sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

118 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2023

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Voix d'Iran - S'informer à Téhéran, le cauchemar du filtrage d'internet

J'ai reçu ce témoignage sur l'accès à internet, il y a plus d'une semaine. La situation s'est encore dégradée depuis, mais le propos général reste valable.

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La routine et la vie quotidienne du consommateur de réseaux sociaux lambda en Iran implique une part non négligeable de lutte, notamment afin de savoir quel serveur fonctionne sous quel protocole, avec quel VPN. 

Vous pouvez par exemple acheter un compte VPN Express auprès de votre épicerie locale. Ils peuvent avoir un frère ou un cousin quelque part en Europe, qui paie les comptes, puis leur envoie les mots de passe, puis ils les vendent à leurs clients avec les œufs et le shampoing.

Et puis le client entre le nom d'utilisateur et le mot de passe donnés et commence à lutter. Lorsqu'il trouve quelque chose qui fonctionne, il peut appeler quelques amis et leur dire : "Pays-Bas sur iKEV2" ou "Italie - Cosenza sur UDP, en LTE". Et cela peut fonctionner pendant quelques minutes à quelques jours, selon l'endroit où vous vous trouvez ou le moment où vous l'avez trouvé. 

Si vous êtes accro aux réseaux sociaux, vous devenez rapidement un genre d'expert des serveurs et des protocoles, tout comme les héroïnomanes qui savent où se trouvent toutes les veines.

Cela occupe une bonne partie de la vie de nombreuses personnes. La plupart du temps, les services VPN qui fonctionnent ne proviennent pas de sources fiables ou dignes de confiance. Mais qui s'en soucie ? Tant qu'ils font fonctionner WhatsApp, c'est suffisant pour la plupart des gens.

Et puis il y a ceux qui n'ont tout simplement pas le temps ou qui ne se sont jamais vraiment souciés de ces choses en premier lieu. 

Quand on y pense, Instagram ou WhatsApp ont peut-être volé trop de votre temps de toute façon, et maintenant vous pouvez reprendre de meilleures habitudes, comme lire des livres.

Les librairies ont connu une forte augmentation des ventes de toutes sortes de livres écrits soit par des dictateurs, soit par des dissidents à propos des dictateurs. Mein Kampf connaît un regain d'intérêt , 1984, Fahrenheit 451, La ferme des animaux, sont très populaires aussi. Ils se vendent comme des petits pains. Soljenitsyne obtient une mention honorable. Pas aussi populaire que les autres, mais on pourrait lui accorder le titre de "choix de l'éditeur".

L'activité très populaire et ancienne (selon les normes modernes) qui consiste à organiser des petits rassemblements avec de grandes quantités de boissons alcoolisées est bien sûr très répandue. Les gens aiment se saouler et se rassurer en se répétant que le régime va tomber, d'une manière ou d'une autre. Ils se battent, crient, se séparent et se réconcilient, et ils s'engagent dans des débats houleux, tout en étant ivres, la plupart du temps.

Beaucoup de gens aiment porter des jugements sur ceux qui ne sont pas descendus dans la rue, ou ceux qui n'ont toujours pas d'ecchymose ou au moins un œil au beurre noir. Ils aiment porter des jugements sur ceux qui ne font rien, en gros. "Vous pourriez au moins mettre une story sur Instagram", disent-ils.

 Et honnêtement, il est plus sûr de s'y plier et de publier cette story d'ici la fin du jour suivant, car cela peut vous coûter vos amis ou même plus, de n'avoir rien fait.

Mais faire n'importe quoi est aussi dangereux, et cela aussi pourrait avoir des effets néfastes sur votre destin, au cas où vous auriez un travail, un revenu ou un certain type d'oncle.

Les règles éthiques de base sont de ne pas répéter ce que tout le monde sait déjà. Vous ne dites pas "ils ont tué Mahsa", car tout le monde le sait. 

Ne dérangez pas les gens en leur disant ce qu'ils savent déjà. Surtout s'il s'agit de nouvelles très récentes et qu'ils ont déjà reçu ces nouvelles de 34 personnes différentes depuis ce matin, tout comme vous. 

Et surtout si cela brûle jusqu'à la moelle, comme lorsqu'ils exécutent un jeune homme innocent et sans défense issu d'une famille pauvre. Ça brûle. Ne parlez pas aux gens de quelque chose qui les brûle déjà. 

Mais si vous devez vérifier, si vous avez besoin de savoir ce que vos amis savent et ce qu'ils ne savent pas, demandez-leur poliment et avec beaucoup de précautions. Demandez-leur : « Je suis désolé de te le demander, mais as-tu entendu ce qui s'est passé hier ? »

Vous pouvez toujours vous attendre, lorsque vous demandez à quelqu'un "quoi de neuf ?", qu'il réponde par "tu sais déjà ce qui se passe". Ce n'est pas une réponse impolie. C'est juste une façon de gagner du temps. C'est une enquête rapide. Maintenant, nous savons tous les deux qu'il n'est pas nécessaire d'échanger des informations. 

Mais s'ils répondent : « Je ne sais vraiment pas. J'étais occupé et je n'ai pas pu savoir ce qui se passait hier », alors vous pourriez commencer à mettre à jour votre ami.

Il existe des règles et des limites non écrites sur la façon de se comporter dans un monde comme celui-ci, tout comme n'importe quel autre monde a ses propres règles. Passer un appel amical ne se présente plus comme un appel amical normal pour qui que ce soit. 

Il y a des gens qui penseront que vous êtes curieux, si vous les avez appelés après quelques mois. Et puis il y a ceux qui font leur propre truc, qui évoluent dans un cercle parallèle, et ils pourraient être en contact avec vous, une fois par semaine environ, juste pour garder les choses en phase. (Je sais. Le cercle parallèle est une image un peu bizarre, géométriquement parlant).

Voilà donc quelques mots, sur notre quotidien, ici en Iran. Bien sûr, tout le monde ne vit pas comme ça. Mais depuis qu'on m'a demandé d'écrire sur la vie quotidienne, c'est plus ou moins mon observation du monde qui m'entoure. Si je voulais expliquer comment c'est avec toutes les personnes, ou tous les horizons, ici en Iran, cela pourrait prendre des dizaines de messages. Mais je suppose qu'il serait prudent de dire que la vie est vraiment nulle ici, et c'est déprimant, et les gens sont anxieux, en colère, contrariés et fatigués et c'est comme une gigantesque prison ici.

Dans toutes les civilisations depuis les débuts de l'histoire de l'humanité, l'exil a été une sanction judiciaire connue, et rationnellement compréhensible. Je sais que même aujourd'hui, un pays évolué comme la France a de grands débats sur cette chose que vous appelez "obligation de quitter le territoire Français" (on m'a même dit que votre justice avait décidé d'en délivrer à des femmes iraniennes qui fuyaient le régime, je ne sais pas quoi faire de cette information...). 

Et bien le système judiciaire de la République Islamique, lui, fait l'inverse. Ce régime a littéralement instauré la privation du droit de quitter le pays comme forme de punition légale (je ne parle pas ici d'une interdiction de quitter le territoire pendant la période qui précède un procès, pour éviter que les prévenus ne se soustraient à la justice. Il s'agit bien d'une sentence, au même titre que le paiement d'une amende ou une peine de prison). 

Tout le monde le sait, la vie en Iran est une punition. Nous le savons, ils le savent et maintenant, vous le savez aussi.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte