«Je viens avec un projet qualitatif et je m’installe dans votre salon»

Cette boutade de macron résume parfaitement les causes, la situation actuelle et le devenir de la ZAD de Notre Dame des Landes. Il oublie simplement que ceux qui sont venus s'installer dans le salon en premier avec un projet dit "d'utilité publique" c'est l'état. Non seulement s'est installé, mais viré les habitants...

Cette boutade de macron résume parfaitement les causes, la situation actuelle et le devenir de la ZAD de Notre Dame des Landes.

Trop jeune pour en avoir vécu ou entendu directement parler de sa genèse Macron a raison avec cette blague... 

Il oublie simplement que ceux qui sont venus s'installer dans le salon en premier avec un projet dit "d'utilité publique" c'est l'état.
Non seulement s'est installé, mais viré les habitants, détruit les lieux de vie et s'en est arrogé le droit de propriété ... pour dire 40 ans plus tard qu'il n'en ferait rien.

Et cela, il ne me semble pas que les interviewers l'ait relevé.

Cette attitude bornée et malhonnête des autorités dites républicaines n'est pas nouvelle.

Celle qui a le plus marqué mon adolescence est "les évènements d’Algérie" et hélas il y en a  eu d'autres ensuite.

Je résume, très très brièvement :

Un ministre de l'intérieur (F. Mitterrand) suite aux attentats de l'année 1957 (il y a 60 ans seulement), appliquant les choix gouvernementaux, a mit en place  le respect de l'état de droit, de l'ordre républicain et cela a tout prix. Oubliant que le département Algérie Française était le résultat d'une colonisation sanglante bien présente dans la mémoire de ces Français musulmans (grande majorité dans ce département). Et ce fut parti pour 7ans, qualifiés maintenant de guerre, mais à l'époque nommés opération de maintien de l'ordre faisant plusieurs dizaines de milliers de morts métropolitains et centaines de milliers de morts Français musulmans. Et cela pendant les 30 glorieuses que certains qualifient d'heureuses !

Je n'écris pas que ce qui se passe à NDDL soit un début de guerre de décolonisation, mais qu'une attitude bornée des autorités dites républicaines peut amener à avoir des effets contraires au droit, à la paix et la sérénité des citoyens que ces autorités prétendent défendre.

Cette semaine dernière sur la ZAD nous avons assisté à duplicité de ces autorités et une perte quasi totale de confiance que l'on peut mettre en elles.

Cette semaine sur la ZAD montre que les autorités préfèrent défendre le droit de propriété privée et celui de la violence que celui du droit de vivre.

Cette semaine sur la ZAD montre que les autorités régaliennes ont trouvé un terrain d'entrainement en réel pour ses soudards (2000 à 3000€ minimum par mois pour chacun) qui s'ennuient dans leurs casernements. Pour les préparer à la mise en place de la VemeBis ripoublique (le 3° empire, après l'état français ?) ...

Ce week-end sur la ZAD plusieurs milliers voir dizaines de milliers de JEAN de l'Europe sont venus soutenir, défendre ceux qui y vivent depuis des années dans ce salon squatté par l'état pour un projet inutile et abandonné.

Nous pouvions y entendre de l'espagnol, de l'allemand, de l'anglais, du breton, de l'italien et autres langues que je n'ai pas reconnues et évidemment beaucoup le français de divers-es régions ou pays, divers argots. L'Europe que j'aime bien.

Tout cela souvent rythmé par le bruit des grenades audibles à des kilomètres à la ronde.

Ce lundi les soudards ont continué leur œuvres mortifères en tronçonnant, éclatants les magnifiques charpentes réalisée sur la ZAD.

Cette semaine n'est pas la fin de la ZAD mais la continuation d'un grand bourbier dans lequel s'enfonce "l'état de droit" depuis des dizaines d'années.

MERCI A VOUS SYLVIE ET MARCEL.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.