SoazJolivet
Chercheure en sociologie
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 août 2020

SoazJolivet
Chercheure en sociologie
Abonné·e de Mediapart

Free Omar Radi

Du Maroc on connait les vacances, le soleil, l'accueil, les tajines et le couscous... Une sorte de Dolce Vita si on accepte de fermer les yeux sur le manque de démocratie, la misère et la souffrance d'une très grande partie de la population qui arrive juste à survivre. Des voix s'élèvent, celles des journalistes indépendants. Elles et ils le paient de leur liberté.

SoazJolivet
Chercheure en sociologie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du Maroc on connait les vacances, le soleil, l'accueil, les tajines et le couscous... Une sorte de Dolce Vita si on accepte de fermer les yeux sur le manque de démocratie, la misère et la souffrance d'une très grande partie de la population qui arrive juste à survivre.

Des voix s'expriment cependant, qu'on entend lors des hirak vite réprimés, les leaders en prison pour 20 ans pour avoir demandé l'accès pour tous aux soins, à l'éducation et à un emploi. Et celles de journalistes indépendants qui les relaient. Mais l'un-e après l'autre paient de leur liberté ; harcelé-es, convoqué-es, surveillé-es, arrêté-es, accusé-e-s à tort, condamné-es, croupissant en prison ou obligé-e-s de fuir leur pays pour se réfugier ailleurs. C'est toujours le même scénario, les autorités s'attaquent à leur vie privée et lorsque celle-ci ne présente pas d'opportunité, ils en créent, payant des figurantes pour piéger les journalistes en question.

Dans un pays où les relations hors mariage sont interdites, l'opinion publique ainsi manipulée ne peut prendre fait et cause pour les malheureux condamnés sur des histoires de mœurs inventées. Le deuxième chef d'accusation est souvent de recevoir de l'argent de l'étranger pour attenter à la sécurité du pays, touchant ainsi au patriotisme du peuple. Les journalistes en question se trouvent isolés physiquement privés de liberté et intellectuellement coupés de la population qui ne peut soutenir une conduite antipatriotique et allant à l'encontre des mœurs.

Si je l'écris ici, c'est parce que j'ai rencontré lors d'une étude au Maroc, l'un d'entre eux Omar Radi, arrêté le 29 juillet 2020. C'est la deuxième fois en quelques mois, que ce journaliste est arrêté, poursuivi pour : atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, attentat à la pudeur et viol.

La France est un pays ami du Maroc. Peu de voix officielles soutiennent les leaders de hirak arrêtés. Peu de voix officielles dénoncent des mœurs d'un autre siècle. La France a trop besoin du Maroc, pour sa lutte contre le terrorisme. J'ai sollicité des députés sans avoir de réponse.


Parler, diffuser, relayer, est la seule arme des citoyens démocrates pour lutter pour la liberté partout dans le monde.
Liberté pour Omar Radi 
Free Omar Radi  https://www.facebook.com/watch/?v=924390098062699

Omar Radi © Le Soir

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart