Spartacus 2022
Romancier Jardinier et doux réveur
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2020

La conscience d'un salaud ou le salaire de la honte.

Se mettre dans la tête d'un barbare, est-ce si difficile? "Si j'avais été fils de médecin, aurais-je été CRS ? Non, jamais. Nous sommes devenus les parias de la société, des humains déshumanisés, des chiens en laisse, des CRS."

Spartacus 2022
Romancier Jardinier et doux réveur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La conscience d'un salaud ou le salaire de la honte.

Enfant, comme tous les enfants, je jouais aux gendarmes et au voleurs. Adolescent, je voulais devenir avocat ou vétérinaire avec l'intention de me trouver du bon côté de la barrière sociale, de ceux qu'on aime et qu'on respecte. Je voulais de l'amour. Mon père, ce vieil ouvrier usé par un travail de nuit en usine, m'encourageait à ne pas abandonner mes rêves. Au-dessus de notre gazinière, une photo jaunie me rappelait qu'il fut tout jeune l'un des meneurs de la contestation des grèves en 68 chez Renault à Billancourt. Il luttait pour m'offrir un monde meilleur.

Ce matin, je suis fatigué. Je bois vite fait mon café noir sans sucre. Mes rêves sont loin, balayés par l'ennui, la routine, la honte. Je n'en parle pas mais je sens que j'ai besoin d'aide. Cela ne peut plus durer. Je me sens comme dépossédé de mes pensées, de mon être. Je ne suis plus qu'une machine qui ne peut qu'obéir aux ordres. Comme tout mes camarades, on joue les fiers, les costauds mais en réalité, jour après jour, on s'achète lâchement une conscience en prétendant faire notre travail. Est-ce notre travail de régler une contestation sociale par la force ? Non. Je revois cette jeune fille recroquevillée sur le bitume et le visage en sang. Elle se tenait l’œil et je tenais l'arme. Je suis un assassin, un criminel. Elle a l'âge de ma fille qui, elle gardera ses deux yeux pour voir le monde. Je me tais, je me hais. Je suis un chien en laisse. Je suis un CRS. Je m'habille de noir pour porter le deuil de la liberté. Je me gante pour mieux tenir la matraque qui va fracasser le crâne du cheminot. Que suis-je devenu ? Un monstre... Un humain déshumanisé. Un homme sans conscience peut-être, un traître à sa classe sociale certainement... Si j'avais été fils de médecin, aurais-je été CRS ? Non, jamais. Nous sommes devenus les parias de la société. Je sens bien que mes enfants ont honte de moi surtout depuis notre intervention dans ce lycée. Nous n'avions pas le droit d'humilier ces jeunes. Nos chefs sont fous. Je mets mes protections. Je me transforme. Je m'abandonne. Quand pourrais-je crier ma honte ? Quand cela va-t-il s'arrêter ? Je n'en peux plus de cette infamie continuelle. Dans ma tête résonnent toutes les injures qui depuis plus d'un an nous condamnent tels des pestiférés ou des sous-hommes. Je ne me reconnais plus. Je ne suis pas un salaud, un monstre. Je suis un homme. Ce matin, je bois mon café. Ce matin, j'approche le canon de mon pistolet contre ma tempe. J'hésite. Je tremble. J'ai froid. Il faut que cela cesse. Je n'en peux plus. Mon doigt lentement appuie sur la détente. Lentement. Lentement. Elle tenait son visage en sang. Ce matin, je veux redevenir un homme, celui qui retrouve ses rêves d'adolescent. Ce matin, je n'irai pas toucher le salaire du déshonneur. Mon père, je reviens vers vous. Ce matin, je retire mes gants et mes protections de robotcop. Ce matin est un autre matin. « Rien de ce qui m'est humain, ne m'est étranger » disait le philosophe. Je ne dois plus être un étranger à moi-même. Ce matin, je me tire.... Amen.

Spartacus 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot