La colère sociale, porte ouverte au fascisme.

Après avoir négligés les corps intermédiaires, ignorés les syndicats, bâillonnées une certaines presses, disqualifiés les Gilets Jaunes, le peuple aura envie de prendre sa revanche.

La colère sociale, porte ouverte au fascisme.

Après une période de calme relatif dû à une espérance dans les promesses d'un monde nouveau selon Jupiter, voilà toute la France embarquée depuis plus d'un an dans une immense colère sociale. Ce manque de clairvoyance, Jupiter le doit avant tout à une intelligence défaillante tant sur le plan humain que sur la plan politique. Son manque d'empathie ne fait plus aucun doute ; quant à sa vision politique, elle se résume en deux idées assez simples : tout d'abord utiliser la violence policière pour contrer les mouvements sociaux ensuite user de la langue de bois dans des débats stériles. Voilà résumée la vision jupitérienne de cet homme présenté comme intelligent mais qui a raté trois fois l'ENS. Nous avons simplement devant nous un bonimenteur de foire qui ne comprend rien de ce qui se passe actuellement en France, mais pour notre plus grand malheur, les dogmes qu'il défend sont aussi défendus par une minorité qui veut tout simplement protéger sa position dominante. Il est, qu'on le veuille ou non, le représentant de commerce d'une élite arrogante et parfaitement égoïste. La colère sociale touche toute la nation française que se soit les travailleurs pauvres, les précaires, les personnels hospitaliers, les paysans, les pompiers, les étudiants, les retraités et même des professions libérales comme les avocats... Jamais depuis mai 68 nous n'avons vu une telle unanimité dans la dégradation de notre modèle social. Tout le monde est touché, tout le monde sauf les quelques pourcentages de riches et d'ultra-riches. Cela ne fait plus aucun doute aujourd'hui que Jupiter est le pire président de la 5e république. Je dis bien le pire. Et il ne faudra pas venir pleurer en 2022 si la situation s'aggrave. C'est aujourd'hui que nous devons descendre dans la rue pour envoyer un message clair et fort à ce gouvernement sourd et aveugle. Aucune réponse positive n'a été donnée. On continue de parler avec froideur de rigueur ce qui va par exemple accentuer la crise dans les hôpitaux ou poursuivre la fermeture des services publics de proximité, tels que les recettes des impôts. Cette rhétorique libérale est assassine et de plus en plus critiquée par les milieux économiques. Le peuple grec ayant subi cette rigueur suite aux recommandations du FMI et au diktat de l'Europe vit au quotidien une situation humaine catastrophique. Le taux de pauvreté a considérablement augmenté. Si l'on souhaitait amener la France à connaître un tel désastre humain, et bien on ne s'y prendrait pas autrement. Macron est un apprenti sorcier qui pense avoir trouvé la pierre philosophale dans un manuel d'économie pour les nuls.

La colère sociale n'est pas près de s'éteindre. Bien sûr, elle prend des formes différentes selon que vous soyez complotistes, xénophobes ou simples citoyens. Aujourd'hui, Jupiter tente de mettre en accusation les étrangers, ceux qui viennent manger le pain des français. Cette récupération n'est pas nouvelle, au contraire, mais utiliser cet argument est simplement dangereux. C'est opposer les français entre eux et surtout jouer avec le feu car instrumentaliser la colère du peuple à son profit n'aura qu'un seul résultat : valider les propos racistes de l'extrême droite. La colère a besoin de vivre et la rue reste encore le meilleur endroit pour cela. La répression policière contre le mouvement des GJ a eu comme effet de réduire le nombre de manifestants. Cela ne veut pas dire que la France n'apporte pas son soutien à ce mouvement. C'est tout l'inverse. Les braises sont encore chaudes, prêtes à repartir mais la peur est là. La peur se sont ces robots-cops qui frappent, mutilent, blessent, éborgnent... La peur a donc un visage et un chef. Il se nomme Castaner. Mais que fera Jupiter dans l'isoloir lorsque le temps sera venu de voter pour un nouveau tyran ? La colère aura décuplé. Et ce petit rectangle de papier mis dans l'urne sera le meilleur moyen d'envoyer à Jupiter un message fort, cinglant, funeste. La colère sociale poussera à coup sûr des millions de citoyennes et de citoyens à voter contre leurs principes en mettant dans l'urne un bulletin au relent raciste, xénophobe, extrémiste. Voilà comment la colère en 2022 s'exprimera, par un vote de rejet contre un homme qui s'est pris pour dieu et qui n'est en réalité qu'un bonimenteur de foire. Il ne faudra pas venir pleurer que l'on ne savait pas. Le futur se dessine au présent. Et même si MLP est mauvaise, ridicule, odieuse, des millions de votants passeront outre cette humiliation. La colère sociale n'est pas près de s'éteindre. Non. Après avoir négligé les corps intermédiaires, ignoré les syndicats, bâillonnée une certaines presses, disqualifié les Gilets Jaunes, le peuple aura envie de prendre sa revanche. C'est une immense baffe que toute la classe politique française va recevoir ; ceux d'avant qui ont lâchement abandonné leurs principes sociaux, je parle bien sûr de Hollande et ceux d'aujourd'hui qui ont trahi leur camp en devenant des Judas à leur propres idées, je veux parler de Le Maire, de Darmanin ou de Le Drian. Eux aussi seront responsables. Ils ne pourront pas s'en sortir impunément. Ils devront rendre des comptes à la société toute entière et qui sait, comparaître devant le tribunal de l'histoire comme les fossoyeurs du modèle social français issu du CNR. Le fascisme fait son lit dans les errements de politiciens incapables. Il attend simplement son heure. On peut, par obstination ne pas voir la réalité, en évoquant le recul dans l'Europe de tous les partis d'extrême droite. C'est exacte. Cependant, ne nous réjouissons pas trop vite car l'histoire nous apprend qu'un peuple maltraité et condamné à la misère ne reste pas longtemps indifférent à de nouvelles expériences. Non. Le fascisme progresse sur la défiance du peuple vis à vis de sa classe politique.

Jupiter paiera son arrogance au centuple. Et dans les mairies, son portrait sera décroché et qui sait brûlé en place publique sous les applaudissements d'une foule en délire. Il devra raser les murs, trouver refuge dans un bunker ou bien en Suisse, éviter toute sortie hasardeuse. Après avoir été méprisant, il connaîtra à son tour le mépris d'une nation toute entière. Quant à Castaner, ses seuls amis seront ceux des tripots marseillais ou de Bogotá. Et si le fascisme s'installe, je jure que mon combat continuera.

 

Spartacus 2022

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.