sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2022

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Voix d'Iran : la Révolution se bat-elle contre l'Islam ?

Croire que le Hijab est un pilier de l'islam, et que notre révolution, qui combat sans équivoque le hijab obligatoire, est par conséquent une révolution "contre l'islam", c'est avaler sans réfléchir la propagande du régime, qui essaie de se présenter comme le dernier rempart du monde musulman contre la menace de l'impérialisme occidental.

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Note de la traductrice: ce billet est une réponse à des questions/réactions de lecteurs du blog que j'avais relayées à mes contacts en Iran, concernant le caractère "anti-islamique" du soulèvement que nous n'appelions pas encore alors une révolution. Cette réponse a mis un peu de temps à arriver, et j'ai mis un peu de temps à la publier, l'actualité me fournissant chaque jour d'autres sujets à traiter. Je n'ai rien reçu aujourd'hui alors la voici.)

La question de la foi

Tes questions peuvent se résumer, en somme, de cette façon:

"Les Iraniens révolutionnaires (qui veulent renverser le régime) se battent-ils contre l'islam ?" 

 Et la réponse courte, tu t'en doutes, est : "Non" .

Je vais essayer de développer, même si j'admets que c'est difficile pour moi de raisonner  dans une réalité où ce "non" ne relève pas de l'évidence absolue. 

Le cœur de la religion de l'islam, pour tout musulman, quel que soit son type d'Islam, est premièrement, la croyance que Dieu existe. 

Deuxièmement , qu'il n'y a pas d'autre  Dieu que Dieu.

 Et Troisièmement, que Muhammad/Mohamed/Mahomet est le prophète de Dieu. 

Il est tellement clair que ces trois propositions sont les piliers de l'Islam, que si vous déclarez y croire, à haute voix, devant témoin, cela vaut conversion : ça y est, vous êtes officiellement un musulman.

Et donc, est-ce que la religion de l'islam oblige les femmes à porter le hijab ?

Non. C'est une loi des hommes, pas une "loi de Dieu". Et c'est un outil d'oppression, une manifestation parmi d'autres d'un apartheid de genre, pas un particularisme culturel ou religieux local. 

C'est à peu près aussi simple que ça. Mais ok, je vais développer encore un peu. 

Les Iraniens sont majoritairement musulmans. 

Il y a plus de shiites que de sunnites ici en Iran. Mais les sunnites ne sont pas concentrés dans une seule région, on en retrouve un peu partout. Il y a des chrétiens. La plupart d'entre eux, d'origine arménienne. Certaines des plus anciennes églises chrétiennes du monde se trouvent d'ailleurs en Iran. Il y a des Juifs ici en Iran. Il y a des zoroastriens, dont la foi est plus ancienne que l'islam, et en plus de cela, Dieu seul sait combien de cultes, de sectes et de nuances et de différentes chapelles au sein de chacune de ces religions et chacun de ces cultes. 

Le mot "secte" n'a pas le même sens chez nous qu'en Occident. Beaucoup de mes amis font partie d'une "secte" et n'ont pas honte de le dire. C'est parfaitement accepté socialement, et contrairement à ce que ce mot implique dans d'autres pays, cela n'implique pas un embrigadement aveugle ou une exploitation financière. C'est juste un signe de plus qu'en Iran, le fait religieux faut partie du paysage, et ne se limite pas à l'islam shiite, ni même à l'islam tout court. Il faudrait une encyclopédie entière, en 24 volumes ou davantage, pour en couvrir tout le spectre.

La majorité des iraniens pense que la religion ne devrait pas faire partie de la vie politique. Ils croient en un système laïc. Ils aimeraient que leur foi reste dans leur cœur, leur foyer, leur famille. C'est à peu près tout ce qu'il y a à en dire. Ça aussi c'est assez simple, en fait.

Si vous autres occidentaux associez l'Islam aux bombardements, à la terreur et aux guerres, c'est principalement parce qu'un seul terroriste attire plus d'attention qu'un milliard de musulmans qui ne font que vivre leur vie (et fournissent la majorité des victimes dudit terroriste, soit dit en passant).

Le pays qu'on appelle aujourd'hui "République Islamique d'Iran", est passé sous la domination de cette version particulière de l'islam, en 1979, pour des raisons très compliquées que je ne pourrais pas  détailler ici, car j'ai l'intention de garder cet article dans les limites d'un format digeste. 

En bref, ces personnes sont arrivées au pouvoir en 79, à la suite de certaines affaires qui ont commencé lors de la révolution constitutionnelle à la fin des années 1800. C'était il y a plus de 100 ans, donc. 

Certains vous diront que la révolution constitutionnelle n'abordait pas assez bien la question de la religion. Certains vous diront que cela a quelque chose à voir avec le pétrole. Ils pourraient même vous dire que tous ces religieux, y compris l'ayatollah Khomeiny lui-même (dont la maison d'enfance a été incendiée par les révolutionnaires, il y a quelques jours à peine) étaient des agents britanniques. Ils pourraient même vous dire que les ecclésiastiques iraniens, autrement connus sous le nom de «mollahs » ou « âkhound » ont été «inventés» par les britanniques, pour servir leurs propres intérêts. 

Et le problème est qu'il serait très difficile de réfuter de telles affirmations, de même qu'il est également difficile de les prouver. C'est une très longue histoire. Un autre gros livre à écrire, à mon avis, si quelqu'un en a le courage. 

Mais j'essaie juste de dire, que ce système bizarre et dégoûtant, même s'il s'appelle une "République islamique", il n'a quasiment rien d'islamique, ni de républicain, d'ailleurs. Ces deux mots ne sont que le rappel tragique d'un énorme malentendu, et les iraniens le savent tous très bien. 

Mon conseil pour vous est de ne donner aucune valeur au sens de cette locution. Les mots "république islamique" sont creux et trompeurs, comme les outils de propagande qu'ils ont toujours été. 

N'accordez aucune attention à l'idée que le peuple iranien se serait "retourné contre sa propre foi" . Cela n'apporte rien à la compréhension de notre lutte contre la dictature fasciste qui exploite, opprime et massacre les plus fragiles d'entre nous, et terrorise tous les autres. Ils pourraient bien être pastafaristes, et nous forcer à porter des écumoire sur la tête plutôt que de vouloir cacher nos femmes sous des rideaux de douche, ça ne changerait rien au problème. 

De plus, je pourrais ajouter que les membres de la classe dirigeante - les mollahs - sont des hypocrites. Il est probable que beaucoup d'entre eux ne croient même pas en Dieu. Beaucoup d'entre eux ne croient en rien à part leur propre intérêt.

Le peuple iranien commence à réaliser cela de plus en plus largement, à mesure que la vie des gens devient plus transparente. L'hypocrisie est devenue bien visible, et les mollahs ont perdu leur auréole de sainteté, pour ainsi dire. C'est pourquoi, entre autres, le "jet de turban" , ou "lancer de turban" ou "déturbannage" est récemment devenu ici un sport national

Les jeunes jettent les turbans des mollahs et en font des vidéos. ils rivalisent en ligne, à qui lancera le plus loin, le plus haut, ou le plus précisément vers une cible, par exemple une poubelle à proximité. 

C'est très rafraîchissant à regarder, si vous détestez les mollahs. 

Un aspect intéressant, pour moi, c'est que ces derniers réagissent presque toujours de la même manière. Je veux dire les mollahs "déturbannés" , ils tendent presque toujours les bras vers le turban, que ce soit au sol ou dans les airs, et cherchent à le rattraper, plutôt que de faire autre chose, comme protester ou courir après leur agresseur. 

 Pour moi, cela ressemble à la façon dont les femmes réagissent, lorsqu'elles perdent leur haut de bikini ou leur soutien-gorge par accident ou si quelqu'un le dégrafe pour leur faire une blague ou les humilier. 

Certains mollahs ont même eu recours au système D en sécurisant leur turban sur leur tête avec des ficelles ou des foulards noués sous leur menton. On dirait qu'ils se sentent nus sans leur turban.

Dans tous les cas, même si la période de déturbannisation a prévalu au cours du dernier mois environ, cela pourrait vous intéresser de savoir que c'était à l'origine l'idée de l'ayatollah Khomeiny. Lui-même, en 1979, avait demandé aux jeunes de son époque d'enlever les turbans des religieux qui choisissaient de soutenir le Shah plutôt que la révolution.

Bref, ces vidéos de déturbannisation sont amusantes à regarder, presque comme des vidéos de chats malicieux ou de chiots maladroits, mais n'oublions pas que l'islam n'a pas besoin de mollahs. 

La foi n'a pas besoin de mollahs. Et surtout, la révolution, elle ne se bat contre aucune religion ou foi. Elle se bat pour la liberté de tous les citoyens et l'ouverture du débat public, sans ingérence d'une pseudo hiérarchie religieuse dans les questions politiques.

 Le prochain gouvernement, devra être un gouvernement laïc. Ce sera le cas, je crois. Et comme la plupart de ceux aux côtés desquels je proteste depuis plus de deux mois, c'est en cette idée là que j'ai foi.

D'ailleurs en parlant de ma propre foi, il y a une autre chose que je dois vous dire.

 Cet article que j'essaie d'écrire pourrait  probablement donner l'impression à n'importe quel lecteur iranien que je ne suis pas une personne religieuse. Et il aurait raison.

Le lecteur occidental, il pourrait probablement penser que je suis une personne religieuse, et il aurait tort.

Selon ma compréhension, et d'après ma propre expérience, les gens du monde libre, ou de l'Occident, ont tendance à avoir une vision de l'islam assez distordue. 

Parfois, même ceux d'entre eux qui sont eux-mêmes musulmans, semblent avoir la même mauvaise perspective. Et je ne vous blâme pas si vous avez vous aussi cette mauvaise perspective. 

Pour être parfaitement honnête, même ici en Iran, certaines personnes ont aussi cette mauvaise perspective. 

Par exemple, vous pourriez penser que le Hijab, c'est l'Islam. Mais ce n'est pas le cas.

Ce serait encore un autre livre à écrire, mais celui là serait pour un autre temps. Un temps où nous n'aurions plus à combattre la "République Islamique" ici en Iran, et la désinformation et l'indifférence à son sujet partout ailleurs à travers le monde. Il y a un temps pour tout. 

Si vous avez des problèmes concernant la foi ou la pratique religieuse des gens, suivez mon conseil, tel que je vous l'ai donné, et je vous le redonne d'une manière différente: ne remettez pas en question la foi des gens. 

Et surtout ne remettez pas en question la foi des gens, pendant qu'ils sont en train de mener une révolution laïque/séculière contre le régime théocratique et totalitaire le plus répressif et assoiffé de sang du monde !

Ma religion est la laïcité, et je m'identifie en tant que musulman, et je n'aime pas la religion- oui, je suis très confus. Et je ne suis pas seul. Nous somme légion. 

Ne posez pas de question dont vous ne pouvez accepter la réponse, car la vérité importe plus que le confort, et votre confort souffrira. 

La "république islamique" n'est pas le "bras armé de l'islam", croire à ces conneries, c'est accepter, subir et valider leur discours de propagande. 

Croire que le Hijab est un pilier de l'islam, et que notre révolution, qui combat sans équivoque le hijab obligatoire, est par conséquent une révolution "contre l'islam", c'est avaler sans réfléchir la propagande du régime, qui essaie de se présenter comme le dernier rempart du monde musulman contre la menace de l'impérialisme occidental. 

Alors qu'en vérité il n'y a rien de noble, spirituel, religieux ou humaniste dans leur emprise. Il s'agit d'une dictature fasciste, corrompue et violente, qui cherche à garder le pouvoir par tous les moyens. L'islam n'est qu' un outil entre leurs mains, et nous n'en avons pas après leurs outils. Nous en avons après leur existence même. 

Musulmans ou non, croyants ou non, pratiquants ou non, nous voulons la chute d'un régime criminel et violent.

 Que nous importe au nom de quelle religion il tue nos enfants, viole nos femmes, emprisonne nos artistes, torture nos journalistes et attaque nos concitoyens jusque dans leurs maisons à coups de matraques, fusils à plombs, fusils de chasse, armes de guerre et maintenant même des armes chimiques ? 

Ces crimes n'ont pas de religion, ne nous trompons pas de combat.

Ce combat n'est pas celui du peuple iranien contre l'islam, il est celui de la liberté contre l'oppression.

Nos vies comptent, ce combat est aussi le vôtre. Faites entendre votre voix. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes