Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 déc. 2021

Je pense donc ne t'inquiète pas

Les réactions sont parfois plus intéressantes à étudier que l’action. La gauche réagit davantage qu’elle n’agit, de toute façon. Elle commente, et ces commentaires me mettent de plus en plus mal à l’aise. L’écart entre les paroles et les idées se creuse, et je nous sens dédoublé·es.

Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Union de la gauche, avant même de la penser, on la trouve décevante, on la trouve ridicule, on en fait des blagues sur le ton passif agressif, on l’étouffe, on se sent plus haut qu’elle, on sort la dédaigne. On a bien le droit. Je voudrais parler de l'art et de la manière, si c'est encore possible.

            Une candidate soudain parle qui n’a rien précisé encore, une dame qui dit des choses à demi et dont on ne sait rien du dessein, précise simplement ses intentions, pose ses constats, et pointe le drame qui se joue politiquement. Qui semble vouloir un élan, dont le regard est tourné vers une démarche populaire. Rien de plus pour l’instant, rien de moins.

            Il suffit de trois mots pour que tout de suite l’aigreur envahisse l’espace, pour que tout de suite on pense que les autres ne savent pas penser, qu’il faut les éclairer. Au moindre signe de petite réjouissance, à la moindre respiration qui entrevoit l’oxygène en dehors du monde pesant, il faut allumer les lanternes, rappeler que personne n’est parfait comme si c’était facile de l’ignorer, accabler de doutes ceux qui se questionnent déjà et ont posé leur joie deux minutes sur une possibilité, réduire à néant l’espoir qui ne coche pas chaque case de la perfection dès la minute où il naît. On devient agressifs, on devient méprisants, on liquéfie dans nos actes tout ce que pourtant l’on défend.

            Et il devient possible d’être de gauche mais de prendre les autres pour des cerveaux creux que l’on peut bourrer à merci, de se prendre soi pour quelqu’un qui a pensé à tout, qui a vu les défauts, les écueils, la grande histoire, ses détails, et qui doit rappeler aux autres que rien ne va et rien n’ira. Leur dire qu’il ne faut pas croire à la Mère Noël, et pour autant sembler attendre un messie tant nos impératifs sont d’une intransigeance qui confine à l’intolérance, tant nos « humanismes » ont oublié ce qu’est un être humain. Il suffit de peu pour que l’on sorte les téléphones et les tweets, que l’on cherche comment être original dans le pessimisme, comment sortir de la mêlée grâce à l’acidité, comment gerber nos angoisses et les rendre reluisantes. On tape sur le premier qui n’est pas un Jésus ambulant, on lui tape dessus parce qu’il n’a rien dit ou parce qu’il a trop dit, on lui tape dessus parce qu’il a le malheur d’être un chouia en dessous de nos fantasmes utopiques. On exige de chacun une sorte de flottement dans la pureté idéologique, quelque chose d’idéal ou rien, l’utopie ou la mort tout au premier degré. L’attente a cédé la place à la rage, et tout d’un coup on tire de tous les côtés, on en veut à ceux qui s’abaissent à faire entrer la réalité dans l’équation, on ne comprend plus le sens du mot compromis qui nous semblent tout de suite des compromissions. On enterre vivant les partants des concessions, on confond radicalité avec pureté, on se vautre allégrement dans ce que la droite aime à nous reprocher et qu’on n’ose plus se dire entre nous.

            On anéantit le futur en le reprochant déjà à des gens qui essayent et qui tâtonnent, on dicte aux autres les espérances qu’ils ont le droit d’avoir ou non, on fait mine de ne rien comprendre mais de savoir tout, on dissèque le passé à la recherche de preuves de notre fuite vers l’abîme, on aimerait que le monde soit désolant si tant est qu’on l’ait prédit avant. On ne pardonne plus les erreurs, pas plus qu’on ne tolère les évolutions. On devient essentialistes sans sourciller.

            C’est dommage, car j’aimais être d’accord avec vous. Je partageais votre envie d’interroger les vérités, mais pour en construire de nouvelles, pas pour s’enfermer dans cette considération robotique de l’espace politique. Pas pour interdire toute tentative par peur d’un désastre qui est déjà là.

            C’est dommage, car je n’avais pas envie de concéder que ce sont mes amis, mes alliés, qui font du débat un lieu d’humiliation et de caricature, des conversations des discours binaires et manichéens, placardés partout où il était possible de réfléchir.

            C’est dommage, car je pensais que les tons paternalistes et pédants ne cadraient pas avec nos ambitions, que les moyens comptaient autant que la fin et que l’empathie est une valeur cardinale pour ma gauche.

            Je ne sais pas où nous nous sommes perdus, mais j’aimerais bien vous retrouver, camarades. Parce que même si l’union n’advient pas ou peu importe qui la porte, je crois que personne ne va bien, piégé par des exigences totalitaires et des déviances aux allures de plus en plus sectaires.

            Peu importe l’issue, je crois que nous sommes dans une impasse, et que cette impasse est souterraine : elle ne concerne ni Christiane Taubira, ni l’élection présidentielle.

            Elle raconte notre manière de plus en plus droitière de faire politique, et c’est elle qui m’inquiète.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon