Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 juin 2022

Je t'en veux - bilan absolument subjectif de cette année électorale

Après une année électorale pleine de si peu de rebondissements, étranglée entre de fins espoirs et les possibilités de déroute, les élections législatives clôturent cette séquence peu alléchante de nos vies citoyennes. Avec l’impression d’avoir globalement fait du surplace, mais en pire, si c’est possible.

Soldat Petit Pois
Écrivaine par ici, au micro d'Oïkos & Vacarme des Jours sur toutes les plateformes d'écoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

   Le président est le même, si ce n’est qu’il ne cache plus ses ambitions droitières derrière un paravent d’hypocrisie et que nous savons à quoi nous attendre (un rien qui fait du mal). À l’Assemblée la gauche grappille des sièges à la majorité présidentielle sans qu’on puisse parler de vague et sous l’effet levier d’une alliance qui n’aura pas attendu deux jours pour éclater. Le RN de Marine Le Pen, lui, multiplie son nombre de députés par dix. Dernier protagoniste, l’abstention, qui reste la gagnante de ces élections, d’autant plus problématique qu’elle l’est de loin. Dans ma tranche d’âge, les 18-24 ans, nous sommes plus de 70% à ne pas nous être déplacés, et ce malgré des thématiques médiatiques légèrement plus respirables que celles imposées par les droites pour le temps présidentiel, avec l’élan impulsé par la NUPES dans le débat public.

La canicule avait pourtant envahi les bureaux de vote. Suivie de peu par des tempêtes inattendues et des grêlons gros comme des balles de golf. Tout ce qui était prévu arrive, et a même de l’avance. Mais rien ne change, au point où le dire devient presque un manque de style : les plus vieux votent, et ils votent massivement pour tuer les jeunes. Les jeunes, qui eux, ne votent pas, pris d’apathie, d’impuissance, de désespoir, d’indifférence, je ne sais pas – j’ai l’impression de si peu les connaître et pourtant force est de constater qu’ils font aussi partie des gens qui me condamnent.

            Ces derniers temps pour la première fois, j’ai vraiment ressenti la peur. La peur des choses impalpables qui tombent soudain dans le présent avec le fracas de la réalité tangible, la peur des choses qu’on ne peut plus ignorer et dont on se sent progressivement perdre la maîtrise de manière irrévocable. Et c’est pourquoi j’ai de plus en plus de mal à ne pas sombrer dans la haine. Dans une colère mal calibrée, qui s’exprime souvent à l’encontre de ceux qui dirigent, écrasent et oppriment, mais qui, cette fois, a l’envie malsaine de se jeter sur ceux qui n’ont pris aucun rôle dans le déroulement des drames. Ceux qui laissent faire, ceux qui s’en fichent – pour des raisons que n’importe quel sociologue m’expliquera bien, mais que je me refuse à entendre, juste aujourd’hui, parce que j’ai besoin de bouc émissaire et de petit plaisir coupable.

            Alors oui, je t’en veux. Je t’en veux, à toi le faux révolutionnaire avachi dans des principes flottants qui a déclamé ta haine de la politique institutionnelle pendant toute la séquence pour prouver ta chevalerie anti système et participer au pire.

            Je t’en veux à toi, jeunesse idiote dont je fais si souvent partie, qui se targue d’être une génération engagée mais qui abdique au moindre obstacle, qui choisis tout selon l’égoïsme utilitaire, et qui se vautre dans le privilège de s’en foutre dès que tu as fini de fustiger ceux qui te précèdent.

            Je t’en veux à toi, adulte impassible, vieillard réactionnaire, dont je ne suis même plus surprise de l’indifférence meurtrière, qui réussis à croire qu’un extrême qui réclame la hausse des salaires ou le droit de ne pas se faire tuer pour un refus d’obtempérer vaut autant que le fascisme, le sexisme et ceux qui bloquent les frontières aux réfugiés que tu soutiens pourtant lorsqu’ils sont ukrainiens.

            Je t’en veux à toi, militant qui n’en a que le nom, qui joue avec ton haut parleur et tes tracts et t’endors tranquille après avoir parlé à des convaincus qui te ressemblent, lançant tes #folloforfollowback sur Twitter histoire de resserrer encore un peu la bulle d’entre-soi dont tu n’as décidément pas franchement envie de sortir.

            Je t’en veux à toi, responsable politique dont je ne dirai même pas le bord tant les pratiques se ressemblent, qui, avec les 156 salariés de ton équipe de com’ n’est même pas foutu de parler une langue qui dit des choses, t’associe aux mots creux que tu voulais combattre, et te complais dans ton costard parce que c’est devenu la norme, se complaire. Toi qui ne fait rien d’autre qu’aggraver le fossé en pensant narcissiquement que tu pourrais le reboucher, déconnecté comme tu l’es.

            Je m’en veux aussi, parce que d’abord la colère quand elle jaillit n’épargne personne, et parce qu’on entend toujours plus fort les défauts des autres lorsqu’ils sont aussi les nôtres, nos carences, nos fautes, nos négligences.

            Mais surtout, surtout, j’en veux aujourd’hui à toutes les personnes qui pensent que certains aspects de la lutte pour un monde écologiste et socialement juste ne valent pas la peine. J’en veux à ceux qui croient qu’il n’y a qu’un chemin et qui méprisent les autres. J’en veux à ceux qui veulent rester secs de toute souillure idéologique au-delà de la cohérence et bien davantage pour l’image qu’ils sont persuadés de donner d’eux-mêmes.

Non. Nous n’avons plus le luxe de cracher dans la soupe. Chaque interstice de reprise de pouvoir, chaque brèche d’alternative, chaque idée d’opposition au système qui tue doit être investie. Ceux qui les entravent ou les ralentissent ne sont pas seulement coupables, ils sont aussi profondément bêtes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement