Un opposant politique à Poutine arrêté pour être expulsé vers la Russie

Opposant politique à Poutine, un compagnon d’Emmaüs Angers arrêté pour être expulsé vers la Russie ce lundi 26 avril. Le Courrier de l'Ouest Cyprien MERCIER Publié le 26/04/2021 à 14h36

Une preuve que nous sommes bien après 2022 :

 Pays de la Loire Angers

Opposant politique à Poutine, un compagnon d’Emmaüs Angers arrêté pour être expulsé vers la Russie

Arrivé en France en 2012, Nodari Chikhladze, membre de la communauté Emmaüs d’Angers, risque d’être expulsé dès ce lundi 26 avril vers la Russie. Les compagnons craignent qu’il y soit condamné à la prison, voire à la mort.

Nodari Chikhladze, membre de la communauté Emmaüs d’Angers, risque d’être expulsé dès ce lundi 26 avril vers la Russie.

Nodari Chikhladze, membre de la communauté Emmaüs d’Angers, risque d’être expulsé dès ce lundi 26 avril vers la Russie. | EMMAÜS

Le Courrier de l'Ouest Cyprien MERCIER

Publié le 26/04/2021 à 14h36

Géorgien de nationalité russe, Nodari Chikhladze, 40 ans, compagnon à la communauté Emmaüs d’Angers depuis plus de quatre ans, a été arrêté dans la matinée du lundi 26 avril 2021. D’après l’association, il serait actuellement conduit vers l’aéroport de Roissy pour être expulsé vers la Russie dès ce soir.

La communauté inquiète

La communauté d’Emmaüs s’en insurge et, surtout, s’en inquiète. Nodari est considéré comme un opposant à Vladimir Poutine. Son retour en Russie le condamne à la prison voire une mort certaine.

M. Chikhladze a été appréhendé alors qu’il pointait, comme chaque jour, à la gendarmerie. Ni lui, ni la communauté Emmaüs, n’ont été informé en amont de cette mesure, selon l’association. Nodari Chikhladze faisait l’objet d’une assignation à résidence dans le cadre d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire) pour qu’il se maintienne dans son lieu de vie.

Loi de septembre 2018

S’il n’était pas en situation régulière, le compagnon avait effectué les démarches pour être régularisé, mais s’est trouvé confronté à une situation inextricable. Une loi asile et immigration de septembre 2018 prévoit que les compagnons Emmaüs puissent bénéficier, sous certaines conditions, après une présence de trois ans dans une communauté et sur décision du préfet, d’un titre de séjour temporaire.

Passeport retenu

La communauté angevine et M. Chikhladze ont effectué ces démarches, un dossier a été élaboré. Une seule pièce manquait pour qu’il soit complet : le passeport de Nodari. Passeport retenu… par la préfecture. On a effectué le dépôt de dossier ce matin, dans l’urgence, sans le passeport », indique Emmaüs, avec l’espoir de faire stopper la procédure d’expulsion.

« Une personne adorable »

En France depuis 2012, compagnon Emmaüs depuis 2017, Nodari Chikhladze vit et travaille au sein de la communauté depuis 2017. Ses parents habitent en France, il parle plusieurs langues dont le français, il veut vivre ici normalement », confie Madeline Perot, de la communauté Emmaüs d’Angers. C’est une personne adorable, très serviable, hyperapprécié par tout le monde. Cette situation est bouleversante.

Contactée, la préfecture indique qu’elle communiquera des informations et précisions concernant la situation de M. Chikhladze dans l’après-midi.

Angers

https://news.google.com/articles/CBMisAFodHRwczovL3d3dy5vdWVzdC1mcmFuY2UuZnIvcGF5cy1kZS1sYS1sb2lyZS9hbmdlcnMtNDkwMDAvYW5nZXJzLW9wcG9zYW50LXBvbGl0aXF1ZS1hLXBvdXRpbmUtdW4tY29tcGFnbm9uLWQtZW1tYXVlcy1leHB1bHNlLXZlcnMtbGEtcnVzc2llLWQwM2IwYTIyLWE2NzAtMTFlYi05NTExLTY1OWEyMzljOWJjMtIBsAFodHRwczovL2FtcC5vdWVzdC1mcmFuY2UuZnIvcGF5cy1kZS1sYS1sb2lyZS9hbmdlcnMtNDkwMDAvYW5nZXJzLW9wcG9zYW50LXBvbGl0aXF1ZS1hLXBvdXRpbmUtdW4tY29tcGFnbm9uLWQtZW1tYXVlcy1leHB1bHNlLXZlcnMtbGEtcnVzc2llLWQwM2IwYTIyLWE2NzAtMTFlYi05NTExLTY1OWEyMzljOWJjMg?hl=fr&gl=FR&ceid=FR%3Afr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.