Salut Richard.

  • 20 juil. 2018
  • Par
  • Blog : .
Depuis environ deux ans, mes rêves franchissent la barrière en ouvrant l’œil. Le dernier, celui de cette nuit, dans l'attente des suivants, si toutefois je ne t'ennuie pas avec ces fariboles:

Salut Richard.

Depuis environ deux ans, mes rêves franchissent la barrière en ouvrant l’œil. Le dernier, celui de cette nuit, dans l'attente des suivants, si toutefois je ne t'ennuie pas avec ces fariboles:

Je tourne avec mon caddie dans un super marché en recherche de ce qu'il y avait d'indiqué sur la liste oubliée à la maison, comme à l'accoutumé. Ensuite, j'affronte la queue qui serpente avec la certitude qu'il manque la moitié de la marchandise pour laquelle j'ai parcouru 7 km aller. Ça avance, mollement, et d'un coup la file accélère, se répandant d'un côté et de l'autre, certainement une caissière est arrivée en renfort. Et..., je me retrouve subitement comme un nigaud sur le parking mon porte-monnaie en main sans m'en être servi! Je stoppe, jette un œil aux 4 points cardinaux, pas de vigile, de gyrophare, je lorgne mes quelques "achats", hésite parmi la foule qui sue en plein soleil, avise l'entrée du supermarché, effectue un nouveau zigzague en shootant dans ce foutu caddie qui se cabre à chaque changement de direction et décide de me diriger fissa vers le coffre de la voiture, d'embrayer sans plus tarder, de glisser un CD avant de fredonner, la journée commence au poil dans la touffeur de juillet. Peut-être une auto-stoppeuse sera ravie de ma conversation au fil des km, penser à l'inviter boire un café à la maison, l'absence de thé dans le caddie me tire un juron en cognant le volant, on ne connait jamais d'avance les désirs coincés dans la tête des femmes en attente pouce pointé vers le bleu du ciel. Alors, au cul de la voiture et cœur battant le rappel, je sors ma clé, presse le bouton, me penche pour lever le hayon et mon regard se fige sur le caddie vide!!!

J'aurai été inspiré d'agir sans tergiverser, faut y retourner, l'esprit lessivé par l’autostoppeuse, qui lasse de poireauter, craquera pour un type moins bien.

A plus Richard

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.