sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2023

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Voix d'Iran : 384 valises

Dans le billet d'aujourd'hui, l'un des auteurs réguliers de ce blog revient sur le sujet des "procurations" données à Reza Pahlavi, et plus généralement, sur la question du multipartisme. Avec un petit détour par le trésor national iranien.

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

384 valises pleines de bijoux et de diamants, plus les deux couronnes portées par le roi et la reine, chacune portant des centaines de diamants et de pierres précieuses.

Voilà ce que le porte parole du gouvernement, relayé par l'une des agences de presse iraniennes, IRNA, affirme que le Shah et sa famille ont emporté avec eux lorsqu'ils ont fui l'Iran.

Ma première réaction à cela : "Ah, alors vous avez vendu tous ces trucs aussi, et maintenant vous voulez nous faire croire qu'ils les ont pris il y a 44 ans ? !" (comme les tapis anciens et inestimables du musée national des tapis persans, où tout un tas d'autres trésors qui disparaissent mystérieusement, et régulièrement, de nos musées depuis des années). 

S'il y a bien quelque chose que j'ai appris au cours de ces longues décennies sous le joug de cette République islamique, c'est qu'il n'y a pas de voleurs dans toute l'histoire du monde, avec des poches plus profondes que ces gens. 

Il semble certes incroyable qu'une telle quantité de diamants et de bijoux puisse jamais être rassemblée en un seul endroit, mais si c'était possible, et bien, autant j'ai du mal à avaler que cet énorme trésor ait pu être volé par feu le shah d'Iran, dans son avion privé, le Shahin, autant je peux facilement croire que les voleurs de la République islamique aient pu le perdre en un seul jour, en spéculant sur un quelconque marché ou même en pariant sur des un match de foot, qui sait.

Ne me faites pas dire que le Shah était un bisounours pour autant. Si vous voulez mon avis, c'est lui le principal responsable de l'arrivée de ces voleurs et assassins à la tête de mon pays. 

Le Shah a sans aucun doute irrité le peuple iranien contre lui-même, en faisant beaucoup de mal, notamment en donnant au peuple iranien le sentiment que son opinion était secondaire par rapport aux puissances occidentales, en ce qui concerne les décisions politiques et culturelles. Il y a beaucoup d'écrits disponibles à ce sujet, si vous êtes intéressés.

Mais le Shah n'était pas ce genre-là de voleur, et à ma connaissance, il n'était pas un violeur non plus, et s'il a clairement coché toutes les cases de la fiche de poste de dictateur, y compris dans le registre de la violence d'état, grâce à son impitoyable police secrète, il n'a pas poussé l'expertise jusqu'à se lancer dans le business des fosses communes ni n'a banalisé l'usage du viol comme outil de maintien de l'ordre.

Il a certainement trop dépensé, l'argent qui aurait dû bénéficier au peuple, et la reine a été une collectioneuse d'art trop gourmande, mais le Shah n'a jamais couvert ses voitures de diamants comme certains autres dictateurs. 

Il préférait qu'une voiture ait un bon moteur et il avait une pose presque parfaite lorsqu'il était assis sur un cheval, et il était plutôt moyen, en tant que skieur, mais il parlait assez bien l'anglais et le français. 

Vous auriez pu penser qu'il était une personne intéressante, et vous auriez peut-être même pu développer une amitié avec lui, si vous ne saviez pas qu'il était roi. 

En fait, le Shah avait des amis intéressants, et il existe plusieurs récits où les gens décrivent sa personnalité comme sympathique (et devinez quoi... Il n'y a pas de tels témoignages concernant notre dictateur actuel). 

Alors j'avoue, non, je ne pense pas que le shah ait volé des centaines de valises de diamants. Le Shah était sans aucun doute un dictateur, mais il n'était pas un braqueur. 

C'est mon opinion sur l'homme. Vous pouvez avoir la vôtre bien sûr.

Mais quand même, on peut se demander pourquoi Reza, son fils, ne reconnaît pas les erreurs, ou les crimes, de son père ?

Eh bien, je suppose ce n'est pas sa politique de déshonorer son propre père, je ne vois pas d'autre explication.

Pour autant, quitte à donner mon opinion, je dirais que Reza Pahlavi n'est pas comme son père. 

Et d'ailleurs, beaucoup d'iraniens sont pratiquement prêts à donner leur vie pour défaire cette révolution de 1979. 

Ils s'en prennent littéralement au shah et à sa famille, pour avoir amené ces fascistes religieux au pouvoir. La gauche et la droite et le haut et le bas sont tous désolés et tout le monde regrette cette république islamique, sauf ses très rares soutiens, dont certains sont peut-être plus capables de nous dire où sont tous les diamants et les couronnes qui manqueraient à l'inventaire. 

Le prince Reza nous demande maintenant de lui donner une procuration (le petit garçon sur la photo, qui a grandi et vieilli depuis), afin de légitimer son rôle dans la transition démocratique réclamée par le peuple iranien(- après la chute du régime islamique fasciste, s'entend) . La légitimité doit venir de l'intérieur des frontières de l'Iran, dit-il.

 Cela semble être une pensée bien légitime. Même si dans l'idéal, ce n'est pas que la légitimité qui devrait venir de l'intérieur du pays, mais les leaders politiques eux-mêmes. 

De nombreux Iraniens le disent: nous devons avoir nos partis politiques, et une alliance des partis doit être formée

Cela semble également être une réflexion légitime.

Si les gens sont représentés par leurs partis préférés, alors leurs chefs de partis pourront former une alliance. 

Je pense que des centaines de milliers de gens ont déjà donné leur procuration à Reza Pahlavi, par le biais de pétitions ou de hashtags, pour qu'il agisse en leur nom.

 Je ne serais pas étonné que des millions d'autres lui donnent leur procuration, à mesure que le temps passe. 

Et je pense que ce serait intelligent de la part de Reza d'utiliser ces millions de voix pour former son propre parti politique. 

De cette façon, ceux qui ne lui donneront pas de procuration, parce qu'ils savent que le père de Reza était un dictateur, et s'inquiètent du fait que Reza ne le reconnaisse pas, ou peut-être parce qu'ils ont peur qu'il impose le retour de la monarchie, ou parce qu'ils détestent tout simplement Reza lui-même à cause de l'une ou l'autre de ses prises de position, alors ils pourront former leurs propres partis eux aussi.

Mais rien de tout cela ne fera tomber la République islamique. 

Le Parlement européen, en mettant l'IRGC sur une liste de terroristes(à supposer que cela arrive un jour, ce qui n'est pas gagné) ne fera pas tomber le régime non plus.

La vérité est que l'IRCG n'a rien fait de différent récemment de ce qu'ils ont toujours fait. La seule raison pour laquelle ils sont maintenant susceptibles d'être considérés comme un groupe terroriste est que l'UE envisage de faire quelque chose de différent. De corriger une erreur, peut-être. Mais n'oublions pas que l'IRCG commet tranquillement les mêmes crimes depuis de nombreuses années.

Et s'ils devaient dorénavant être  répertoriés comme terroristes, cela ne les dérangerait pas beaucoup. Ils avaient anticipé cela. L'IRCG est né de l'animosité et de la haine de l'Occident et des valeurs des pays démocratiques d'Europe. L'IRCG est né, à cause de cette révolution, en 1979, et parce que le peuple iranien était furieux de la façon dont les puissances occidentales soutenaient les dictatures dans leur pays et dans leur région, alors qu'ils voulaient que les choses soient différentes pour leurs propres peuples dans "le monde libre".

Les doubles standards que l'Occident a imposés à l'Iran et à d'autres pays de la région depuis des décennies ne devraient pas être oubliés ici. 

Le silence assourdissant des pays occidentaux, pendant au moins les 40 premiers jours après la mort de Mahsa, et les lents réflexes, par rapport à l'Ukraine ou à d'autres problèmes, et la façon dont la Coupe du monde qatarie s'est déroulée, et comment le Qatar a fait littéralement tout ce qu'il a pu pour aider la République islamique, et comment les médias occidentaux et divers pouvoirs mettent toujours d'autres choses avant que le peuple iranien entretient le souvenir de plus de cent années de ce même traitement, dans le cœur du peuple iranien.

Il est temps que les gens commencent à changer leur point de vue sur l'Iran.

L' Histoire ne se répétera pas cette fois. Elle ne le fait jamais vraiment. C’est juste quelque chose que les gens disent. La vérité est que la révolution iranienne de 1979 avait des causes légitimes. La vérité est que la révolution des femmes (comme je préfère toujours l’appeler) a aussi des causes légitimes. 

La vérité c'est encore, que Reza Pahlavi obtiendra des millions de signatures, au boutdu compte. Mais la vérité c'est aussi que les Iraniens auront de nombreuses formations politiques couvrant tout le spectre idéologique, et cela bien assez tôt.

S'il y a une confusion, à propos de l'Iran, je pense qu'elle est enracinée dans une idee simple: les gens qui sont confus, ils pensent probablement que l'Iran est un pays moins évolué que le leur. 

Ou peut-être qu'ils pensent que les Iraniens sont un peuple moins évolué que le leur. 

Votre pays n'a-t-il pas un large éventail d'opinions politiques? Y compris des partis d'illuminés complètement à côté de la plaque? Eh bien, mon pays aussi.

À l'heure actuelle, la République islamique pense qu'ils ont gagné. Ils ont exécuté quelques manifestants et ils pensent que cela a fonctionné. Ils pensent que le blocage d'internet a rempli sa mission. 

Ils vont bientôt réaliser leur erreur. Leurs illusions vont leur coûter cher. Essayer de prendre 85 millions de citoyens en otage et supposer qu'ils seront réduits au silence et transformés en citoyens gentils et soumis est tout simplement stupide. 

Ne perdez pas de vue les faits. Gardez toujours les faits à l'esprit: ils ont tué Mahsa. Ils ont opprimé les femmes pendant des années. Ils ont tué beaucoup de gens - pour prouver qu’ils n’ont pas tué Mahsa. Ils ont emprisonné de nombreux artistes, écrivains, journalistes et scientifiques. Ils détruisent toujours activement l'environnement. 

Ils sont un ennemi de l'humanité. Ils doivent être retirés du pouvoir. 

Et même ainsi, et bien il y a quand même des idéologies encore plus folles et pires que la République islamique.

Ce n'est pas plus compliqué que ça

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade