sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2022

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Voix d'Iran : Ils tuent (encore) nos enfants

Les messages qui inondent mon fil Twitter persanophone sont un mélange de sidération, d'incrédulité et de rage. Le petit Kian incarne aujourd'hui, aux yeux de tous les iraniens, l'avenir de la jeunesse d'Iran, et ce que le régime est prêt à en faire, simplement pour ne pas être renversé. Ils tuent nos enfants. Que dire de plus ?

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'histoire de l'Iran est une histoire tribale, et une histoire de nomadisme et d'échanges inter culturels.

Depuis le début de cette "révolution 2022" on a beaucoup entendu parler des kurdes et des baloutches, parce que leur situation géographique (frontalière avec d'autres pays où leur communauté est présente), leur différence religieuse et leur combat identitaire contre un régime qui leur fait subir toutes sortes de discriminations à rendu leur mobilisation rapide et massive.

En plus, Mahsa Amini était kurde, et les plus importants massacres causés par la répression ont eu lieu à Zahedan (au Balouchestan) .

Bref, sur l'échiquier tribal, Kurdes et Baloutches tiennent le haut du pavé, et écrire à leur sujet ne nécessite plus de notes de bas de page dans les médias occidentaux.

Mais aujourd'hui je voudrais parler des Bakhtiari. Une tribu très ancienne, qui s'étend sur plusieurs provinces (Lorestan, Khuzestan, Ispahan) et qui n'a pas vraiment d'historique de sécession, protestation ou de persécution par le régime. 

Selon certains Iraniens, ce serait même un peu le contraire, les Bakhtiari regarderaient un peu "de haut" les autres tribus, parce qu'ils se considèreraient comme les "iraniens authentiques".

Je n'ai pas d'opinion sur ce point, vous l'aurez deviné. "Citoyenne du monde" totalement assumée, je ne vais pas m'amuser à établir une hiérarchie entre les tribus de mon propre pays.

Mais il est intéressant de savoir que les Bakhtiari, et leur territoire (plutôt vaste, du fait de leur nomadisme) ont cette place ou cette réputation, dans l'inconscient collectif iranien. Ils sont un peu la substantifique moëlle de l'iranité, si vous me passez l'expression (et le barbarisme).

Leurs costumes traditionnels (pour les hommes, une veste tissée noire et blanche, un bonnet noir arrondi, un grand pantalon très large en épaisse toile noire, pour les femmes, une superposition de vêtements colorés et décorés de gros sequins, et pour tous, y compris femmes et enfants, un fusil ancien, de préférence un "Brno" à la crosse en bois) sont une part vivante de leur patrimoine, ils les portent avec fierté, jusque dans les manifestations où ils risquent leurs vies depuis près de deux mois, et on en repère même dans les rassemblements à l'étranger. 

Hier à Izeh, au Khuzestan, les forces de l'ordre ont tiré à balles réelles sur la population, réunie pacifiquement (il n'est pas anodin de noter que cette population, pourtant notoirement armée, se présente depuis le début du soulèvement avec "les mains nues" face aux armes de guerre des forces de l'ordre) comme partout en Iran pour commémorer le 3eme anniversaire du "Aban sanglant", les émeutes de 2019 dont la répression avait fait 1500 morts. 

Le nombre de victimes n'a pas encore été confirmé mais l'une d'entre elles a déjà largement frappé les esprits et son nom et son visage attisent la douleur et la colère d'un peuple qui croyait pourtant ne pas pouvoir en ressentir davantage... 

Kian Pirfalak avait dix ans. Ses photos circulent depuis quelques heures comme autant de sanglots. 

Kian posant pour une photo formelle en chemise blanche et veste de costume, le torse gonflé de fierté (oui, la photo est un peu bizarre, les photographes professionnels iraniens ont la fâcheuse manie de retoucher à outrance, même les visages jeunes et sans défauts des petits enfants, si ils ne le font pas, ils ont l'impression de ne pas vous en donner pour votre argent !). 

Kian posant en costume traditionnel bakhtiari, sur fond de montagnes du khuzestan, et toujours cette fierté. 

Kian expliquant, face caméra, l'expérience qu'il a préparée pour une foire scientifique, et tous les cœurs de mon pays qui se brisent ensemble avec un bruit de verre pilé quand il commence sa video, de sa voix flûtée de petit garçon qui n'a pas eu le temps de muer, en disant "au nom du dieu des arcs en ciel". 

Kian plantant consciencieusement, avec sa petite bêche, un tout jeune arbre qu'il ne verra pas grandir...

Kian torse nu, inanimé et ensanglanté, avec des gros glaçons tout autour de son corps, parce qu'aujourd'hui en Iran les familles des morts n'osent plus les laisser sous la responsabilité des autorités, de peur qu'ils ne leur soient pas rendus.

Les messages qui inondent mon fil Twitter persanophone sont un mélange de sidération, d'incrédulité et de rage.

Le petit Kian incarne aujourd'hui, aux yeux de tous les iraniens, l'avenir de la jeunesse d'Iran, et ce que le régime est prêt à en faire, simplement pour ne pas être renversé.

Ils tuent nos enfants.

Que dire de plus ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant