COVID-19. Conférence de presse entre bla-bla, mensonges et fake-news.

Cette pseudo-allocution est un empilement de généralités et de banalités, un discours en sorte sans substances mais rempli de fake-news. Cette allocution n'est finalement que le baratin d'un futur candidat à sa propre réélection, une sorte d'autosatisfaction à sa gloire imbécile. Nous passons du gel hydroalcoolique à de la vaseline.

Conférence de presse entre bla-bla, mensonges et fake-news.

RÉSUMÉ : Dimanche 15 juin à 20 heures, Macron a fait une annonce de 20 minutes pour annoncer qu'il fera une annonce en juillet. Finalement, un pet sur une toile cirée.

Cette pseudo-allocution est un empilement de généralités et de banalités, un discours en sorte sans substances, vague, sans matières et sans contenus à part de nombreux mensonges. Cela devient donc de plus en plus désespérant de parler d'un bouffon mégalomane et de ses discours nombrilistes. On a l'espoir qu'il va enfin comprendre ou se ressaisir. Rien de cela. Il continue de creuser sa tombe mais pire que cela, il creuse notre tombe à tous. Fake-news de dire que l'état a sorti 500 Milliards d'euros car la majeure partie de cette somme concerne des prêts garantis par l'état. Seuls 60 à 70 Mrds sortiront effectivement des caisses de Bercy. Fake-news de dire que les impôts n'augmenteront pas. Ils ont déjà augmenté mais sur les petits revenus et sur les taxes foncières par exemple. Pour s'en convaincre, je conseille d'écouter Thomas Piketty sur ce domaine. Fake-news de parler de transition écologique quand on parle de productivisme. Fake-news de parler de relocalisation industrielle quand les prêts garantis par l'état ne sont assujettis d'aucune contre-partie aux entreprises concernées et que l'on parle déjà de licenciements.

Macron est un illusionniste libéral et idiot qui n'a rien à faire à la tête de notre pays sauf à le pousser dans les bras de l'extrême-droite et des xénophobes lepénistes car c'est finalement ce qui va arriver. Alors seulement les bien-pensants vont comprendre dans quelle merde leur déni et leur passivité servile nous ont entraînés Quand je dis bien-pensants, je fais allusion aux patrons du MEDEF et à leurs homologues allemands comme Krupp, Siemens, Thyssen, Bayer qui en 1933 ont fait le jeu du parti nazi. Quand je dis bien-pensants, je fais allusion aux journalistes français et à leurs homologues de 1937 qui ont couverts les agissement des armées franquistes niant de facto le crime de Guernica dû à ces fascistes. Quand je dis bien-pensants je fais encore référence à tous les députés de juin 1940 qui ont attribué les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Quand je dis bien-pensants, je veux évoquer les millions de français qui se sont mis derrière Pétain dès juin 1940. Les bien-pensants sont des irresponsables dont le silence les rend complices des crimes à venir. Les bien-pensants sont, que cela fasse plaisir ou non, tous les gens qui ont applaudi durant la crise sanitaire du COVID-19 mais qui le 16 juin, au lieu de manifester leur soutien aux soignants, restent ou resteront tranquillement chez eux à critiquer ceux qui les défendent.

Ce discours comme tous les précédents n'est pas à la hauteur de ce que l'on pourrait attendre d'un responsable politique au service d'un pays en crise. Comme à son habitude, Macron tire la couverture vers lui niant ouvertement les dysfonctionnements, les mensonges et les ratés de la crise sanitaire. Comment faire confiance à un menteur ? Impossible à moins d'être soi-même un fou ou un imbécile. Ce discours n'est finalement que le baratin d'un futur candidat à sa propre réélection, une sorte d'autosatisfaction à sa gloire imbécile. Je propose que le 28 juin, second tour des élections municipales, on échange le gel hydroalcoolique par de la vaseline. Au moins, aurions-nous un avant goût de chiotte et de ce qui risque de nous arriver dans les prochaines années.

Spartacus 2022

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.