sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2022

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Voix d'Iran: silence on tue... Toujours

J'ai reçu ce matin ce témoignage indirect sur les évènements de Mahabad. Les témoignages directs sont rares, hélas, et il est à craindre que des crimes contre l'humanité soient en cours. Si vous voulez briser le silence, cherchez, creusez. #mahabad مهاباد#

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La ville de Mahabad est pratiquement assiégée. Il est difficile de croire que ces images qui nous parviennent difficilement depuis le kurdistan où l'internet à été lourdement limité et qui ressemblent tellement à des scènes d'invasion ou d'occupation étrangères montrent en réalité les forces de l'ordre de notre propre pays, s'attaquant à nos compatriotes majoritairement désarmés.

Des hélicoptères et des pick-up 4X4 avec des mitrailleuses de gros calibre à bord tournent en rond dans les rues. Les villages voisins qui se trouvent à l'extérieur des frontières iraniennes sont la cible de roquettes, et tout le monde se dit qu'ils pourraient bien commencer à bombarder la ville elle-même à tout moment, au point où on en est...

Les habitants de Mahabad disent qu'ils résisteront jusqu'au bout. Ils envoient de courtes vidéos où ils demandent divers types d'aide aux villes voisines, où déclarent simplement, très calmement, qu'ils sont prêts à mourir pour un Iran libre.

A Téhéran, la vague de démissions s'amplifie. Chaque jour, de nouvelles personnalités publiques sont convoquéed ou même arrêtées. Les actrices, les présentateurs de télévision, les joueurs de football, qui prennent la parole, finiront en prison quelque part, et ils le savent.

Aujourd'hui, c'est dans ce contexte que la Team Melli (ndlt: l'équipe nationale de football) , va jouer contre l'Angleterre au Qatar.

C'est comme si la république islamique rendait son dernier soupir, mais en bégayant, et tout en donnant des coups de pied et de poing dans toutes les directions en même temps.

Elle commence à suffoquer dans la tempête des événements. Et pourtant, les ambassades du régime iranien sont ouvertes dans tous les pays.

Je me demandent s'ils garderont les ambassadeurs et le personnel en souvenir, après la chute du régime, ces pays occidentaux pourtant tous si compatissants, quand il s'agit de clamer "femme vie liberté" sur les réseaux sociaux.

Je me demande quelles sont les exigences pour qu'une ambassade soit fermée (ou que l'on refuse de laisser une équipe participer à une compétition internationale sous les couleurs de la République Islamique) .

La mort de plus de 50 enfants n'est-elle pas suffisante ?

La république islamique cherche la guerre. N'importe quelle guerre fera l'affaire, tant qu'elle lui fournira les moyens d'utiliser facilement une force excessive contre les manifestants et de tirer sur tout ce qui bouge, au motif qu'une guerre est en cours. Ils ont besoin d'une guerre.

Les gens disent que nous descendrons dans la rue après la défaite de notre équipe Melli. Ils savent qu'elle va perdre. C'est une évidence. Et pour la première fois de notre histoire, nous voulons que l'équipe perde.

Il n'y a pas grand-chose de plus à dire à ce stade. Nous envoyons nos salutations à tous les ministères des Affaires étrangères et à l'UNICEF et à tous les autres,

Et à vous qui comprenez et ressentez de loin nos souffrances, nous demandons de ne pas détourner le regard, et de cliquer sur "voir quand même" quand Twitter, Instagram ou Facebook vous préviennent que vous pourriez être troublés par certaines images, car votre "contenu sensible", c'est notre réalité. 

Ce week-end à Mahabad, ils avaient coupé l'électricité dans certains quartiers, et beaucoup de vidéos de "journalisme citoyen" sont prises dans le noir complet.

Vous je ne sais pas, mais moi ce ne sont pas les hurlement de terreur ni même les pleurs des enfants au loin qui me brisent le plus, c'est, sur presque toutes les vidéos, la respiration tendue et étranglée de sanglots de la personne qui filme, qui sait qu'elle risque sa vie en filmant et qui filme quand même, et dont le cœur explose-je le sens exploser- de ne rien pouvoir faire de plus que filmer.

C'est pour vous qu'elle filme. 

Nos vies comptent, soyez notre voix. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER