TELLES LA MER QUI SE SALE GRACE A L'EAU DOUCE, LES GRANDES FORTUNES SE SUCRENT ...

TELLES LA MER QUI SE SALE GRACE A L'EAU DOUCE, LES GRANDES FORTUNES SE SUCRENT GRACE AUX PLUS PAUVRES QU'EUX. Alors pourquoi faudrait-il qu'elles le leur reversent ?

Luttes Paysannes © pierre Luttes Paysannes © pierre
Je ne m'occupe pas, dans les réflexions qui suivent, si les grandes fortunes accumulent ou ont accumulé légalement, moralement ou pas, ni si ce sont des individus, des sociétés, des groupes, voire dans certains cas des États/nations.

Ces richesses accumulées sont de deux grandes origines actuellement :

     1)  le travail des plus pauvres qu'elles et surtout de ceux qui sont les plus ponctionnés globalement, c à d les pauvres au sens strict du terme. Le bas de l'échelle sociale en sorte ! (vieil adage bien connu, il est plus facile de prendre 5€ à 10000 personnes que 500€ à 100 personnes ...)

Ce bas de l'échelle, individuellement crée moins de plus-value que ceux du haut de l'échelle qui en retour les méprisent ostensiblement ou de manière plus hypocrite.

      2) la spéculation (au sens large) financière.

Cette accumulation de richesses (allez un peu de poésie) non telle la pluie qui remplie les flaques, les mares etc, mais plutôt comme la moustique qui vous pompe le sang pour se reproduire, n'a aucune raison de revenir au bas de l'échelle voyons. Ça servirait à quoi de redonner ce que l'on a pris !

Il vaut mieux faire des dons, spectaculairement plus intéressant, pour restaurer un symbole incendié de la royauté et de l’État centralisé.

NDDP a été construite grâce au labeur des paysans de l'époque. Non pas qu'ils soient venus sur le chantier, comme cela se faisait à divers moments pour construire les châteaux-forts, mais par la plus-value qu'ils créaient et récupérée par la noblesse.

le travail est ce que l'on a trouvé de mieux pour ne rien faire de sa vie ...! © pierre le travail est ce que l'on a trouvé de mieux pour ne rien faire de sa vie ...! © pierre

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.