sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 déc. 2022

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Voix d'Iran : Sur la Terre comme au Ciel

Selon que vous serez puissant ou misérable... Ah mais en fait non. La République Islamique ne fait pas le tri, on ne peut pas l'accuser de privilégier ses VIP. Elle torture à égalité le chanteur local et le rappeur superstar, et fait bien savoir à chaque citoyen, même riche et célèbre, que le destin de sa famille ne dépend pas de lui.

sirine.alkonost
Perche Brandie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les voleurs et leurs serviteurs

Il ne reste plus que trois jours à l'année 2022. Et nous qui pensions que 2020 avait été un mauvais cru ! 

Illustration 1

La femme et la fille de la légende du football iranien, Ali Daei ont reçu l'ordre de quitter leur avion, après qu'il ait été forcé d'atterrir sur l'île de Kish, alors qu'il était déjà en route vers Dubaï. 

Evidemment la décision fut prise, alors qu'elles étaient déjà en vol. Un tel traitement n'est pas tout à fait inédit. Il y a environ 12 ans, un autre avion a été contraint d'atterrir dans un aéroport iranien, parce qu'il avait un « terroriste » à bord.

Être la femme ou l'enfant d'un dissident sportif, riche et célèbre, mais honnête et actif a ses défauts. Vous êtes en route pour une destination cinq étoiles, et hop, tout à coup le ton change, maintenant c'est :«descendez de l'avion! ». Malgré ce que beaucoup de gens pensent, être riche et célèbre en Iran ne vous donne pas de pouvoirs spéciaux, en termes de prise de parole contre le régime. 

Souvent, des célébrités ont affirmé  "ils ont menacé ma famille". Mais jamais il n'y a eu de preuves aussi claires. La République Islamique ne fait pas la différence entre une personne célèbre, et un citoyen lambda. Il faut croire que dans leur injustice, ils sont justes, finalement ! 

Je me demande s'il existe des règles et des règlements à ce sujet, dans le monde de l'aviation et des vols internationaux. Mais bon, ils ont déjà tiré sur un gros Boeing plein de passagers civils, avant ça, et avec des missiles, et après avoir nié un peu ils ont juste dit "Oups ! "

D'après ce que nous pouvons voir, d'ici à Téhéran, personne ne pouvait rien y faire. L'avion ukrainien, il y avait des citoyens d'au moins 5 pays à bord. Comme le Canada, la Grande-Bretagne, la Suède … et l'Ukraine bien sûr. 

Donc, chers passagers, si vous prévoyez d'utiliser une compagnie aérienne iranienne, ou même si vous survolez simplement  l'Iran, veuillez considérer qu'il peut y avoir plus que de simples turbulences qui vous attendent.

 Il y a quelques mois, je pense que c'était un soldat israélien, dont l'avion avait atterri en Iran, et quu y était rest plusieurs heures, avant de pouvoir repartir. Il a eu de la chance de ne pas être identifié et de s'en sortir indemne. Que serait-il arrivé sinon ?

Il fut un temps où les terroristes détournaient des avions avec un certain degré de planification, d'entraînement et d'inconfort, pour se heurter à encore plus de problèmes et d'obstacles fournis par la communauté internationale. Les détournements d'avions ne semblaient pas vraiment être une bonne idée, à cette époque.

Mais si vous détournez un pays entier, avec tous ses avions, ses aéroports, son équipement militaire, sa nourriture, son eau et son approvisionnement en électricité, eh bien, il ne semble pas que cela ait des répercussions ces jours-ci.

 C'est comme d'habitude. Une vieille dame que je connaissais bien disait toujours : "Si tu veux voler quelque chose, assure toi que cette chose vaille la peine que tu deviennes voleur" . Bien sûr, ce qu'elle voulait dire, c'est que rien n'en valait la peine. 

Pour elle, c'était un principe facile, qu'elle rectifiait en disant « je le lui ai donné », quand il arrivait que quelqu'un se fasse prendre en train de lui voler ses affaires.

La République islamique est comme ce voleur. Vous continuez à pardonner au voleur, en espérant qu'il profitera de l'occasion pour rester honorable, car il n'est pas "encore" un voleur. Mais aujourd'hui, nous savons tous que ce jour est passé. 

Ces gens ont décidé d'être le voleur, le meurtrier, le menteur, n'importe qui, juste pour pouvoir garder ce qu'ils ont volé. Ils ont volé un pays. Ils ont détourné un pays entier, au nom de Dieu et du prophète et tout le tralala. 

Illustration 2

Et ils ont des pilotes qui les servent. Ils ont des experts en contrôle aérien qui les servent. Ils ont des serviteurs, partout depuis  les rues  de Bandar Abbas, où ils ont abattu une fillette de 12 ans, (note de la traductrice : l'auteur fait référence à Saha Etebari, abattue dans la voiture familiale "jugée suspecte", selon le même scénario que Kian Pirfalak, donc, alors même que résonnaient les chants de son 40eme jour de deuil) jusqu'à trente mille pieds dans les airs, où ils peuvent mettre la main sur n'importe quelle petite fille. 

Même celle d'une légende du foot. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte