SLUMIL K’AJXEMK’OP

Les zapatistes viennent en Europe raviver les braises de la rébellion Extrait de l'article de REPORTERRE : https://reporterre.net/Les-zapatistes-viennent-en-Europe-raviver-les-braises-de-la-rebellion de Gaspard d’Allens et Fokus 21 (Reporterre) 3 mai 2021 à 09h31, Mis à jour le 19 mai 2021 à 15h19

L’arrivée des zapatistes en France pourrait ainsi bousculer certaines pratiques du mouvement social et le pousser à plus de radicalité, tant sur les questions environnementales que féministes ou LGBTQI (Lesbienne gay bi trans queer intersexe). Le premier acte de la délégation maritime sera d’ailleurs éloquent. Comme un pied de nez à « la gauche hétéropatriarcale » [2]. Lorsqu’elle touchera terre, après trois semaines de navigation, c’est une personne transgenre, Marijosé, qui débarquera en premier sur le continent européen — « una otroa », « une personne autre ». Cinq cents ans plus tôt, Christophe Colomb s’était empressé de planter sa croix et de rebaptiser l’île de Guanahaní au nom de San Salvador. Dans une sorte de réplique inversée, Marijosé, elle, affirmera d’une voix solennelle :

« Au nom des femmes, des enfants, des hommes, des anciens et, bien sûr, des zapatistes autres, je déclare que le nom de cette terre, que ses natifs appellent aujourd’hui “Europe”, s’appellera désormais : SLUMIL K’AJXEMKOP, ce qui signifie “Terre rebelle”, ou “Terre qui ne se résigne pas, qui ne défaille pas”. Et c’est ainsi qu’elle sera connue des habitants et des étrangers tant qu’il y aura ici quelqu’un qui n’abandonnera pas, qui ne se vendra pas et qui ne capitulera pas.

Gaspard d’Allens et Fokus 21 (Reporterre)

3 mai 2021 à 09h31, Mis à jour le 19 mai 2021 à 15h19

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.