Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2021

Entre elles - à propos de sororité

Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?

Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

         Dans la rue je trouve les filles plus belles que les garçons, je les vois souvent jolies, et les hommes je ne sais plus trop, j’ai l’impression que ça me vient moins. Est-ce parce que dans les filles, je vois l’éventualité de ce que je pourrais devenir ? Est-ce parce que je me compare à elles, comme on m’a soigneusement appris à le faire ? Est-ce parce que je partage avec chacune d’entre elles ce poids de l’apparence, que je vois leurs efforts et que j’ai envie qu’elles se reposent, pour que moi aussi ? Est-ce pour qu’on arrête la guerre des femmes qui gravitent autour des hommes, et qui ne sont, dans le schéma patriarcal qui nous berce, que les concurrentes les unes des autres dans cette grande course à l’attention phallique ?

         C’est une question qui me traverse assez, celle qu’on appelle la « sororité », ce qu’on dit de l’entraide entre femmes, de l’amour entre femmes. C’est une femme d’ailleurs, qui m’a poussée à poser ces mots, car elle trouve qu’on n’en parle pas assez, que les femmes s’échinent encore trop à se détester.

         Et pourtant, tout de suite m’est venu dans la tête pour s’opposer à son constat, la tendresse précieuse que je porte instinctivement aux femmes, mon soulagement quand je m’en sens entourée, la rapidité de compréhension réciproque qui me donne envie de les aimer chacune avec une force infinie.

          Malgré tout, c’est vrai que j’ai mis du temps à définir mon amour pour les femmes, à le circonscrire dans quelque chose qui avait un nom. Comme s’il fallait le légitimer, le sortir de la case de la simple amitié féminine qu’on juge soit futile soit fausse. Dans mon cas, c’est la découverte de l’amour lesbien qui m’autorisait soudain à déployer toute la dévotion que je portais aux femmes, à écouter les filles en prenant mon affection pour autre chose qu’une admiration aux ambitions putchistes. C’est dans cette libération soudaine, ce moment où il m’était enfin accordé de penser mes relations avec les filles sans homme dans l’équation, que j’ai commencé à mieux en définir les contours, et à me rendre compte qu’effectivement, les liens que j’entretenais avec elles n’étaient que trop rarement sous-tendus par une amitié dénuée de comparaisons hasardeuses, de jalousie mesquine, de rivalité presque automatique. Plusieurs fois même, il m’est arrivé de saboter un bout d’amour qui me venait, empoisonnée par la violente pensée que les femmes sont facilement méprisables.

         J’aurais pu me demander pourquoi mais il se trouve qu’à peu près au même moment, j’ai commencé ma longue crise de boulimie féministe, qui a achevé de me renseigner sur cette société dans laquelle les femmes ont tout intérêt à se détester et les hommes une peur panique des accointances qu’elles pourraient tisser. Tout ça est difficile à pointer, puisqu’évidemment nous sommes tous les pantins de cette grande histoire qui se joue et se répète, et que les affaires sont souterraines. Mais moi, ça tombe bien, ça m’amusait, de lire tout d’un coup tout ce qui passait avec mes nouvelles lunettes. Et j’ai vu.

         L’éducation à devenir des courtisanes.

         La culture populaire qui fait de nous des langues de vipères.

         La pomme de discorde que l’on doit devenir pour attirer l’attention, quand on nous a dépourvues de tout autre moyen.

         Les insécurités dont nous bourrent les magazines supposément « féminins » et qui surgissent d’un coup dans notre besoin maladif de nous comparer aux autres.

         Les discours sur les places limitées, et le fait qu’on ait toujours appris à se ruer dans la compétition avant d’enclencher toute solidarité.

         Le cinéma et les déchirements amoureux qui placent les femmes à la périphérie des histoires et les regardent se déchiqueter pour sortir de la marge.

         Les Une funéraires des journaux, qui laissent toujours les femmes pendre au nez d’un homme, et qui ne parlent jamais d’une femme et d’une autre, à plusieurs, en groupes non supervisés.

         Le ridicule dans lequel a été enfouie l’entente des femmes : ce sont des mégères qui discutent (et d’ailleurs, qui a besoin de discuter ? pourquoi tant de sensiblerie……) Ce sont des réunions de polichinelles, des conglomérats d’idiotes futiles, d’adultes pas bien finies, de poupées qui sonnent creux.

         Alors oui, tout d’un coup me vient le soulagement quand je découvre que ma génération a commencé à foutre à la poubelle ces idées reçues qui nous entravent et nous blessent. Quand j’explore ce qu’on pourrait partager, à travers l’expérience tellement structurante de ce qu’est être une femme. Quand j’imagine des pièces remplies d’elles, qui s’aiment librement et sans calcul, qui se tiennent là sans les hommes et discutent entre elles de choses qui comptent et de révolutions.

         Mais il y a toujours quelque chose qui tique. Quelque chose en moi qui se débat avec cette sacro-sainte sororité qu’on brandit de plus en plus et qui finit par ensevelir dans un vacarme assourdissant les expériences différenciées, les luttes absolument nécessaires qui peuvent avoir lieu entre des femmes comme partout ailleurs, les injustices que recouvre toujours un féminisme qui ne verrait pas autre chose que lui-même. La sororité comme un grand amalgame qui renforcerait le pouvoir du genre dans un grand tout sans contraste, sans ombres, sans anfractuosité.

          Et je me mords la lèvre inférieure à l’intérieur de la joue comme quand on me contrarie. C’est ce retour infernal aux mêmes conclusions, qui me chagrine.

         L’équilibre à trouver. Les nuances à retrouver.

         Pouvoir d’aimer, de désaimer. Pouvoir de considérer l’autre, finalement, avec notre propre regard et en balance de nous-mêmes. Là, il y aurait tout. Voilà. On y revient.

Intersectionnalité. Le gros mot et ce qu'il contient de formidable. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA