Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 mai 2022

Tous ces trampolines

À mon âge, ma grand-mère mettait au monde son premier enfant.

Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            La famille, pour moi, ça a toujours eu quelque chose d’évident. Facile dès le début. La tribu. Le clan. Quoi qu’il en coûte, quoi qu’il advienne. Il y a quelque chose de beau dans l’absolu. Quelque chose de millénaire. Dans la famille, il y a le fait d’échapper au destin solitaire des mortels, pour embrasser l’infini : démultiplier les gènes, jusqu’au bout, jusqu’à la fin du reste, l’extinction du soleil, l’explosion de la Terre. Laisser des traces en chair et en os, des enfants qui trimballent avec eux le triomphe des ancêtres sur le temps qui passe.

            À mon âge, ma grand-mère mettait au monde son premier enfant. Elle avait pour elle la création de son foyer. L’aboutissement de rêves. Peut-être façonnés par la société, mais aussi profondément portés au fond d’elle. Elle et mon grand-père. Pour eux, la famille n’avait rien eu d’évident. Grand-père orphelin, élevé en refuge. Grand-mère déchirée entre ses parents dont le divorce aujourd’hui si ordinaire avait tout d’un drame scandaleux à l’époque. Eux dont l’esseulement s’était transformé en une lutte de chaque instant dans la quête de la stabilité, de l’amour catégorique, du filet de sécurité relationnel. Eux qui avaient pris l’habitude de faire sans aide, parce que la seule aide devait être celle du sang, qu’il y en aurait, qu’ils réussiraient à faire advenir tout ça, ce cocon d’autres qui nous ressemblent. Le sang, ceux à qui on peut s’ouvrir, parce que quelque chose bat la pudeur et l’égoïsme classique et fait s’ouvrir un chemin calfeutré, doux.

            C’est drôle comme l’époque nous change, et comme notre incapacité à nous cramponner à la stabilité – c’est peut-être pas plus mal, j’en sais rien – se meut parfois en amertume. La famille, on la condamne parfois. On trouve bon de s’en émanciper, et combien je trouve ça juste et légitime, lorsque la famille est un poids. Mais peu de gens racontent encore ces familles qui portent et aident à déployer les ailes, ces images rassurantes du foyer empli de présences et chassant loin le spectre de la solitude. On dirait que ça n’a pas sa place dans les histoires modernes.

            J’ai parfois eu l’impression qu’on me reprochait le temps passé avec eux. En substance, il y avait mieux à faire.

            Je suis corse et la famille est omniprésente, sacrée. Elle aurait pu s’avérer étouffante, pleine de traumatismes mal cautérisés, d’aigreur et de nécessités. Au contraire, elle est un puit de ressources et de conseils. De rires et d’encouragements. Je n’ai jamais regretté une minute, des interminables dîners, aux karaokés insupportables, des jeux de société incompréhensibles aux soirées confidences. Des étés faits de retrouvailles aux hivers pelotonnés. Je trouve beaux tous ces trampolines qu’on a construit pour moi, moi et les enfants, pour nous protéger, nous guider, nous émanciper. Je trouve merveilleux que toutes les idées préconçues, les traditions indéboulonnables et idiotes, les rigidités aient été chassées de ce chemin-là, pour qu’il ne reste plus qu’un espace de gratuité rare, de profonde solidarité. Un tableau de souvenirs, que j’aimerais tant, quelques fois, partager avec celles et ceux qui ont horreur de ces familles-là, qui les trouvent niaises et encombrantes.

            Comme on grandit on ne serre plus pareil, tous autour d’une même date pour se retrouver. On s’éparpille, dans le monde et dans la vie. Mais le point cardinal est guidé par cette boussole que mes grands-parents ont tant espéré.

            J’ai du mal à me dire que j’ai l’âge qu’avait ma grand-mère quand… tu connais la chanson. J’ai l’impression d’être née de tant d’espoirs. Comment continuer ? Comment concilier l’absolu et l’animal avec la rapidité et les exigences du monde actuel ?

            C’est à la fois mon origine et quelque chose de lointain. Mais c’est toujours bien de savoir d’où l’on vient. Et de se sentir l’envie d’y retourner, de mille façons. Et surtout à ma façon.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine