SoazJolivet (avatar)

SoazJolivet

Chercheure en sociologie

Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2023

SoazJolivet (avatar)

SoazJolivet

Chercheure en sociologie

Abonné·e de Mediapart

Les méthodes de la droite de la droite s'habillent en col blanc

Sous un nom qui fait très officiel, l'Observatoire de l'immigration et de la démographie, un groupe d'anonymes bénévoles, manipule l'opinion publique en détournant des données administratives et statistiques de leur objectif premier.

SoazJolivet (avatar)

SoazJolivet

Chercheure en sociologie

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sur le lien qui suit, vous constaterez une belle manipulation, l'article démarre par une cartographie de France Stratégies à partir de données INSEE, mais détournée de ses objectifs pour servir une soupe de couleur brune d'extrême droite : 

Immigration et démographie urbaine, ce que nous apprennent les cartes de France Stratégie

L'Observatoire de l'immigration et de la démographie se présente ainsi : « L'Observatoire de l'immigration et de la démographie (OID) a été fondé en 2020 par un groupe de hauts fonctionnaires et de membres de la société civile. Il se veut une structure d'étude et d’information relative aux évolutions migratoires et démographiques de la France, destinée aux décideurs ainsi qu’à l’ensemble des citoyens intéressés par ce sujet. (entrepreneurs et citoyens). »

En s'appropriant les données d'une étude de France Stratégies, « la ségrégation résidentielle en France », l'OID écrit un article dont plusieurs phrases ne laissent aucun doute sur la couleur politique de ses auteurs.

Dès l'introduction, « Nous proposons d’examiner ici quelques exemples significatifs, en nous focalisant sur un même indicateur : le pourcentage des 0-18 ans nés d’immigrés extra-européens et son évolution depuis. » Tout enfant né en France possède le droit du sol. Vouloir focaliser sur les parents extra-européens montre une intention de stigmatisation d'une population ciblée. Ce qui est diffamatoire.

Puis la tactique de l'OID est dévoilée : ils commencent par généraliser un propos en l'exagérant. « Les données compilées par France Stratégie démontrent néanmoins que les mêmes dynamiques sont à l’œuvre sur l’ensemble du territoire national », ce qui est faux. Puis se limitent à un ou deux exemples : « Nous nous limiterons ici à analyser brièvement deux exemples particulièrement parlants, car portant sur des villes de province qui n’ont jamais constitué des « terres d’immigration » au XXème siècle. Une grande ville de l’Ouest : Rennes. Une ville moyenne située dans  « la diagonale du vide » : Limoges.

Enfin, pour parfaire leur démonstration biaisée, avec l'appui d'une carte illisible, ils agitent une nouvelle exagération : « l'agglomération », alors qu'il s'agit de trois quartiers qui subissent la ségrégation résidentielle. « Les enfants de parents immigrés extra-européens représentent désormais presqu’un quart (22,8%) des 0-18 ans vivant dans l’agglomération de Rennes en 2017. Si certaines communes périphériques restent encore peu concernées par cette mutation, celle-ci est spectaculaire dans plusieurs quartiers de Rennes – où les jeunes d’origine extra-européenne sont parfois majoritaires : 

  • Le Blosne : 51% des 0-18 sont des enfants d’immigrés extra-européens
  • Villejean / Beauregard : 50%
  • Bréquigny : 45%"

L'OID semble s'être fait une signature de cette façon de faire qui ne s’embarrasse pas de la vérité. Ainsi la conclusion de cet article généralise à outrance : « Bien qu’elle comporte des angles morts, la cartographie proposée par France Stratégie à partir des données de l’INSEE témoigne d’un véritable bouleversement démographique dans certains quartiers des principales unités urbaines en France. »

Ce que l'OID appelle angle mort c'est par exemple : « Ce calcul n’inclut pas la « troisième génération », celle des enfants nés de grands-parents immigrés extra-européens »; on se croirait en 1943 où les juifs traqués par la police de Pétain devaient prouver depuis quelle génération, leur famille était sur le sol français.

Le loup sort définitivement du bois lorsque l'OID se réfère à l'autrice adulée des Le Pen, père et fille : "Les données ici présentées ne remplacent donc pas les « statistiques ethniques », objets récurrents de polémiques et d’obstacles juridiques, dont la démographe Michèle Tribalat considère pourtant qu’elles sont « indispensables à la connaissance ».

L'OID continue d'agiter ses approches fantasmées de la réalité : Pour la seule année 2019, 469 000 étrangers se sont légalement installés sur le territoire national (titres de séjour accordés + demandes d’asile enregistrées + mineurs étrangers reconnus « isolés »), sans bien évidemment faire mention des français installés à l'étranger, rien que pour la Suisse, on compte 180 000 français et au 31 décembre 2019, on dénombre 1 775 875 inscrits au registre des Français de l'étranger.

Enfin l'OID avoue le but de cet article qui n' a rien à envier aux thèses de Zemmour et Houellebecq « l’analyse à laquelle nous venons de nous livrer démontre que les effets cumulés de l’immigration et des différentiels de fécondité ont d’ores et déjà modifié significativement la population française dans les grandes et moyennes agglomérations – et qu’ils continuent de le faire.» . Pour cela l'OID aligne des chiffres qui ne veulent rien dire puisqu'ils sont détachés de leur contexte géographique : 

Sur une période de vingt années entre 1998 et 2018 :

    Le nombre de naissances d’enfants dont au moins un parent est étranger a augmenté de 63,6%.
    Le nombre de naissances d’enfants dont les deux parents sont étrangers a progressé de 43%.
    Le nombre de naissances d’enfants dont les deux parents sont français a baissé de 13,7%."

Tout cet article démontre que quand on veut prouver le bien fondé d'une hypothèse aussi hasardeuse que celle du "grand remplacement", on va chercher une caution dans les chiffres en les déplaçant dans des angles de vue différents que ceux qui les ont commandés.

La cerise sur le gâteau est de s'assurer un cadre tout à fait crédible, ce qui ne veut pas dire honorable. Ainsi l'OID est doté d'un Conseil d'Orientation de hauts-fonctionnaires :

- GÉRARD-FRANÇOIS DUMONT, qui en 1985, avec Jean Raspail et la collaboration de Philippe Bourcier de Carbon de l'Ined, rédige dans Le Figaro un dossier intitulé « Serons-nous encore Français dans trente ans ? ». Ce numéro, où une Marianne voilée occupe la Une, fait scandale, d'autant plus que Philippe Bourcier de Carbon est membre du Comité Scientifique du Front national (Wikipédia).

-THIBAULT DE MONTBRIAL qui explique les affrontements intercommunautaires par des différences de culture au lieu de dénoncer l'absurdité concentrationnaire des politiques de logement dans certaines banlieues et la permissivité dont bénéficient certaines mafias qui dotent des groupes d'armes de guerre.

-PIERRE BROCHAND, qui est proche de Zemmour. Un article de Victor Chabert paru dans Europe 1 en novembre 2021 mentionne qu'il a prodigué des conseils et formulé des propositions concrètes à l’équipe de campagne d’Éric Zemmour.

-MICHEL AUBOUIN, le plus fréquentable des quatre, sans doute la caution morale. Mais alors que fait-il dans cette galère ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.