Khodanoor, quand il a dit "j'ai soif", ils l'ont mis juste à la bonne distance pour qu'il puisse bien la voir, mais qu'il ne puisse pas l'atteindre. Ils ont commis un crime envers leur propre humanité. Envers l'humanité de chacun d'entre nous. Envers la vôtre. 

Regardez bien cette photo, avec le verre d'eau devant l'homme entravé. Cette eau, c'est notre liberté. Cette eau, c'est notre avenir.

Peuples du monde, soyez Iraniens avec nous, solidaires de Khodanoor et de sa famille. 

Ensemble, nous ferons pleuvoir- assez d'eau pour notre soif. 

Nos vies comptent, Soyez notre Voix.

(note de la traductrice: à cause de la difficulté d'accès à l'information et des limites du "journalisme citoyen", on trouve beaucoup d'erreurs dans les ressources en anglais ou en français concernant l'histoire de Khodanoor. Notamment que la fameuse photo avec le verre d'eau est récente, et qu'il aurait été laissé ainsi jusqu'à sa mort. Ce n'est pas le cas. C'est bien Khodanoor sur la photo, mais il a subi ces tortures suite à des soucis avec la milice Basij bien antérieurs à la révolution en cours. Il avait alors "seulement" été battu et humilié, avant d'être envoyé en prison, et c'est à ce moment là que la photo de son supplice en place publique avait été diffusée pour la première fois. Il a en revanche été abattu lors de la violente répression des protestations au Balouchestan, et est mort le 4 octobre à l'hôpital après avoir semble-t-il subi un déni de soin, potentiellement lié à son ethnicité.) 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités