C8, Canal+, Bollore : Ils veulent ma peau et vont au bout de l'acharnement judiciaire

Alors que le tribunal correctionnel de Nanterre m'a innocentée en janvier 2020, ils font appel de la décision ce 19 février à la cour de Versailles et poursuivent méthodiquement leur harcèlement juridique, avec une volonté de me détruire financièrement et nuire à ma réputation. Je ne pensais pas devoir en arriver là : je lance une cagnotte pour obtenir de l'aide.

capture-d-e-cran-2021-02-14-a-11-21-14

 

Ils veulent sans doute se venger de m'avoir vue publiquement afficher leurs manquements au droit du travail lorsque je suis intervenue en direct dans Touche Pas à mon post le 30 mai 2013. Les puissants craignent avant toute chose que la vérité soit révélée au grand jour quand elle ternit leur image. Et c'était bien sûr le but premier de mon action, faire connaitre leurs pratiques d'employeurs abusifs au grand public. Que tous les jeunes spectateurs un peu écervelés ou naïfs puissent se rendre compte de l'envers du décor derrière les paillettes. Diffuser l'idée aussi que la flexibilité du travail a un prix et que ce sont bien souvent les travailleurs précaires eux-même qui le paient, sans moyen de se défendre.

Veulent-ils ma ruine en frais d'avocat et continuer de me mettre la pression coûte que coûte, près de 8 ans après, peut-être aussi un moyen de me faire payer mon engagement dans le mouvement des Gilets Jaunes contre l'oligarchie où je me suis tant investie. Ils s'acharnent, ils font appel de la décision qui m'a innocentée et je suis convoquée ce 19 février 2021 à la cour d'appel correctionnelle de Versailles.

L'histoire est complexe, accrochez-vous pour comprendre les rebonds juridiques... Après plus de 7 ans de procédures, ma situation est aujourd'hui intenable. Les manoeuvres des avocats de la chaîne pour me déstabiliser  à un moment clé de la  procédure sont incroyables :  après avoir déposé une plainte au bureau d'ordre du tribunal de Paris en janvier 2018 m'accusant d'escroquerie  au jugement, dans  le  but  d'interférer dans la procédure prudhommale, encore en  cours à l'époque, après que cette plainte leur ait permis de m'intimider et me faire perdre la quasi totalité des indemnités gagnées un an auparavant, la chaine C8, continue de s'acharne et va au bout de sa logique de destruction de ceux qui s'opposent à eux et les dénoncent. Mais je ne suis pas un groupe de presse,  ni une société de production, je suis une simple ex salariée aujourd'hui au RSA et black-listée de plateaux où je travaillais... La justice traîne... la justice manque de moyens, et la justice ne protège pas les plus faibles. Le droit du travail est inadapté à la défense des plus précaires, il inverse la charge de responsabilité et fait peser la charge de prouver la précarité,  au salarié! C'est  bien connu, les employés choisissent leur type de contrat...

J'explique en détail ici le déroulé des procédures:

Canal+ Bollore, pourquoi mes patrons m'ont déclaré la guerre.

Alors aujourd'hui, j'ai tout perdu, je suis ruinée.. mais je ne perds pas espoir de recouvrer mes droits, grâce à votre aide.

En 2013, lorsque j'ai affiché publiquement sur plateau de Hanouna, les baisses illégales des salaires des intermittents précaires de la chaine où je travaillais, je savais que je me lançais dans un combat rude et déséquilibré... mais je ne pensais pas que leur cynisme irait jusqu'à ce point...

En mars 2016, j'ai gagné en appel aux prudhommes et fait condamner C8 pour abus de contrats précaires, une victoire fugace, l'année suivante la cour de cassation en a décidé autrement jugeant que je n'apportais pas suffisamment de preuves de ma précarité...  J'ai dû rembourser la quasi totalité des indemnités de licenciement que j'avais touchées. Coup dur. Mais l 'affaire allait être renvoyée et de nouveau jugée en cour d'appel, j'avais encore l'espoir de recouvrer mes droits.

En 2018, avant le renvoi en cour d'appel, Canal+ a lancé une véritable offensive judiciaire en m'accusant "d'escroquerie au jugement", une plainte calomnieuse pour me déstabiliser et m'intimider. On m'a alors conseillé de changer d'avocat... et envoyée vers un avocat très médiatique et réputé pour « défendre les lanceurs d'alerte »... mais ce dernier m'a trahie, alors que j'étais dans une situation de grande vulnérabilité. Loin de me défendre, il a appuyé l'intimidation et m'a convaincue de me "coucher" face à C8, m'assurant que la plainte calomnieuse pouvait interférer dans le renvoi aux prud'hommes, ce qui était faux. La plainte était classée sans suite au bureau d'ordre depuis 2 mois, il ne m'en avait pas informée... Et c'est le président de la cour d'appel des prudhommes qui s'est lui même étonné lors de l'audience, que je baisse mes demandes d'indemnisation, assurant que la plainte "n'entrait pas dans les débats". J'étais sidérée et impuissante, j'avais  signé la veille, à la hâte, des conclusions renonçant aux indemnités de salaire sur les 3 ans passés dans le groupe Bollore. 

En janvier 2020, les avocats de C8 ne me lâchent pas d'une semelle et me font convoquer en citation directe au tribunal correctionnel de Nanterre, toujours pour "escroquerie au jugement", malgré le classement sans suite de la plainte précédente. Je suis innocentée à la demande du procureur. Mais C8 fait appel de la décision, ils vont au bout de leur logique destructrice.

Le 19 février 2021, je suis donc convoquée en appel pour répondre encore face à la justice et défendre mon innocence.

Je suis au final prise dans 3 affaires en justice :

- j'ai lancé une procédure en cassation du jugement en appel, qui a été biaisé et interféré, par la trahison de mon avocat. J'avais très peu de chance d'obtenir une casse du jugement selon mon avocate, mais j'ai tenté le tout pour le tout, et je viens d'apprendre, le 17 février que ma demande de pourvoi a été rejetée : d'un point de vue du droit, le fait que j'ai signé des conclusions sous a menace d'une plainte n'entre pas en ligne  de compte... Je ne sais comment faire annuler cette décision..

- j'attaque mon ancien avocat en responsabilité professionnelle, car il ne m'a pas défendue, il n'a pas recherché le statut de la  première plainte qui était classée avant mon procès et donc ne devait pas interférer dans ma ligne de défense..

- Je dois me défendre face aux attaques et l'acharnement judiciaire de C8, que j'assigne en retour pour dénonciation calomnieuse. Toutes ces procédures me coûtent très cher, je suis parfois très découragée...et je dois payer mon nouvel avocat, maître Etienne Lesage, qui a accepté de me défendre dans tous ces dossiers.

C'est pour faire face aux frais de ces procédures que j'ai décidé de lancer une cagnotte. Là, je suis au bout du rouleau... Je ne peux plus travailler dans mon milieu professionnel, je suis psychologiquement et moralement touchée par toutes ces attaques, et pour ajouter encore à la peine, je subviens seule aux besoins de mon fils de 3 ans 1/2, dont le père ne verse plus aucune pension (et la caf ne répond pas non plus à mes demandes d'aide) Depuis 3 ans, je suis en mode survie, mes seules dépenses sont pour nous nourrir.

J'ai besoin au minimum de 15.000 euros pour les frais d'avocat et pour m'aider à soulager mon quotidien.

Je ne pensais pas en arriver au point de demander de l'aide financière, mais je suis sans autre solution pour en sortir...

Cagnotte pour m’aider aux frais de justice

Alors si vous avez envie de m'aider mais que vous n'avez pas les moyens... Partagez cette cagnotte s'il vous plaît !

Merci à tous ! Hauts les coeurs !

Sophie Tissier

citation-appelcorr-19-02
citation-appelcorr-19-02-2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.