Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 mars 2022

Les baluchons - guerre en Ukraine

À propos de ce qu'il se passe et de nous au milieu, ébahis, hagards, impuissants.

Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

           En te levant ce matin, tu te sens encore chargée du poids de la veille. Cette nuit fait partie de celles qui n’apportent pas le repos mais qui simulent bien. Tu as fait le tour de cadran réglementaire sans solutionner le souci du sommeil qui déjà s’abat sur toi en rafales violentes, alors que tu tentes de boire ton café normalement.

            Tes angoisses sont revenues, et les médias les abreuvent. Tu hésites à allumer la radio puis tu te résous à le faire, car la paranoïa te pousse à craindre l’ignorance des bienheureux. Tu as peur de manquer quelque chose, de ne pas être prévenue et de découvrir au travers le rideau de ta fenêtre que des chars russes sont en bas de ton immeuble. Les bruits des avions dans ta tête sont suivis par ceux des bombes qui font éclater ta ville. Déjà tu anticipes. Ton immeuble n’a pas de cave, où ira-t-on, partir ou rester,…

            Tu t’arrêtes et tentes de te calmer. Ici, à Paris, le soleil est généreux, et le malheur semble impromptu. Il ne t’arrive rien, et pourtant tu es terrifiée. Tes peurs sont égoïstement centrées sur toi, tu sens tout courage potentiel t’abandonner et tu regardes avec stupéfaction ces civils ukrainiens qui prennent les armes et se résolvent au risque.

            C’est parce que tu es une enfant de la paix. Tu ne sais plus à quel point la violence est la norme, et tout le reste un miracle qui tient formidablement dans le temps. Tu es une enfant que la frayeur a déjà terrassée, tu as accepté que ta jeunesse soit estropiée par les crises multiples. Le compte à rebours de la catastrophe climatique circonscrit ton horizon, la pandémie tes sorties. Tu en as assez de vivre dans la peur, mais ces violences-là n’étaient jamais brutales, physiques, menaçant directement tout ce que tu connais dans un moment proche. En tout cas, on n’appelait pas ces menaces par le nom de la guerre, et on t’a appris à frémir à l’évocation de celui-ci, pour tout ce qu’il pèse sur le tapis du temps.

             Depuis que la Russie a lancé l’invasion de l’Ukraine, tu t’empêches de faire les comparaisons hasardeuses devenues raisonnables. Tout ressemble à la guerre dont on t’a tant parlé, enfant, tout ressemble à ces histoires manichéennes où des dégénérés prennent le contrôle de l’Histoire parce que les autres n’ont pas la violence avec eux, parce que d’autres veulent préserver et vivre, et attendent, les yeux fermés et le cerveau roulé en boule, que cela passe. Ces furieux n’étaient faits pour exister que dans des films, eux qui n’ont que le pouvoir, l’écrasement et la domination dans le viseur, quitte à les faire valoir sur une terre stérile, vidée, atrophiée. On t’a pourtant enseigné la banalité du mal, les nuances et les multiples facettes que présente une seule situation. Mais celle-ci frappe par son effroyable conformisme avec les contes les plus binaires dont tu puisses te rappeler.

            Tu te rassures comme tu peux en te disant que personne ne veut la guerre, que les gens ici sont trop habitués à la facilité occidentale, au confort d’une paix dont on finit par oublier l’origine. Personne n’a intérêt à faire cette guerre idiote, si ? Tu ne sais plus, tu verserais dans le complotisme si cela servait à te rassurer. Puis cette certitude en amène une autre qui te replonge dans l’angoisse : personne ici ne servira de chair à canon. Il y aura des défections massives, nous serons tous des déserteurs. Et que peut un pays qui ne veut pas combattre face à des armes qui tuent pour de vrai ?

             Ton ministre de l’économie l’a dit ce matin. Les sanctions prises par l’Europe à l’encontre de la Russie sont l’équivalent d’une bombe nucléaire financière. Un temps, pendant son interview, ton pouls se calme, temporise. Le ministre dit : « Ce sont les russes qui vont souffrir, pas nous. ». Ces paroles viennent se nicher en toi comme une caresse t’incite à te rendormir dans un sommeil égoïste. Mais quelque chose qui persiste en toi redresse l’oreille. Un léger sourire, une détermination qui se veut optimiste dans la bouche de celui qui la brandit. Puis l’effroyable :

« – Vous voulez dire que vous frappez Poutine, son gouvernement. Le peuple russe ? 

– Bien sûr. Le peuple russe est visé. »

            Tu te sens plus démunie que face à la menace. La revanche sourde, la vengeance dont vont se délecter les va-t-en-guerre. Les millions d’otages qu’aura fait ce conflit. Ces gens pris en étau par les pouvoirs. Notre impuissance de baluchons transportés d’un bout à l’autre de l’Histoire.

            Tu milites pour l’écologie politique. Ton courant militant s’est bâti sur l’antimilitarisme, tu sais que la paix lui est indispensable. Un rayon de soleil indécent, qui n’a même pas daigné se cacher en ces heures étranges, arrive sur ta joue. Tu redresses la tête et t’exhortes au courage. Agir apaise toujours. Tu iras porter des vivres, des trousses de secours là où tu peux, dans les endroits de collecte. Tu n’abandonneras pas l’idée que la paix se trouve quelque part au milieu des décombres, et que l’appartenance à l’un ou l’autre de ces camps qui se montent ne devra jamais arrêter sa recherche. Le peuple russe souffrira et tu ne seras pas d’accord avec ça, le peuple ukrainien souffrira et tu ne seras pas d’accord avec ça.

Oui tu sais, ton avis importe peu, mais si tu dois cohabiter avec lui le long de ces jours contradictoires, alors autant pouvoir te regarder en face.

Photo by Mitya Ivanov on Unsplash © Photo by Mitya Ivanov on Unsplash

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain