Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 oct. 2021

Mer d'huile - Ces amitiés qu'on ne pense pas

On pense souvent qu’il n’y a rien à dire sur l’amitié, tout comme on pense que le bonheur est ennuyeux. Je ne suis pas sûre.

Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     Après les ravages de l’amour, ce que l’on cherche à plaquer sous cette dénomination à laquelle on s’accroche, après les tumultes de ce qui se passe avec les patrons, avec les salarié·es, après ce qu’il se passe avec les autres de manière globale, dans un monde où on ne les rencontre presque plus : après tout ça, l’amitié ressemble un peu au fait de rentrer chez soi et de se démaquiller après une longue journée.

            L’amitié.

            L’amitié oubliée, impensée, salvatrice.

            On pense souvent qu’il n’y a rien à dire sur l’amitié, tout comme on pense que le bonheur est ennuyeux. S’il n’y a rien à combattre, à chasser, s’il n’y a pas entre la vie et la mort un affrontement hideux mais captivant, alors c’est qu’il faut passer son chemin, s’écarter. Fuir le lisse. Mais l’amitié est comme une mer d’huile : calme sans qu’on puisse dire qu’elle est lisse. Elle est pleine de rebonds et de suspensions, de pirouettes qui accomplissent l’exploit d’exister sans en faire des caisses. Les autres sujets prennent toute la place, l’amitié, elle, agile, se glisse là où elle peut, prend la forme parfaite de ce qu’il y a à combler et en même temps elle infiltre ce qui bat son plein à côté, elle colore en silence les dynamiques qui la traversent sans la regarder, ce qu’il se passe hors de son champ.

            On pense souvent que l’amitié nous pend au nez comme l’inéluctable, qu’elle est le fait du hasard et la résultante d’une circonstance. C’est une aubaine dont on se satisfait, une plante grasse que l’on n’arrose jamais parce qu’on l’imagine résolue à ne pas mourir, quelque chose d’un bonus dont on imagine parfois pouvoir se passer.

            On oublie toujours à quel point il est heureux de se vautrer dans ces liens pour lesquels il n’y a personne à séduire, persuader, contrôler ou respecter outre mesure. On est heureux, quand on ne doit pas convaincre qu’il faut s’aimer, ni se convaincre soi-même qu’il est possible que l’on s’aime. Ces relations jaillissent tout d’un coup de la spontanéité, comme l’eau d’une fontaine, elles nous aspergent et font de nous des imbéciles heureux, qui sont trop imbéciles ou trop heureux pour en prendre conscience. Elles s’inventent au fil du quotidien morne, elles se faufilent à travers les joues grises et les fendent pour des sourires qui durent dans les souvenirs, des souvenirs jaunes comme le soleil.

            Hier au soir j’ai revu mes amies. Toujours j’oublie, puis je me rappelle pour l’oublier de nouveau, comme il est facile d’exister, auréolée de leurs regards qui veulent le bien et le bien tout court, qui ne définissent pas ce bien, qui ne définissent pas le mal, qui me laissent avoir mes propres contours. « Il suffit ». Il suffit de manger. Il suffit de rire. Il suffit même la mauvaise humeur ou les retards. Les mois qui séparent et les messages qui engluent. La dynamite et l’apathie.

            Tout est bon pour faire fonctionner la machine. Le carburant se trouve partout. Il n’est pas cher. Il se trouve bien.

            Ce qu’il faut, c’est le partage. C’est assez sain, quand on y pense. Nous, les atomisés. Les réduits à n’être plus rien d’humain, rogné·es, à faire nos vies en méprisant les liens et d’autant plus lorsqu’ils sont sincères. On prend peur à ne plus se côtoyer, on prend peur de nous. On réserve la solidarité aux tendres, à ce qui ont le temps, ceux qui ont les utopies bien accrochées.

            On ne pense jamais à l’amitié comme à ce fil si distendu qui nous tient encore les uns aux autres, qui nous rappelle sans cesse à la société qui s’écoute avant de se parler, qui nous oblige à considérer ce qu’il y a après et avant nos journées, les autres, la vie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras