D'une nuit à l'autre

Nos regards se déconfinent pour étreindre les grands espaces. Dix moments d'une même journée hivernale, offerts à Anne Sylvestre. Celle qui a chanté la force d’une mer divaguant de « violence inemployée », aussi bien que la douce fragilité des « daltoniens de l’âme. » Un jour, « toutes les Clémence seront en vacances », et connaîtront la joie des arbres verts.

Jean-Baptiste Corot Jean-Baptiste Corot

« Dans la noirceur qui nous entoure
La lune veut faire son nid
Mais les ténèbres qui la roulent
Lui font perdre appui sur appui. »

Jules Supervielle, Le forçat innocent

 

François-Auguste Ravier François-Auguste Ravier
« Chaque matin, un soleil roux monte en silence ; en trois pas indifférents, il traverse la largeur du ciel et c’est fini. La nuit entasse ses étoiles comme du grain. »

Jean Giono, Regain

 

Ferdinand Hodler Ferdinand Hodler

 

 

 

 

 

 

 

« À force de mélancolie
On peut apprendre le désert
Ne pas regretter ses folies
Et cultiver ses arbres verts,
Ses arbres verts »

Anne Sylvestre

 

 

 

 

Sakai Hoitsu Sakai Hoitsu

 

 

 

 

 

 

« Et de l’oiseau si rare
Qui de son ombre fuyante
Panse les blessures que donne le soleil »

Andrée Chedid, Textes pour une figure 

 

 

 

 

 

Alexandre Ivanov Alexandre Ivanov

« Le frais balancement des ramures chenues,
L’horizon élargi plein de vagues chansons,
Tout, jusqu’au vol joyeux des oiseaux et des nues,
Tout aujourd’hui console et délivre. – Pensons. »

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

 

Simon Denis Simon Denis

 «Peut-être qu’il n’y a jamais de fin – juste ce déchirement sans bruit des nuages dans le ciel inépuisable. »

Christian Bobin, La grande vie

 

Félix Vallotton Félix Vallotton

 « … le soleil s’agenouille, regarde sous les branches. La lumière se met entre les arbres, dans une brume lourde et mielleuse. Et c’est alors que tout existe, le moindre insecte est poudré d’or. »

Anne Sibran, Enfance d’un chaman

 

Charles Victor Guilloux Charles Victor Guilloux

« C’est une heure où cette lumière survivante, son foyer n’étant plus visible, semble émaner de l’intérieur des choses et monter du sol »    Philippe Jaccottet, Cahier de verdure

 

Winslow Homer Winslow Homer

« Le souffle obscur de la nuit s’épaissit
Et le long des veines chantent les flûtes marines. »

Tristan Tzara, L’homme approximatif

 

Marc Chagall Marc Chagall

« Je pense à la chaleur que tisse la parole
autour de son noyau le rêve qu’on appelle nous »

Tristan Tzara, L’homme approximatif

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.